Ne pas être qu'un "patient" ...

Le point sur les « cellules souches » — Trois articles divergents mais complémentaires

Extrait de Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n°22 – septembre 2005

1-« Déce­vantes cellules souches »
Le Nouvel Observateur.28 avril /​ 4 mai 2005 par Fabien Gruhier

« On a cru qu’elles allaient venir à bout de tous nos maux. Hélas les cher­cheurs constatent que les merveilles consta­tées en éprou­vette ne se repro­duisent pas dans un corps humain ».

« Le bel enthou­siasme se serait-​il évanoui ? Voila cinq ans, un défer­le­ment de publi­ca­tions scien­ti­fiques lais­sait espé­rer que l’on allait bien­tôt pouvoir répa­rer à la carte nos organes défaillants et nos tissus endom­ma­gés. Ceci en utili­sant les cellules souches adultes, plus ou moins indif­fé­ren­ciées, que l’on ne cessait de décou­vrir un peu partout dans l’organisme. …Ayant conservé une certaine souplesse leur permet­tant, en cas de besoin, de donner nais­sance à des cellules spécia­li­sées de rempla­ce­ment. Grâce à elles, on allait donc faire repous­ser les neurones … et soigner les mala­dies dégé­né­ra­tives jusqu’ici incu­rables. Le tout sans inter­ven­tion lourde, puisqu’il s’agirait simple­ment de multi­plier in vitro ces cellules souches, de les diffé­ren­cier dans le modèle désiré, puis de les injec­ter là où elles seraient utiles. Les cellules de la moelle osseuse semblaient se prêter parti­cu­liè­re­ment bien à l’exercice : chez l’animal on a prouvé qu’elles conser­vaient un poten­tiel « multi-​tissulaire » compa­rable à celui des cellules souches de l’embryon, dites ES.


« Malheu­reu­se­ment, « cinq après, la révo­lu­tion concep­tuelle ne s’est pas produite », consta­tait le 5 avril Laure Coulom­bel, direc­trice de recherche à l’INSERM, lors d’une séance spéciale tenue par l’Académie natio­nale de Méde­cine, inti­tu­lée : Répa­ra­tion tissu­laire et cellules souches ». C’est que, résume la spécia­liste, « beau­coup d’observations ont été trop hâti­ve­ment inter­pré­tées ». On a extra­polé des obser­va­tions surpre­nantes faites sur la souris, voire sur la droso­phile, en espoirs de théra­peu­tiques appli­cables à l’homme. …En effet, les cellules vivantes se prêtent, au labo, à des trans­for­ma­tions qui « n’ont pas d’équivalent in vivo », dit Laure Coulom­bel. Ainsi, « fabri­quer in vitro des neurones, c’est une chose, mais répa­rer une lésion du système nerveux, c’en est une autre… » Tout ce bouillon­ne­ment scien­ti­fique autour des cellules souches adultes …a néan­moins produit des obser­va­tions très impor­tantes. …Seule certi­tude : le plus souvent, là où elles se trouvent, elles paraissent jouer leur rôle natu­rel, à savoir régé­né­rer le foie, la peau, les globules rouges, les fibres muscu­laires après un claquage, ou les os après une frac­ture. C’est déjà beau­coup, et rien n’interdit d’espérer qu’un jour on saura profi­ter davan­tage de leur capa­cité régé­né­ra­trice par une stimu­la­tion in situ. … »

« Les espoirs de répa­ra­tion tissu­laire semblent donc désor­mais repo­ser sur des cellules souches véri­ta­ble­ment pluri­po­tentes, capables d’être trans­for­mées à volonté en n’importe quel type de cellules spécia­li­sées. « La recherche d’une cellule souche univer­selle est comme la quête du Graal, passion­nante mais incer­taine », dit Hélène Gilgen­krantz, de l’institut Cochin. Or il faut recon­naître que, pour le moment, la seule source certaine de telles cellules est l’incontournable embryon humain. En l’état des connais­sances biolo­giques, il se trouve : 1) dans le clonage théra­peu­tique pour en tirer des cellules ES, mais cette tech­nique est inter­dite à peu près partout. 2) dans le recours aux embryons surnu­mé­raires, consé­cu­tifs à des fécon­da­tions in vitro. …De tels embryons sont stockés par dizaine de milliers dans de nombreux pays. Jusqu’ici, seuls Israël, les Etats-​Unis et l’Australie ont auto­risé leur utili­sa­tion scien­ti­fique, via la culture de précieuses lignées de cellules ES. En France, grâce à la dernière mouture (6 août 2004) de la loi bioé­thique, il est désor­mais possible d’importer des lignées ES prove­nant de pays qui en permettent l’exportation. »…

« Toute­fois, échau­dés par les espoirs préma­tu­rés que susci­tèrent les cellules souches adultes, les cher­cheurs s’efforcent main­te­nant de désa­mor­cer les promesses miro­bo­lantes : jusqu’à nouvel ordre, il s’agit exclu­si­ve­ment de recherche fonda­men­tale. Toute pers­pec­tive théra­peu­tique est repous­sée à un avenir loin­tain. »…

Fabien GRUHIER

2-« Clonage théra­peu­tique : la percée coréenne »
Le Nouvel Obser­va­teur 26 mai/​1 juin 2005 par Michel de Pracon­tal

L’équipe de Woo Suk Hwang semble avoir trouvé la manière de créer effi­ca­ce­ment les embryons qui permettent ensuite d’obtenir des cellules souches capables, en théo­rie, de répa­rer n’importe quel tissu endom­magé. L’avenir de la biomé­de­cine se joue en Asie.

