Ne pas être qu'un "patient" ...

Syndrome des jambes sans repos (SJSR)

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°56
Petit rappel d’un article de Jean-​Pierre Laga­dec, paru dans le numéro 50 du Parkin­so­nien Indé­pen­dant et complé­ment sur les recherches en cours.

Inter­ven­tion du Dr Imad GHORAYEB (Bordeaux) le 6/​04/​2013 :
Le syndrome des jambes sans repos (mala­die de Willis Ekbom) est une affec­tion sensori-​motrice qui se carac­té­rise par des dyses­thé­sies extrê­me­ment désa­gréables, touchant préfé­ren­tiel­le­ment les membres infé­rieurs et s’accompagnant d’un besoin irré­pres­sible de bouger. Les symp­tômes nette­ment plus sévères en fin de jour­née, sont aggra­vés par l’immobilité prolon­gée et sont partiel­le­ment soula­gés par le mouve­ment. Le SJSR appa­raît ainsi comme l’une des plus fréquentes patho­lo­gies neuro­lo­giques, il n’en reste pas moins une des plus sous diag­nos­ti­quées et mal prises en charge.

La physio­pa­tho­lo­gie du SJSR reste mal connue.

Deux hypo­thèses, celle d’un dysfonc­tion­ne­ment du système dopa­mi­ner­gique et celle d’un trouble du méta­bo­lisme du fer, semblent cepen­dant se complé­men­ter pour rendre compte des méca­nismes du SJSR. Dans l’état actuel des connais­sances, aucune de ces hypo­thèses n’a pu être véri­fiée de manière consen­suelle et ne peut clai­re­ment expli­quer les mani­fes­ta­tions cliniques de ce syndrome.

L’efficacité du trai­te­ment dopa­mi­ner­gique, l’aggravation par les neuro­lep­tiques et la fréquence élevée de surve­nue du SJSR dans la mala­die de Parkin­son sont à l’origine de l’hypothèse selon laquelle la physio­pa­tho­lo­gie du SJSR serait liée à un possible « défi­cit dopa­mi­ner­gique ». Actuel­le­ment, aucune donnée scien­ti­fique ne permet de confir­mer cette hypo­thèse. Les études par image­rie céré­brale n’ont pas réussi à démon­trer des modi­fi­ca­tions cohé­rentes en faveur d’un défi­cit dopa­mi­ner­gique, aucune perte de neurones dopa­mi­ner­giques n’a été retrou­vée dans les études anato­mo­pa­tho­lo­giques et la recherche de marqueurs biolo­giques du méta­bo­lisme dopa­mi­ner­gique dans le liquide céphalo-​rachidien a, de manière inat­ten­due, montré une augmen­ta­tion de la 3-​O-​méthyldopa et de l’acide homo­va­nillique en faveur plutôt d’une augmen­ta­tion de l’activité dopa­mi­ner­gique.

L’hypothèse du fer est beau­coup plus convain­cante dans le SJSR. Contrai­re­ment à « l’hypothèse dopa­mi­ner­gique», l’ensemble des études, qu’elles soient basées sur la recherche de para­mètres biolo­giques, sur les données de l’imagerie céré­brale ou encore sur les résul­tats anato­mo­pa­tho­lo­giques, confirment le lien entre carence en fer et SJSR.

Chez le petit animal carencé en fer, de fortes inter­ac­tions ont été démon­trées entre le méta­bo­lisme du fer et le système dopa­mi­ner­gique.

Les résul­tats préli­mi­naires obte­nus chez le primate non-​humain (PNH) montrent une rela­tion inverse entre la carence induite en fer et, d’une part, la produc­tion de dopa­mine in vivo et, d’autre part, l’augmentation de l’activité loco­mo­trice globale de l’animal.

Basé sur des données de la litté­ra­ture et sur les résul­tats de recherche fonda­men­tale menée au sein de l’Institut des Mala­dies Neuro­dé­gé­né­ra­tives (Univer­sité Bordeaux 2 CNRS UMR 5293) une mise en place d’un projet est envi­sa­gée concer­nant la recherche clinique visant à confir­mer, pour la première fois chez l’homme, les corré­la­tions inverses entre méta­bo­lisme du fer et méta­bo­lisme dopa­mi­ner­gique à la fois sur le plan biolo­gique et sur le plan de l’imagerie céré­brale. Les résul­tats devraient confir­mer l’hypothèse d’une hyper­ac­ti­va­tion du système dopa­mi­ner­gique dans le SJSR dans un contexte de carence biolo­gique en fer rendant compte ainsi du carac­tère circa­dien des symp­tômes du SJSR.

Les retom­bées de ce travail parfai­te­ment trans­la­tion­nel sont évidentes tant du point de vue de la compré­hen­sion de la physio­pa­tho­lo­gie du SJSR que du point de vue de l’amélioration de la prise en charge théra­peu­tique des patients qui en sont affec­tés à travers des projets de recherche clinique futurs en rapport avec les résul­tats de ce projet.

