Ne pas être qu'un "patient" ...

Rasagiline : pourquoi ce traitement contre Parkinson peut provoquer des orgasmes spontanés

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°58
Rédigé par Marie Pena­vayre , le 19 août 2014 à 10h20

C’est un effet secon­daire bien embar­ras­sant qu’a connu une femme turque de 42 ans : son trai­te­ment anti-​Parkinson lui déclen­chait jusqu’à cinq orgasmes spon­ta­nés par jour. Un cas très parti­cu­lier relaté par des cher­cheurs de l’Université Necmet­tin Erba­kan de Konya (Turquie), dans Parkin­so­nism & Rela­ted Disor­ders.

Un trai­te­ment visant à main­te­nir le niveau de dopa­mine dans le cerveau
Pour comprendre comment ce trai­te­ment a pu géné­rer de tels effets indé­si­rables, rappe­lons quelques points sur la mala­die de Parkin­son. Il s’agit d’une mala­die neuro­dé­gé­né­ra­tive qui affecte le système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière) et qui se traduit par d’importants troubles moteurs. Cette mala­die cible une zone du cerveau où sont fabri­qués des neurones libé­rant un messa­ger chimique notam­ment impli­qué dans le contrôle des fonc­tions motrices : la dopa­mine. Lorsque ces neurones sont détruits, on observe un défi­cit en dopa­mine, ce qui entraîne plusieurs dysfonc­tion­ne­ments comme la perte de contrôle des fonc­tions motrices, carac­té­ris­tique de la mala­die de Parkin­son.

Le meilleur trai­te­ment connu à ce jour consiste donc à main­te­nir un niveau correct de dopa­mine dans le cerveau. Comme beau­coup de patients parkin­so­niens, cette jeune femme a reçu un trai­te­ment à base de rasa­gi­line, une molé­cule qui inhibe certaines enzymes char­gées de dégra­der la dopa­mine dans le cerveau. En réta­blis­sant le taux normal de dopa­mine dans le cerveau, ce médi­ca­ment permet d’éliminer les symp­tômes causés par la mala­die.

Des orgasmes spon­ta­nés et répé­tés, de trois à cinq fois par jour
Comme tous les médi­ca­ments, la rasa­gi­line n’est pas dépour­vue d’effets secon­daires : mouve­ments invo­lon­taires (dyski­né­sies), maux de tête, symp­tômes pseudo-​grippaux, vertiges, consti­pa­tion ou encore sèche­resse buccale.

Mais après sept jours de trai­te­ment, la jeune femme commence à ressen­tir des effets indé­si­rables inha­bi­tuels : une augmen­ta­tion soudaine de la libido et des orgasmes intem­pes­tifs. Elle ressent alors, sans raison, 3 et 5 orgasmes par jour, d’une durée comprise entre 5 et 20 secondes. Au bout de 10 jours, son embar­ras est tel qu’elle est admise à l’hôpital.
L’équipe médi­cale lui conseille alors d’arrêter tempo­rai­re­ment le trai­te­ment. Sans surprise, les orgasmes spon­ta­nés cessent. 15 jours plus tard, elle reprend le trai­te­ment et tout recom­mence.

Une sur-​stimulation en dopa­mine
D’après les cher­cheurs, ces orgasmes seraient le résul­tat d’une sur-​stimulation des neurones dopa­mi­ner­giques. Car il faut savoir que la dopa­mine, outre son rôle dans le contrôle des fonc­tions motrices, est aussi impli­quée dans la sensa­tion de plai­sir : les neurones libé­rant de la dopa­mine entrent en jeu lorsque la personne éprouve du désir ou du plai­sir. La dopa­mine joue par consé­quent un rôle essen­tiel dans le circuit de la récom­pense et la dépen­dance : l’arrivée d’un signal annon­çant une récom­pense libère de la dopa­mine dans diffé­rentes régions du cerveau, provo­quant un compor­te­ment grati­fiant qui four­nit une moti­va­tion néces­saire pour une nouvelle recherche de récom­pense.

Un cas unique ?
D’après les méde­cins, il s’agit d’une première décla­ra­tion de ce type, concer­nant ce médi­ca­ment. Pour­tant en 2009, des cher­cheurs cana­diens rappor­taient le cas d’un homme de 65 ans traité à la rasa­gi­line, qui connais­sait des éjacu­la­tions spon­ta­nées, sans même être en érec­tion, toutes les dix minutes pendant une demi-​heure…

Il y a quelques années, un autre anti­par­kin­so­nien était l’objet de décla­ra­tions d’effets secon­daires concer­nant de fortes addic­tions au sexe et aux jeux d’argent. Ce trai­te­ment visant lui aussi à rehaus­ser le niveau de dopa­mine, pertur­bait de la même façon le fonc­tion­ne­ment du système de récom­pense. Un effet indé­si­rable dont les patients se seraient bien passés…

Marie Pena­vayre, rédac­trice
Trans­mis par Jean Pierre Laga­dec

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.