Ne pas être qu'un "patient" ...

L’alimentation ou la troisième médecine

Paru dans Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n°20 — mars 2005

Lu pour vous : L’alimentation ou la troi­sième méde­cine — par le docteur Jean SEIGNALET — Collec­tion Ecolo­gie Humaine .

« Notre façon de manger influence notre santé, dans un bon ou dans un mauvais sens. Si chacun est d’accord sur ce point, deux ques­tions restent posées :
1) de quelle manière une alimen­ta­tion mal conçue conduit-​elle à certaines maladies ?
2) Quelle est la diété­tique idéale ? ».

Au travers d’un ouvrage de plus de 660 pages avec ses annexes, ardu quant à ses expli­ca­tions tech­niques, faisant appel à la géné­tique, la biolo­gie, la chimie, la physio­lo­gie cellu­laire, l’auteur propose une réponse à ces deux ques­tions. Il montre comment l’alimentation moderne exerce ses effets néfastes, en conjonc­tion avec d’autres facteurs géné­tiques et envi­ron­ne­men­taux. Les multiples étapes qui mènent de l’état normal à l’état patho­lo­gique appa­raissent clairement.

Au départ de troubles très variés, on trouve la nour­ri­ture moderne, respon­sable du passage dans la circu­la­tion sanguine de macro­mo­lé­cules bacté­riennes et alimen­taires nocives.

Le retour à une nour­ri­ture de type ances­trale, la seule qui convient à l’homme, permet d’obtenir des succès aussi nets que fréquents dans une multi­tude d’affections qui passent pour mysté­rieuses et peu ou pas curables.

La notion clas­sique d’une diété­tique quan­ti­ta­tive, basée sur le nombre de calo­ries et l’équilibre entre glucides, lipides et protides, est rempla­cée par un concept nouveau, celui d’une diété­tique quali­ta­tive, fondée sur la struc­ture des molé­cules. Il faut écar­ter celles que l’organisme ne peut pas méta­bo­li­ser et conser­ver celles acces­sibles à l’action de nos enzymes.

Cette atti­tude de bon sens, asso­ciée ou non aux médi­ca­ments clas­siques, est très souvent salvatrice.

« Une méde­cine qui tient compte des enzymes » (page 65)

« Les enzymes sont incon­tour­nables, puisqu’elles sont indis­pen­sables au dérou­le­ment de la quasi-​totalité des réac­tions chimiques dans l’organismes humains. Une méthode fort logique pour préve­nir ou guérir de nombreuses mala­dies est donc selon moi de placer nos enzymes dans les meilleures condi­tions possibles de fonctionnement. »

« La grande majo­rité des molé­cules sur lesquelles agissent les enzymes ou qui influencent l’activité des enzymes sont appor­tées par l’alimentation. C’est donc à ce niveau que doivent s’exercer en prio­rité nos efforts. Deux voies sont possibles : la micro­nu­tri­tion et la macronutrition. 

1) La micro­nu­tri­tion consiste à admi­nis­trer au patient des supplé­ments vita­mi­niques et miné­raux. Les vita­mines, précur­seurs des coen­zymes, et les miné­raux sont des facteurs indis­pen­sables à l’activité des enzymes. Or des défi­cits partiels en vita­mines ou en miné­raux ont été souvent objec­ti­vés dans l’alimentation moderne. Elle comporte égale­ment l’administration de certains acides gras poly­in­sa­tu­rés que l’organisme humain est inca­pable de synthé­ti­ser. Cepen­dant la micro­nu­tri­tion est inca­pable à elle seule de guérir les mala­dies auto-​immunes, d’encrassage et d’élimination.
2) La macro­nu­tri­tion consiste à intro­duire dans l’organisme humain unique­ment des substrats que nos enzymes sont capables de trai­ter. Autre­ment dit, il faut éviter de consom­mer tous les aliments auxquels nos enzymes sont inadap­tées. Je soutiens que les hommes devraient se nour­rir de la même manière que leurs ancêtres, à la façon des animaux sauvages. La macro­nu­tri­tion est capable de préve­nir ou de guérir, dans une forte propor­tion des cas, de nombreuses mala­dies clas­si­que­ment consi­dé­rées comme mal curables ou incu­rables. Elle consti­tue, dans mon expé­rience, la méthode la plus effi­cace pour la préven­tion et le trai­te­ment de 91 affections. » 

L’alimentation ancienne et l’alimentation moderne.

Dans le chapitre 6 (page 83), il fait la compa­rai­son entre l’alimentation ancienne et l’alimentation moderne :

« Nos ancêtres étaient des nomades, cueilleurs/​chasseurs de nour­ri­tures, ce qui signi­fie qu’ils mangeaient de la viande, du pois­son, des œufs, du miel, des céréales sauvages, des légumes sauvages et des fruits. Le seul lait qu’ils ingur­gi­taient était celui de leur mère et seule­ment pendant la petite enfance » … « La cuis­son était peu ou pas utilisée ».