…« Les biolo­gistes du monde entier saluent la réus­site de l’équipe coréenne qui vient de démon­trer la faisa­bi­lité du clonage théra­peu­tique, le Graal de la méde­cine actuelle (Science du 20 mai 2005). Il s’agit de créer, par une tech­nique analogue à celle qui a fait naître la brebis Dolly en 1996, un embryonn ayant les mêmes gènes que le patient. Dans le cas du clonage repro­duc­tif, l’embryon est réim­planté dans l’utérus d’une mère porteuse pour donner un nouvel indi­vidu. Au contraire, lors du clonage théra­peu­tique, on met l’embryon en culture pour qu’il produise des cellules souches. Le rêve des biolo­gistes est d’utiliser ces cellules pour régé­né­rer le tissu endom­magé, comme si l’on faisait une greffe cellu­laire. Avan­tage : comme les cellules gref­fées ont les mêmes gènes que celles du patient, cette greffe ne pose aucun problème de rejet. »

« Mais ce beau concept se heur­tait, jusqu’à l’année dernière, à un obstacle majeur : aucune équipe n’avait réussi à produire par clonage une lignée de cellules souches embryon­naires humaines. En septembre 2004, l’équipe coréenne annon­çait une première réus­site, mais bien mince : une seule lignée obte­nue à partir de 200 essais. Qui plus est, l’expérience était réali­sée de telle manière que l’on n’était même pas certain qu’il s’agissait d’un véri­table clonage ! Le manque d’efficacité se doublait d’un grave problème éthique : on comprend aisé­ment que s’il faut des centaines d’ovules par lignée, la pénu­rie de donneuses risque d’aboutir à une marchan­di­sa­tion du don d’ovule. »

« Toutes ces critiques sont balayées par les nouveaux résul­tats. L’équipe de Hwang a réalisé onze lignées de cellules souches portant les signa­tures géné­tiques de onze patients diffé­rents, et en utili­sant dix fois moins d’ovules que dans l’expérience de 2004 ! Dans neuf cas, il a suffit d’un seul don pour obte­nir une lignée (une donneuse four­nit en moyenne une dizaines d’ovules). Ce succès remar­quable est dû, d’une part au fait que les cher­cheurs ont fait appel à des donneuses jeunes ; d’autre part, à une série d’améliorations tech­niques du procédé de trans­fert de noyau qui est à la base du clonage…De plus, les premiers essais confirment que les lignées de cellules souches peuvent bien se diffé­ren­cier en tissus spéci­fiques… »

…« Le progrès accom­pli par les scien­ti­fiques coréens conduit si près de l’application théra­peu­tique qu’il faut redou­bler de prudence et de vigi­lance éthique », estime pour sa part Hervé Chnei­weiss, direc­teur d’un labo­ra­toire de neuro­bio­lo­gie au Collège de France. A l’évidence, la démarche des coréens est orien­tée dans une pers­pec­tive théra­peu­tique à rela­ti­ve­ment courte échéance. Tous les spécia­listes en sont convain­cus : la course aux cellules souches et au clonage théra­peu­tique ne peut que s’accélérer. Et cela, en dépit des obstacles éthiques qu’elle rencontre dans de nombreux pays… »

… « Aujourd’hui, aucun pays euro­péen, y compris la Grande Bretagne, ne peut riva­li­ser dans ce domaine avec la Corée, et les Chinois sont aussi dans la course, quoique moins avan­cés. Si les Etats-​Unis et l’Australie conti­nuent de préfé­rer Dieu à la science, l’avenir de la biomé­de­cine se jouera en Asie. »

Michel De Pracon­tal

3-« Des cellules souches contre la mala­die de Parkin­son »
Le Monde 15 juin 2005 par Jean-​Yves Nau

« Est-​on à l’aube d’une nouvelle étape dans l’histoire du trai­te­ment de l’affection neuro­dé­gé­né­ra­tive décrite pour la première fois en 1817, par le docteur James parkin­son ? Les derniers résul­tats d’une équipe de cher­cheurs fran­çais et alle­mands, publiés dans le prochain numéro de la revue spécia­li­sée Nature Neuros­ciences, le laisse penser. Ils viennent, en effet confir­mer, après d’autres, les nouveaux espoirs nour­ris par l’usage des cellules souches dans le trai­te­ment d’affection neuro­dé­gé­né­ra­tives aujourd’hui incu­rables…

