Ne pas être qu'un "patient" ...

La carte de stationnement handicap

La carte mobi­lité inclu­sion (CMI) a pour but de faci­li­ter la vie quoti­dienne des personnes en situa­tion de handi­cap et de perte d’autonomie. Elle est accor­dée sous condi­tions et permet de béné­fi­cier de certains droits notam­ment dans les trans­ports. Elle remplace progres­si­ve­ment depuis le 1er janvier 2017 les cartes d’invalidité, de prio­rité et de station­ne­ment

Handi­cap : carte euro­péenne de station­ne­ment
La carte de station­ne­ment permet de se garer gratui­te­ment et sans limi­ta­tion de durée sur toutes les places de station­ne­ment ouvertes au public. La durée de station­ne­ment peut être limi­tée sur déci­sion de la commune sans toute­fois pouvoir être infé­rieure à 12 heures.
 
Atten­tion :
Le titu­laire de la carte peut être soumis au paie­ment d’une rede­vance pour se garer dans les parcs de station­ne­ment munis de bornes d’entrée et de sortie acces­sibles aux personnes handi­ca­pées depuis leur véhi­cule.

La carte de station­ne­ment est rempla­cée progres­si­ve­ment depuis le 1er janvier 2017 par la carte mobi­lité inclu­sion (CMI).

La carte de station­ne­ment peut encore être déli­vrée jusqu’au 1er juillet 2017 et est valable jusqu’à sa date d’expiration et, au plus tard, jusqu’au 31 décembre 2026. La carte de station­ne­ment déli­vrée à titre perma­nent reste elle aussi valable jusqu’au 31 décembre 2026. Les titu­laires de cette carte peuvent ulté­rieu­re­ment deman­der son rempla­ce­ment par une CMI. Les maisons dépar­te­men­tales des personnes handi­ca­pées (MDPH) ne procèdent pas encore au rempla­ce­ment de ces cartes qui restent valables.

La carte peut être attri­buée à toute personne dont le handi­cap :

  • réduit de manière impor­tante et durable sa capa­cité et son auto­no­mie de dépla­ce­ment à pied,
  • ou impose la présence d’une tierce personne pour l’aider dans tous ses dépla­ce­ments (par exemple, personne atteinte d’une défi­cience senso­rielle ou mentale).

On consi­dère qu’une personne a une mobi­lité réduite ou n’est pas auto­nome dans ses dépla­ce­ments si elle remplit l’un des critères suivants :

  • la personne a un péri­mètre de marche limité et infé­rieur à 200 mètres,
  • la personne a systé­ma­ti­que­ment recours à une aide pour ses dépla­ce­ments exté­rieurs (aide humaine, canne ou tout autre appa­reillage mani­pulé à l’aide d’un ou des 2 membres supé­rieurs, véhi­cule pour personnes handi­ca­pées),
  • la personne a une prothèse de membre infé­rieur,
  • la personne a recours lors de tous ses dépla­ce­ments exté­rieurs à une oxygé­no­thé­ra­pie (appa­reillage d’apport d’oxygène pour aide à la respi­ra­tion).

À savoir :
une personne qui doit systé­ma­ti­que­ment utili­ser un fauteuil roulant remplit d’office les condi­tions d’attribution, y compris lorsqu’elle manœuvre le fauteuil roulant seule et sans diffi­culté.

La CMI permet de béné­fi­cier de certains droits, notam­ment dans les trans­ports.

Cette carte comporte une ou plusieurs mentions en fonc­tion de vos besoins et de votre situa­tion.
Elle a la taille d’une carte de crédit.

Mention « inva­li­dité »
Cette mention permet notam­ment d’obtenir une prio­rité d’accès aux places assises dans les trans­ports en commun, les espaces et salles d’attente ainsi que dans les établis­se­ments et les mani­fes­ta­tions accueillant du public.

Ce droit de prio­rité concerne aussi la personne qui vous accom­pagne dans vos dépla­ce­ments.

La CMI permet égale­ment de béné­fi­cier, notam­ment :

  • des dispo­si­tions rela­tives à l’obligation d’emploi des travailleurs handi­ca­pés,
  • de divers avan­tages fiscaux, pour vous-​même (par exemple, béné­fice, sous condi­tions, d’une demi-​part supplé­men­taire pour le calcul de l’impôt sur le revenu) ou vos proches (par exemple, vous êtes consi­déré comme étant à charge du contri­buable qui vous accueille sous son toit),
  • de diffé­rents avan­tages commer­ciaux accor­dés, sous certaines condi­tions, par exemple dans les trans­ports (RATP, SNCF, Air France).