Vient ensuite un balayage histo­rique de l’évolution de la nour­ri­ture et une analyse précise du problème des céréales domes­tiques (blé, orge, maïs, riz), des laits animaux, de la cuis­son, de la prépa­ra­tion des huiles, de la pollu­tion alimen­taire et des carences en vita­mines et en minéraux.

Dans le chapitre suivant, il va alors s’attacher à décrire les bases de son régime. Tout d’abord par l’exclusion de tous les aliments dange­reux : intro­duits depuis le début de la civi­li­sa­tion et « qui ne sont jamais consom­més par les animaux sauvages ». Exclu­sion des laits animaux, des céréales mutées, essen­tiel­le­ment blé et maïs alors que le riz reste auto­risé, des produits cuits à tempé­ra­ture trop élevée, c’est-à-dire au-​dessus de 110°, des huiles raffi­nées rempla­cées par des huiles vierges consom­mées crues, limi­ta­tion des produits pollués avec pour corol­laire une préfé­rence pour les aliments biolo­giques. « Ce régime sera dési­gné indif­fé­rem­ment comme ances­tral, hypo­toxique ou de type originel ».

Un tableau (page 120) reprend la liste des aliments inter­dits, des aliments décon­seillés et des aliments auto­ri­sés. Il s’ensuit un tableau de compo­si­tion des menus (page 123) qui sera complété, en annexe (page 605 à 612), de 25 jours de régime et sugges­tions de menus suivi de tableaux des aliments riches en magné­sium, phos­phore, calcium, zinc, iode, manga­nèse, souffre. En effet, le chapitre suivant (page129) est consa­cré à l’immunologie et fait appa­raître les néces­si­tés des protec­tions endo­gènes appor­tées par des métaux servant de cofac­teurs aux enzymes.

Il va alors consa­crer plusieurs chapitres aux mala­dies auto-​immunes pour lesquelles son régime a apporté une amélio­ra­tion sensible et probante.

La théo­rie de l’encrassage des cellules

Des notions de chimie et de physio­lo­gies cellu­laires vont permettre d’aborder la commu­ni­ca­tion entre les cellules (ce qui nous inté­resse parti­cu­liè­re­ment dans la mala­die de Parkin­son), les neuro­trans­met­teurs et surtout l’apoptose

« C’est la mort de la cellule, au terme d’un suicide programmé »…

Pour lutter contre cet encras­sage, il préconise :

« un régime sans céréales, sans produits laitiers, riche en aliments crus et en huiles biolo­giques, accom­pa­gné de magné­sium, d’oligo-éléments, de vita­mines et de ferments lactiques. Les apports en molé­cules nocives étant forte­ment dimi­nués, les capa­ci­tés d’élimination de l’organisme vont lui permettre de se débar­ras­ser progres­si­ve­ment des déchets accu­mu­lés. Le décras­sage des cellules atteintes prévient ou guérit une mala­die. »

« Le régime alimen­taire ances­tral ne comporte aucun danger et aucune carence. Il mérite d’être essayé systé­ma­ti­que­ment comme trai­te­ment dans la mala­die de Parkin­son, en asso­cia­tion avec les médi­ca­ments. Mais c’est sans doute en préven­tion que le chan­ge­ment nutri­tion­nel risque d’être le plus utile. Ceci pour­rait être démon­tré par le suivi pendant plusieurs années d’un nombre suffi­sant d’individus appli­quant les pres­crip­tions diété­tiques » (page 402).

En forme de conclusion

« Une des prin­ci­pales diffé­rences entre les théra­peu­tiques clas­siques et le régime hypo­toxique réside dans le compor­te­ment du malade. Il se contente de prendre passi­ve­ment, en géné­ral sans cher­cher à vrai­ment comprendre, les médi­ca­ments qui lui sont pres­crits. Il doit par contre parti­ci­per acti­ve­ment lorsqu’il veut prati­quer la diété­tique. Il faut avoir assi­milé le méca­nisme de sa mala­die, avoir saisi les buts du régime, compo­ser ses menus, éviter les pièges, combattre les tenta­tions, résis­ter aux éven­tuelles pres­sions de l’entourage. »

Notre avis : une lecture très instruc­tive et qui a le mérite de poser de vraies ques­tions sur nos régimes alimen­taires. Pour autant, doit-​on se plier à une disci­pline aussi rigou­reuse ? C’est à chacun de se posi­tion­ner ; un mini­mum d’effort pour manger plus sain et éviter autant que faire se peut les « aliments inter­dits » ne peut que s’avérer bénéfique !

Mais n’oublions pas que, en matière de Parkin­son, il ne dit jamais d’interrompre les médi­ca­tions même si elles doivent être adap­tées à l’évolution de la mala­die de chacun.

