Ne pas être qu'un "patient" ...

Ecraser les médicaments peut nuire à leur efficacité

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°54

La forme de certains médi­ca­ments n’est pas anodine et leur broyage est contre-​indiqué.

La prise de médi­ca­ments en compri­més ou en gélules s’avère parfois diffi­cile chez les patients atteints de troubles de la déglu­ti­tion ou de troubles psycho­lo­giques et compor­te­men­taux qui gênent l’administration par voie orale. Ce phéno­mène est parti­cu­liè­re­ment fréquent dans les établis­se­ments dédiés aux personnes âgées, ainsi que dans les services psychia­triques ou ORL. Le recours à l’écrasement des médi­ca­ments est alors courant. Or une étude à paraître dans la Revue de Méde­cine Interne relève que cela peut nuire à leur effi­ca­cité.

« Bien que cette pratique soit répan­due, ses consé­quences ont rare­ment été étudiées », indique le profes­seur Jean Doucet, gériatre dans le service de méde­cine interne du CHU de Rouen. « Nous-​mêmes nous sommes inté­res­sés à ce problème, suite aux nombreuses tendi­nites que contrac­tait le person­nel infir­mier à force d’écraser des médi­ca­ments. C’est par ce biais que nous avons pris conscience des problèmes bien plus vastes liés à cette pratique arti­sa­nale qui ne répon­dait alors à aucune recom­man­da­tion ».

Sur la base de ce constat, son équipe a mené une enquête auprès de 23 unités de géria­trie de la région de Rouen. L’étude a ainsi relevé qu’un tiers des médi­ca­ments étaient réduits en poudre avant d’être admi­nis­trés aux patients, toutes les classes théra­peu­tiques étant concer­nées. Or dans 42% des cas, l’écrasement de ces médi­ca­ments était contre-​indiqué. Trans­for­mer la forme d’un médi­ca­ment peut-​être dange­reux et expo­ser le patient à un sur ou un sous dosage. En effet, la forme de certains médi­ca­ments est étudiée pour les rendre « gastro-​résistants », c’est-à-dire empê­cher leur libé­ra­tion dans l’estomac, ou encore pour allon­ger leur temps de libé­ra­tion dans le cas des formes dites « à libé­ra­tion prolon­gée ». Ces effets risquent d’être anni­hi­lés par la pulvé­ri­sa­tion, explique le profes­seur Doucet. « Il est d’autant plus regret­table que dans la majo­rité des cas, nous pour­rions les substi­tuer par des formes plus faciles à avaler ou des médi­ca­ments pouvant être écra­sés. Mais faute de recom­man­da­tions offi­cielles, les méde­cins pres­crip­teurs ne sont pas toujours au fait de ces diffi­cul­tés ».

Manque d’informations :
L’étude révèle égale­ment des biais dans la prépa­ra­tion arti­sa­nale de ces poudres : « Les médi­ca­ments d’un même malade étaient écra­sés ensemble près de trois fois sur quatre et mélan­gés à des ingré­dients peu adap­tés – souvent de la compote (76% des cas) – pour faci­li­ter leur admi­nis­tra­tion. » Ces pratiques entraînent non seule­ment un risque d’interaction entre les prin­cipes actifs des diffé­rents médi­ca­ments, mais égale­ment avec les ingré­dients auxquels on les mélange pour faci­li­ter leur inges­tion, en raison de leur pH ou de leur tempé­ra­ture qui peuvent entraî­ner des réac­tions chimiques indé­si­rables.
L’eau géli­fiée, appré­ciable pour sa neutra­lité, n’est utili­sée que dans 7,5% des cas. Enfin, faute de maté­riel et de person­nel dispo­nible, les mortiers et pilons utili­sés, sont communs à plusieurs patients dans plus de la moitié des cas.

« Le person­nel soignant, prépa­ra­teurs comme pres­crip­teurs, n’est pas à blâmer pour autant », modère le profes­seur Doucet. Ces erreurs s’expliquent par l’absence flagrante de guides de bonnes pratiques et concerne tout autant les patients hors hôpi­tal. C’est pour­quoi il est urgent de four­nir des recom­man­da­tions aux méde­cins de ville, au person­nel des établis­se­ments de santé, mais aussi aux phar­ma­ciens de ville en contact avec les patients concer­nés ou leurs auxi­liaires de vie.
A la suite de ces résul­tats inquié­tants, des recom­man­da­tions complé­tées d’une liste exhaus­tive des médi­ca­ments pouvant ou non être écra­sés a été rédi­gée par la phar­ma­cie du CHU de Rouen, et mise à dispo­si­tion des pres­crip­teurs et des soignants sur son site Intra­net. Les recom­man­da­tions ont égale­ment été inté­grées au guide de l’administration du médi­ca­ment de la Haute Auto­rité de Santé (HAS) publié en décembre 2011.

Article relevé dans le Figaro par Soize Vignon
soize.vignon@orange.fr

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.