La mention inva­li­dité peut être accom­pa­gnée d’une sous-​mention :

  • besoin d’accompagnement s’il est néces­saire que vous soyez accom­pa­gné dans vos dépla­ce­ments,
  • ou besoin d’accompagnement cécité si votre vision centrale est infé­rieure à 1/​20e de la normale.

Mention « prio­rité pour personnes handi­ca­pées »
Cette mention permet d’obtenir une prio­rité d’accès aux places assises dans les trans­ports en commun, dans les espaces et salles d’attente ainsi que dans les établis­se­ments et les mani­fes­ta­tions accueillant du public. Elle permet égale­ment d’obtenir une prio­rité dans les files d’attente.

Personnes concer­nées
Mention « inva­li­dité »
Elle vous est attri­buée si vous :

  • avez un taux d’incapacité perma­nente d’au moins 80 %,
  • ou êtes inva­lide de 3e caté­go­rie,
  • ou êtes classé en groupe 1 ou 2 de la grille AGGIR (béné­fi­ciaires ou deman­deurs de l’allocation person­na­li­sée d’autonomie).

Mention « prio­rité pour personnes handi­ca­pées »
Elle vous est attri­buée si vous êtes atteint d’une inca­pa­cité infé­rieure à 80 % rendant la station debout pénible.

Mention « station­ne­ment pour personnes handi­ca­pées »
Elle vous est attri­buée si vous êtes atteint d’un handi­cap :

  • qui réduit de manière impor­tante et durable votre capa­cité et votre auto­no­mie de dépla­ce­ment à pied,
  • ou impose que vous soyez accom­pa­gné par une tierce personne dans vos dépla­ce­ments,
  • ou classé en groupe 1 ou 2 de la grille AGGIR (béné­fi­ciaires ou deman­deurs de l’APA).

Démarche

  • La demande de carte doit être faite au moyen d’un formu­laire.
  • Formu­laire de demande(s) de pres­ta­tions liées au handi­cap 
  • Cerfa n°13788*01

Ce formu­laire doit être accom­pa­gné :

  • d’une photo d’identité,
  • d’une photo­co­pie d’une pièce d’identité (carte natio­nale d’identité, passe­port, photo­co­pie du titre de séjour en cours de vali­dité si ressor­tis­sant d’un État hors de l’espace écono­mique euro­péen…),
  • d’un justi­fi­ca­tif de domi­cile (facture d’électricité ou de gaz, quit­tance de loyer …).

L’ensemble des docu­ments doit être adressé à la maison dépar­te­men­tale des personnes handi­ca­pées (MDPH) de son dépar­te­ment de rési­dence, de préfé­rence par lettre recom­man­dée avec avis de récep­tion.

lu et relevé dans par Domi­nique Bonne

Matinée Parkinson. Une participation record !

Cyclistes, vété­tistes, trai­leurs et marcheurs ont été quelque 900 à répondre, dimanche 11 février, à l’invitation du Vélo club à parti­ci­per à sa tradi­tion­nelle mati­née en faveur de la lutte contre la mala­die de Parkin­son. Soit une cinquan­taine de plus que l’an passé. « C’est un nouveau record ! », s’est réjoui Stéphane Le Roux, le président, qui n’a pas manqué de saluer tous les parti­ci­pants mais aussi les béné­voles, à commen­cer par ceux qui, derrière les billi­goù, ont confec­tionné 1.250 crêpes ! Le respon­sable a aussi souli­gné la convi­via­lité de la mani­fes­ta­tion. Elle permet­tra de faire un don consé­quent à l’association des Parkin­so­niens du Finis­tère. « Un chèque sera remis prochai­ne­ment ». Un grand merci à toute l’équipe du vélo-​club du Folgoët qui nous offre chaque année une des plus grandes mani­fes­ta­tions spor­tives Finis­té­riennes de collectes de fonds pour la recherche sur Parkin­son.