Commu­ni­ca­tion du Dr Chris­telle MONACA (Lille) le 12/​04/​2013 :
En ce qui concerne les trai­te­ments, il faut insis­ter sur le fait qu’il est indis­pen­sable de trai­ter tout patient ayant une forme sévère à très sévère d’autant que certaines études récentes pour­raient lais­ser suppo­ser que le SJSR serait un facteur de risque cardio vascu­laire et parti­cu­liè­re­ment hyper tension arté­rielle.

Le choix du trai­te­ment entre les trois agonistes dopa­mi­ner­giques (Adar­trel, Sifrol et Neupro) doit être fait (par le neuro­logue) en fonc­tion de la durée des symp­tômes chez chaque patient car chaque molé­cule a une demie-​vie (durée pendant laquelle elle agit) diffé­rente.

Il est impor­tant de ne pas dépas­ser les doses maxi­males auto­ri­sées du fait du risque de syndrome d’augmentation (appa­ri­tion des symp­tômes dans d‘autres parties du corps et/​ou plus tôt dans la jour­née).

Il faut noter égale­ment le fait qu’il ne faut pas trai­ter les cas de SJSR légers et modé­rés en parti­cu­lier si ceux-​ci ne surviennent que très ponc­tuel­le­ment.

Au niveau de la physio­pa­tho­lo­gie, des études géné­tiques ont permis de montrer l’implication de 4 loci (empla­ce­ment physique précis et inva­riable sur un chro­mo­some).

Le fer et la dopa­mine gardent une place impor­tante dans la physio­pa­tho­lo­gie du SJSR.

Une étude clinique en cours sur Stras­bourg et Lille teste un produit natu­rel qui pour­rait venir au moins en complé­ment des trai­te­ments habi­tuels pour permettre un meilleur soula­ge­ment. Ce produit, à base de fer pour­rait ensuite, si les résul­tats de cette étude sont concluants, être testé à plus grande échelle avec un nombre de patients impor­tants qui seraient alors suivis dans plusieurs centres (étude multi­cen­trique).

Info trans­mises par Renée Dufant

3 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Bonjour, je prends du Sifrol depuis 7 ans. SJSR agravé lors de ma gros­sesse (ma mère en souffre égale­ment). J’ai d’abord pris 1 comprimé de Sifrol, depuis 2 ans je m’en sors avec seule­ment 1/​2 mais ça reste indis­pen­sable. Je teste depuis une semaine une alter­na­tive. 1 cuiller à café d’EPS de Mucuna Pruriens, de la dopa­mine natu­relle si j’ai bien compris. Asso­cié à 1 càc d’EPS d’Escholzia. Trai­te­ment cher et non remboursé. J’essaye car je souhaite être à nouveau enceinte et le Sifrol n’est pas recom­mandé. Les premiers jours sont diffi­ciles à vivre (et que dire des nuits !) Qu’en pensez-​vous ? Par ailleurs, est-​ce qu’il y a un risque de trans­mis­sion si je tombe enceinte ? (j’ai 45 ans). Merci

    Commentaire by Laurence — 11 janvier 2018 #

  2. Je suis méde­cin mais aussi.. patient !

    J’ai souf­fert du SJSR depuis plusieurs années. Il se mani­fes­tait au coucher et jusqu’à l’endormissement.

    Je souf­frais aussi d’une tran­sit intes­ti­nal parfois diffi­cile, en raison d’une bride résul­tant d’une séquelle d’appendicectomie.

    A l’occasion d’une « tourista » violente au retour d’un voyage en extrème orient, est surve­nue une occlu­sion intes­ti­nale. L’opération m’a permis de recou­vrer un tran­sit normal et.…la dispa­ri­tion presque totale de mon SJSR.

    C’est ce qui m’a suggéré l’hypothèse qu’une diffi­culté de l’onde péris­ta­tique pour­rait être à l’origine d’une réflexe plus ou moins complexe, abou­tis­sant à la néces­sité de secouer le bassin et/​ou les jambes.

    Qu’en penser ?

    Commentaire by Auriol — 11 novembre 2014 #

  3. Bonsoir,

    A la lecture du docu­ment ci-​dessus, je me permets d’informer sur un trai­te­ment homéo­pa­tique pour le syndrome des jambes sans repos.

    J’en ai souf­fert pendant de nombreuses années, jusqu’à la recom­man­da­tion d’un méde­cin homéo­pathe, qui m’a pres­crit des granules de zincum métal­li­cum en 9 ch. L’effet pour moi a été immé­diat.

    Si cela peut aider quelques personnes !

    Commentaire by Kraemer christiane — 12 juillet 2014 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.