« L’équipe du docteur Pierre Marie Lledo (CNRS, insti­tut Pasteur de Paris, unité Percep­tion et Mémoire), travaillant en colla­bo­ra­tion avec celle du docteur Magda­lena Götz (univer­sité de Munich), explique comment elle a réussi à obte­nir, chez la souris, la trans­for­ma­tion de cellules souches neuro­nales du cerveau adulte en neurones capables de sécré­ter la dopa­mine… »

« Comme de nombreux neuro­bio­lo­gistes, ces cher­cheurs s’intéressent au bulbe olfac­tif, struc­ture céré­brale présente chez tous les mammi­fères. On sait, depuis une dizaine d’années, que cette struc­ture essen­tielle dans la percep­tion senso­rielle et la repré­sen­ta­tion des odeurs est le siège d’une produc­tion constante de nouveaux neurones à partir de cellules souches, et ce y compris chez l’homme de plus de 70 ans. Chez la souris, où la mesure a pu être faite, on estime que 80 000 neurones sont produits quoti­dien­ne­ment, soit le rempla­ce­ment d’environ 1% de ceux qui sont impli­qués dans le système olfac­tif. »

« Parce qu’elle était contraire à toutes les certi­tudes en matière de physio­lo­gie céré­brale, cette réalité n’a pas été accep­tée faci­le­ment, souligne le docteur Lledo. Ces nouveaux neurones proviennent de cellules souches présentes au cœur du cerveau, dans la zone sous ventri­cu­laire. En 2003, nous avions démon­tré qu’elles donnaient bien nais­sance à de véri­tables neurones capables de s’intégrer et d’établir de nouvelles connexions céré­brales. Une propriété prou­vant que le cerveau adulte n’est nulle­ment figé et qu’il est doté de facul­tés d’adaptation. De nouvelles pers­pec­tives fondées sur l’utilisation de cette plas­ti­cité neuro­nale à des fins théra­peu­tiques sont alors appa­rues. »

« …Ils avaient ensuite iden­ti­fié chez la souris adulte une molé­cule natu­rel­le­ment secré­tée dans le bulbe olfac­tif et qui attire les neurones imma­tures. Parve­nues jusqu’à cette molé­cule, appe­lée ténas­cine, les jeunes cellules commencent à se diffé­ren­cier en neurones et parviennent à matu­rité (Le Monde du 27 mars 2004).

« Ces résul­tats enri­chis­saient nota­ble­ment les connais­sances sur la complexité des méca­nismes céré­braux assu­rant le câblage des réseaux et les proces­sus mnésiques, tout en four­nis­sant un nouvel éclai­rage sur les fonc­tions répa­ra­trices du système nerveux central. Ils permet­taient égale­ment d’avancer dans la mise au point de stra­té­gies expé­ri­men­tales visant, sché­ma­ti­que­ment, à détour­ner des neurones nouvel­le­ment formés depuis leur zone germi­na­tive vers des régions lésées dans le but de les régé­né­rer. Il restait à s’assurer que les néo neurones ainsi recru­tés étaient fonc­tion­nels et capables de produire de la dopa­mine.

« Après plusieurs expé­riences infruc­tueuses, c’est cette démons­tra­tion qu’apportent aujourd’hui les équipes des docteurs Lledo et Götz. Les cher­cheurs sont, en effet, parve­nus, chez la souris, à obte­nir la diffé­ren­cia­tion de cellules souches neuro­nales en neurones produc­teurs de dopa­mine (neurones dits dopa­mi­ner­giques). En d’autres termes, ils ont réussi à orien­ter la matu­ra­tion de la tota­lité des néoneu­rones en neurones dopa­mi­ner­giques et ce dans une zone très précise du cerveau, le stria­tum, siège des lésions à l’origine de la mala­die de Parkin­son. Ce résul­tat a été obtenu en déclen­chant, au sein du stria­tum, l’expression de ténas­cine (qui a attiré les jeunes neurones issus des cellules souches) après avoir injecté dans les cellules souches un facteur de trans­crip­tion grâce auquel ces neurones ne se sont diffé­ren­ciés qu’en neurones dopa­mi­ner­giques. »

« Travaillant avec l’équipe du profes­seur Bernard Biou­lac (CNRS Bordeaux), les cher­cheurs pasto­riens ont d’ores et déjà commencé à tester leur approche de reco­lo­ni­sa­tion en neurones dopa­mi­ner­giques du stria­tum sur des macaques porteurs de lésions simi­laires à celles des victimes de la mala­die de Parkin­son. »

« Sans vouloir faire naître de faux espoirs chez les malades, nous pensons que ces travaux pour­raient, à terme, contri­buer à élabo­rer de nouvelles stra­té­gies théra­peu­tiques permet­tant de choi­sir le destin cellu­laire des neurones nouvel­le­ment formés, puis de les détour­ner depuis leur zone germi­na­tive vers les régions à répa­rer, explique le docteur Lledo. Si nous parve­nons à détour­ner les neurones par la ténas­cine et à forcer leur destin, les cellules souches chez l’adulte consti­tue­ront un réel et substan­tiel espoir théra­peu­tique ».

Jean Yves Nau

Lu et résumé pour vous par Jean GRAVELEAU

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.