Soli­da­rité, Spor­ti­vité et Convi­via­lité sont les mots qui déter­minent le mieux l’esprit de la mati­née dédiée pour la recherche sur la mala­die de Parkin­son, qui connait chaque année un immense succès. Vous étiez un peu plus de 900 Cyclistes, vété­tistes, coureurs, marcheurs, orga­ni­sa­teurs, béné­voles, élus, sans oublier les crêpières. (Plus de 1200 crêpes furent distri­buées) Vous donnez géné­reu­se­ment de votre temps, de votre éner­gie, un grand Merci pour votre enga­ge­ment, votre enthou­siasme.
Votre contri­bu­tion servira à finan­cer des travaux de recherche nova­teurs menés par des scien­ti­fiques et cher­cheurs de Nantes. Le but amélio­rer la qualité de vie des personnes atteintes et un jour à trou­ver un remède à la mala­die.


l’équipe du vélo-​club du Folgoët

Face à la mala­die de Parkin­son chaque pas, chaque don est une conquête.

Votre enga­ge­ment précieux nous va droit au cœur.

Au nom de tous les Parkin­so­niens, Merci !

Domi­nique BONNE pour l’Association de Parkin­so­niens du Finis­tère

[vu sur le net] Parkinson sur le site du ministère des solidarités et de la santé

article trouvé sur le site du minis­tère des soli­da­ri­tés et de la santé

La mala­die de Parkin­son est une affec­tion chro­nique neuro­dé­gé­né­ra­tive : c’est-à-dire qu’elle se carac­té­rise par la dispa­ri­tion progres­sive de certains neurones dans le cerveau.

pour lire cet article dans son inté­gra­lité, suivez ce lien…

[vu sur le net] Rando Parkinson. Rendez-​vous dimanche (Le Folgoët)

article trouvé sur le site du Télé­gramme

Coor­don­née par le Vélo-​club, la tradi­tion­nelle mati­née spor­tive au profit de l’association des Parkin­so­niens du Finis­tère se dérou­lera ce dimanche. « Quarante béné­voles soutiennent cette mani­fes­ta­tion, dont plusieurs crêpières, qui vont confec­tion­ner quelque 1.500 crêpes, les traceurs de circuits, ainsi que ceux qui assurent les perma­nences au bar, aux inscrip­tions ou encore aux ravi­taille­ments », note Stéphane Le Roux, le président.

pour lire cet article dans son inté­gra­lité, suivez ce lien…

56 – ASSOCIATION de PARKINSONIENS du MORBIHAN

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°71

Le dernier trimestre 2017 a été riche en événe­ments :

9 Septembre : Nous étions présents au Forum des Asso­cia­tions à Vannes, Quéven et Pont-​Scorff. Jour­née très posi­tive, de belles rencontres avec le public en recherche de connais­sances sur la mala­die.

21 septembre : « Safari Breton ». Pour célé­brer le dernier jour de l’été et le début de notre nouvelle année d’activités, nous avions prévu une rencontre au Parc Aqua­na­ture du Stérou, écrin de verdure vallonné, ponc­tué de rivières, d’étang où vivent sur 80 hectares 140 cervi­dés à l’état natu­rel.
Comme de bien entendu, nous avons commencé cette rencontre par un apéro suivi d’un repas de spécia­li­tés du parc. Après ce moment d’échange et de partage, alors que le ciel était d’un bleu écla­tant, nous sommes partis à la décou­verte du site afin de réali­ser notre « safari breton ». Une fois le groupe installé dans les voitu­rettes élec­triques pouvant accueillir 4 personnes, le convoi démarre et, à nous les pistes et l’aventure !

Nous garde­rons de cet après-​midi, le souve­nir des rires cris­tal­lins qui reten­tis­saient dans la forêt et les chemins vallon­nés. Il faut dire qu’il fallait maîtri­ser les voitu­rettes capables de monter des côtes abruptes et qui, quel­que­fois, malgré le sang-​froid des conduc­teurs se mettaient sur trois roues dans les tour­nants.

Fina­le­ment, aucun inci­dent à déplo­rer. A la majo­rité, nous avons accordé le permis de la meilleure conduite des voitu­rettes élec­triques à Louise.
Texte d’Emile Le Dref

28/​29 septembre : Salon Auto­no­mic Grand Ouest à Rennes. Tous les deux ans, nous retrou­vons l’Association Parkin­son de l’Ille & Vilaine sur son stand. Ces deux jour­nées « fati­gantes », mais riches en échanges, nous permettent d’instruire un public très diver­si­fié et souvent peu informé, sur la mala­die et ses effets.