Le livre est à la dispo­si­tion, au siège du jour­nal, de qui en ferait la demande pour en étudier un aspect plus parti­cu­lier ou en connaître les réfé­rences plus précises.

Lu par Jean Graveleau

Information importante de pharmacovigilance

paru dans Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n°20 — mars 2005

Infor­ma­tion impor­tante de phar­ma­co­vi­gi­lance Celance* (pergo­lide) et valvu­lo­pa­thies cardiaques 

Nous vous avions signalé dans notre précé­dent numéro, page 14, que des diffi­cul­tés rencon­trées par des patients sous Celance* impo­saient de revoir leur prati­cien pour des examens complémentaires.

Par cour­rier du 3 janvier 2005, le labo­ra­toire LILLY, en accord avec l’Agence fran­çaise de sécu­rité sani­taire des produits de santé (AFSSAPS), écrit aux profes­sion­nels de santé pour « appor­ter des modi­fi­ca­tions au Résumé des Carac­té­ris­tiques du Produit (RCP), concer­nant les indi­ca­tions, les poso­lo­gies, les contre-​indications et les mises en garde. Ces modi­fi­ca­tions font suite à l’augmentation du nombre de noti­fi­ca­tions de valvu­lo­pa­thies cardiaques surve­nues sous Celance* (pergo­lide), agoniste dopa­mi­ner­gique dérivé de l’ergot de seigle. »

Ces modi­fi­ca­tions sont résu­mées dans le tableau ci-dessous

• Le pergo­lide est indi­qué en cas d’échec des autres trai­te­ments agonistes dopa­mi­ner­giques, en mono­thé­ra­pie ou en asso­cia­tion à la Lévodopa.

• Le trai­te­ment doit être instauré par un méde­cin neurologue.

• La poso­lo­gie quoti­dienne ne doit pas excé­der 5 mg.

• Un bilan cardio­vas­cu­laire incluant une écho­car­dio­gra­phie doit être réalisé avant toute initia­tion de traitement.

• Le pergo­lide est contre-​indiqué en cas de valvu­lo­pa­thie cardiaque anato­mi­que­ment confir­mée, quelle(s) que soi(en)t la ou les valvules impli­quées (par exemple : écho­gra­phie montrant un épais­sis­se­ment de la paroi valvu­laire, une sténose ou une atteinte valvu­laire mixte avec insuf­fi­sance et sténose).

• Le pergo­lide est contre-​indiqué en cas d’antécédents de fibroses.

• Un suivi clinique appro­prié est recom­mandé afin de détec­ter le déve­lop­pe­ment d’une atteinte valvu­laire ou d’une fibrose. Une écho­car­dio­gra­phie devra être réali­sée dans les 3 à 6 mois suivant l’initiation du trai­te­ment. La fréquence des contrôles écho­gra­phiques ulté­rieurs devra être déter­mi­née indi­vi­duel­le­ment pour chaque patient, en fonc­tion des signes et symp­tômes de valvu­lo­pa­thies et de fibrose, mais une écho­car­dio­gra­phie devra être prati­quée au moins tous les 6 à 12 mois.

• Le trai­te­ment par pergo­lide devra être arrêté si l’examen écho­car­dio­gra­phique révèle la présence d’un épais­sis­se­ment de la paroi valvu­laire, une sténose ou une atteinte valvu­laire mixte avec insuf­fi­sance et sténose.

• Le béné­fice de la pour­suite du trai­te­ment doit être régu­liè­re­ment rééva­lué compte tenu du risque de réac­tions fibreuses et de valvulopathies.

Le strict respect de ces recom­man­da­tions est impor­tant pour la sécu­rité des malades.

Nous vous rappe­lons qu’en raison du risque d’hallucinations et de syndrome confu­sion­nel, ou de tableau clinique évoquant un syndrome malin des neuro­lep­tiques lors du sevrage brutal de pergo­lide, il est conseillé de dimi­nuer progres­si­ve­ment les doses de pergo­lide même si le patient pour­suit le trai­te­ment par L-dopa.

Nous vous rappe­lons que tout effet indé­si­rable grave ou inat­tendu doit être signalé au Centre Régio­nal de Phar­ma­co­vi­gi­lance (CRPV) dont vous dépen­dez (coor­don­nées dispo­nibles sur le site Inter­net de l’AFSSAPS : www.afssaps.sante.fr ou dans les premières pages du Vidal).

Pour tout complé­ment d’information vous pouvez contac­ter le dépar­te­ment de phar­ma­co­vi­gi­lance du labo­ra­toire Lilly France au 0800 00 36 36.

Pour les patients actuel­le­ment sous Celance*, il est impé­ra­tif de reprendre contact avec votre praticien.

Signalé par CECAP et Lu par Jean GRAVELEAU

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.