Ne pas être qu'un "patient" ...

Salomon SELLAM : un auteur à lire

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDEPENDANT N°27 – décembre 2006

Note : le webmestre du GP29 a commis une erreur, qui a résulté dans le retard pour la publi­ca­tion de cet article

Salo­mon SELLAM : un auteur à lire
Deux livres : « Origines et préven­tion des mala­dies » et « Enquêtes psychosomatiques »
Editions Quin­tes­sence Acti­parc 1 bâti­ment A4 13821 La Penne sur Huveaune tel : 04.91.44.11.10.

C’est grâce à une amie, psycho­logue de forma­tion, que j’ai décou­vert le « déco­dage biolo­gique » et par voie de consé­quence l’auteur dont je vais vous parler.

Mais, tout d’abord de quoi s’agit-il ? Histo­ri­que­ment, il est néces­saire de faire réfé­rence au tout premier méde­cin, le docteur HAMER, qui s’est penché, il y a plus de trente ans, sur le rapport qu’il y a entre nos maux et les « mots » pour en parler. C’est ainsi qu’il a fait la rela­tion entre un choc psycho­lo­gique violent et la surve­nue de certains cancers. Il a été suivi dans cette recherche par le docteur SABBAH qui, lui, a cher­ché puis théo­risé sur le rapport de l’ensemble des mala­dies avec notre psyché. J’ai eu le plai­sir de suivre l’une de ces confé­rences à Marseille.

Evidem­ment les « élèves » se sont un peu « sépa­rés » en « chapelle » que je ne saurais pas bien disso­cier entre elles. Toujours est-​il que, après recherche, la meilleure initia­tion que j’ai trouvé dans ce domaine qui nous inté­resse tout parti­cu­liè­re­ment, se trouve être les deux livres dont je fais état surtout le premier.

Dans la post­face de son livre Salo­mon SELLAM écrit : « Confronté à la mala­die, l’individu se pose régu­liè­re­ment une série de ques­tions : Pour­quoi moi ? Pour­quoi à ce moment précis de ma vie ? Pour­quoi cette mala­die et pas une autre ? De leur côté, les méde­cins ou les théra­peutes s’interrogent d’une manière iden­tique sur l’origine de ces symp­tômes et les inter­prètent en fonc­tion de critères scien­ti­fiques (cancer), psycho­lo­giques (mal-​être), méca­niques (frac­tures), météo­ro­lo­giques (grippe) ou autres. »

« Depuis le début des années 1980, un nouveau domaine de recherche a été décou­vert : le facteur neuro-​psycho-​biologique géré entiè­re­ment par notre cerveau. La mala­die serait le résul­tat de l’action de trois forces. La première serait une acti­vité conflic­tuelle psycho­lo­gique précise à l’origine de toute mala­die quand elle dépas­se­rait un seuil de tolé­rance physio­lo­gique. La seconde repré­sen­te­rait l’interprétation céré­brale, neuro­lo­gique, de cette acti­vité conflic­tuelle. La troi­sième en serait la traduc­tion biolo­gique au niveau du corps, des organes ou des cellules. En d’autres termes, la mala­die serait un trans­posé exact, au niveau de notre corps, d’un conflit psycho­lo­gique conscient ou non.

« Paral­lè­le­ment, une nouvelle disci­pline acquiert petit à petit ses lettres de noblesse : la psycho­gé­néa­lo­gie. Elle étudie les rapports possibles entre notre état physique et mental d’aujourd’hui et l’Histoire Fami­liale de clan. Quel­que­fois, le simple fait d’étudier un arbre généa­lo­gique permet de comprendre ce même état physique et mental. »

Bien évidem­ment, je ne me permet­trais pas de résu­mer ces théo­ries surtout qu’elles s’appuient sur de multiples exemples que je ne pour­rais pas redire ici. Cepen­dant, j’insiste sur la simpli­cité de lecture de ces deux livres et de leur péda­go­gie tout à fait adap­tée à des lecteurs non « initiés ».

Il ne s’agit pas d’arrêter tout trai­te­ment, bien au contraire, mais de tenter de comprendre d’où proviennent nos « maux » et de se proté­ger sinon d’en réduire les consé­quences. C’est un travail très person­nel mais qui mérite que l’on s’y arrête : c’est la raison qui me conduit à vous conseiller cette lecture.

Par Jean GRAVELEAU graveleau.jean2@wanadoo.fr

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.