30 septembre : Forum Handi­cap au Parc des Expos à Lanes­ter. Nous parti­ci­pons à ce forum orga­nisé par la CPAM, la CAF, le Dépar­te­ment, l’ARS, et d’autres parte­naires : 80 asso­cia­tions repré­sen­taient toutes les formes du handi­cap. Trois thèmes rete­nus : l’enfance, le sport et les nouvelles tech­no­lo­gies. Sur notre stand, un grand nombre de visi­teurs (malades, aidants, profes­seurs et élèves de lycée « section des services à la personne » (public peu connais­seur de la mala­die de Parkin­son) en recherche de rensei­gne­ments et de conseils avisés sur le Parkin­son. Des contacts prévus pour début 2018. Cette jour­née a accueilli 2000 visi­teurs.

1er au 07 Octobre : A.G. CECAP à Erde­ven. Semaine très agréable, enso­leillée. Une cinquante de personnes présentes lors de cette rencontre, ont appré­cié les diverses acti­vi­tés propo­sées en mati­née, les soirées animées et convi­viales, décou­vert les paysages morbi­han­nais où les univers mari­times et terrestres se mêlent étroi­te­ment.

Délais­sant pendant 48 heures les festi­vi­tés, nous avons durant l’A.G. dressé le bilan de l’année 2016, échangé nos expé­riences, prévu nos futures actions pour être toujours à l’écoute des malades. Plusieurs inter­ve­nants nous ont entre­tenu sur : les avan­cées de la recherche depuis 10 ans, le savoir bien gérer ses médi­ca­ments pour éviter les effets secon­daires, le côté posi­tif d’une alimen­ta­tion saine et variée pour ne pas perdre de poids, les effets évidents de séances de kiné­si­thé­ra­pie et de réflexo­lo­gie.
Le 21 Octobre : Confé­rence. La Maison des Asso­cia­tion de Vannes accueillait une cinquante de personnes venues échan­ger avec le Dr Anani neuro­logue au CHB de Pontivy et une ortho­pho­niste. Le Dr Anani présente la mala­die de parkin­son, ses symp­tômes annon­cia­teurs et premiers, son évolu­tion, les trai­te­ments médi­ca­men­teux et chirur­gi­caux.

L’orthophoniste recom­mande une prise charge précoce, pour des diffi­cul­tés d’élocution, de déglu­ti­tion, d’écriture, afin d’éviter au malade de se mettre en retrait de la société. Cette réédu­ca­tion assez tonique, demande au patient et au soignant d’être moti­vés, il doit s’installer un climat de confiance, d’échange, d’écoute, de compli­cité entre eux.

Le 18 Novembre : Concert à Vannes. Un groupe de copains qui se réunit pour chan­ter des chan­sons de marins, et c’est la nais­sance de Douar­mor en 1995. Depuis 22 ans, leur réper­toire de « chants de mer », paroles et musique de Gilles Morvan, nous porte au gré du vent, des marées et du « chant des sirènes » de Paim­pol à Dublin et de l’Ile de Houat à Glas­gow, en s’arrêtant le temps des vacances dans la « Maison du bout de l’île ».

Ces « cheva­liers de la mer » ont besoin d’escales avant de reprendre la mer, les pubs enfu­més et le « whis­key dans les jarres » de l’Irlande et de l’Ecosse leur redon­ne­ront la force d’affronter l’océan. Arrive le temps de la retraite, le vieux marin qui tous les jours déam­bule sur les quais prend un jour le large sur « son vieux rafiot » pour un dernier voyage vers l’île sans vent. Voilà comment Douar­mor nous conte le monde de la mer.

Pendant deux heures, conteur, chan­teurs, musi­ciens, ovation­nés par un public conquis et parti­ci­pa­tif, nous ont fait voguer du Golfe du Morbi­han vers des contrées loin­taines.

Date à rete­nir : le 22 Janvier Galette des Rois à Quéven

Ensemble, la route nous paraî­tra moins longue en 2018.
Meilleurs Vœux à toutes et tous.

Texte de Fran­çoise Vignon

Venez nous voir au « salon Seniors » de Brest le 10 et 11 Février

L’Association des Parkin­so­niens du Finis­tère aura un stand au « Salon Seniors » qui aura lieu du 10 au 11 Février à Brest au Parc Expo de la Penfeld

[nicotinotherapie] A2N en direct à la radio ce samedi !

A2N (Asso­cia­tion Neuro­thé­ra­pie et Nico­tine) sera, samedi 3 février de 12:00 à 13:00 sur l’antenne de Fréquence Plurielle (106.3 FM)

Égale­ment sur Inter­net : http://www.ecouterradioenligne.com/fpp-paris/

Randos contre la Parkinson : 11 Février, Le Folgoët

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.