Ne pas être qu'un "patient" ...

Éditorial

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°60

La nico­ti­no­thé­ra­pie ou le trai­te­ment du Parkin­son par patch trans­der­mique (NEPT) :
Nous avons voulu inter­pel­ler large­ment la popu­la­tion des malades et de leurs accom­pa­gnants pour servir de caisse de réso­nance vis-​à-​vis des Pouvoirs Publics à propos de la NEPT (Nico­tine à l’Etat Pur Trans­der­mique). C’est l’objet du dossier très impor­tant que nous lui consa­crons suivi lui-​même par une décla­ra­tion et les coor­don­nées d’une toute nouvelle asso­cia­tion qui reven­dique le droit à béné­fi­cier de cette tech­nique qui commence à faire ses preuves tout en étant négli­gée (voir déni­grée !) par les prin­ci­paux respon­sables et les méde­cins char­gés de conseiller les Pouvoirs Publics.

Il y a là une aber­ra­tion qui n’a (on pour­rait le penser !) comme seul but, celui de main­te­nir le patient en état de dépen­dance médi­ca­men­teuse pour le plus grand profit des labo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques et des équipes chirur­gi­cales qui prônent de plus en plus la neuro­sti­mu­la­tion profonde. En effet, il est abso­lu­ment insup­por­table que les Pouvoirs Publics, inter­pel­lés à plusieurs reprises et par des gens très diffé­rents, ne proposent pas de réponse adap­tée à cette situa­tion !

Il y a main­te­nant plus de dix ans que cette expé­rience est conduite avec des résul­tats tout à fait perti­nents : des amélio­ra­tions très sensibles du malade et des dimi­nu­tions très impor­tantes de la prise médi­ca­men­teuse.

Nous ne deman­dons qu’une chose : qu’un groupe d’experts indé­pen­dants et objec­tifs se réunisse et émette un avis permet­tant de déter­mi­ner si oui ou non il y a lieu de pour­suivre l’expérience et, ainsi, répondre à l’attente angois­sée des utili­sa­teurs à la merci d’une déci­sion brutale d’interruption du proces­sus sans expli­ca­tion ou pour cause de départ ou d’incapacité du docteur Villa­fane. En effet, cette tech­nique repose presque unique­ment sur les épaules de ce prati­cien exer­çant à H. Mondor.

Une réponse du Minis­tère (dans un sens ou dans un autre), permet­trait de poser clai­re­ment la ques­tion de la véra­cité et de l’efficacité, sans risque impor­tant, de cette théra­pie nouvelle. Elle évite­rait, ainsi, de confor­ter un espoir qui s’avérerait vain ou, au contraire, ouvri­rait une piste nouvelle de trai­te­ment de la mala­die.

Des tech­niques nouvelles voient le jour dans les labo­ra­toires ouverts aux inté­res­sés.
Ainsi, à Nantes les cher­cheurs de l’INSERM ont ouverts leur porte à des personnes malades et à leurs accom­pa­gnants confir­mant ainsi leur volonté de parte­na­riat et d’échange. Des décou­vertes fortuites : c’est en faisant d’autres recherches que des cher­cheurs décou­vrir qu’un virus (le Borna­vi­rus) pouvait aider à lutte contre les mala­dies neuro­dé­gé­né­ra­tives.

Un nouveau médi­ca­ment attend son AMM (Auto­ri­sa­tion de Mise sur le Marché) : il se promet de très sérieu­se­ment amélio­rer la vie des malades souf­frant de la mala­die de parkin­son à un stade avancé… Nous ne sommes pas naïfs mais tout progrès mérite d’être signalé quitte à dénon­cer ensuite les excès de langage à propos de leurs quali­tés.

Le stylo à Apoki­non :
Je vous parle­rai prochai­ne­ment de ce « mira­cu­leux » objet ! En effet, une simple piqûre dans l’abdomen permet de stop­per presque immé­dia­te­ment les effets parti­cu­liè­re­ment pénibles des fins de dose médi­ca­men­teuse (trem­ble­ments incoer­cibles, lenteur et blocage des dépla­ce­ments… Mais atten­tion aux abus (comme l’alcool !), il est facile de deve­nir « accro » à sa piqûre.

Le Prin­temps est de retour avec ses gibou­lées mais aussi ses tempé­ra­tures plus clémentes
Fêtons-​le avec les carna­vals de toute la planète et soyons heureux !

Jean GRAVELEAU

14 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. il me semble impor­tant de vous faire connaître la posi­tion rete­nue par le « Collec­tif Parkin­son » qui regroupe : AGPL (assoc de La Loire), CECAP (dont ce site fait partie), la FFGP (fédé des grou­pe­ments de parkin­son), France Parkin­son, Franche Comté Parkin­son et Parkin­so­nia…

    voici la copie du cour­rier envoyé par le « Collec­tif Parkin­son »

    Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé
    Madame Mari­sol Touraine

    A Paris, le 1er Mars 2013

    Dès 1999, votre admi­nis­tra­tion a auto­risé le profes­seur Pierre Cesaro et le docteur Gabriel
    Villa­fane, dans le cadre du service neuro­lo­gique du CHU Henri Mondor de Créteil, à mettre en œuvre,
    à titre expé­ri­men­tal, une théra­pie fondée sur l’utilisation de patchs de nico­tine pure pour
    amélio­rer les trai­te­ments de la mala­die de Parkin­son.
    Ils dépo­saient alors une demande de proto­cole d’essai théra­peu­tique sur « l’utilisation de la
    nico­tine à l’état pur comme médi­ca­ment pour les mala­dies neuro­dé­gé­né­ra­tives, notam­ment la mala­die
    de Parkin­son, certaines épilep­sies et les démences séniles de type Alzhei­mer. » A défaut de
    dispo­ser d’un autre produit, Ils préco­ni­saient l’utilisation des patchs nico­ti­niques desti­nés aux
    gens qui voulaient cesser de fumer.
    Le décès du profes­seur Cesaro, en décembre 2013, n’a pas inter­rompu l’expérience en cours. Mais
    cela pose une ques­tion impor­tante : en effet, plus de 1 500 malades ont été ou sont encore sous
    trai­te­ment par patchs de nico­tine, trai­tés par le seul docteur Villa­fane qui n’a pas les moyens ni
    le temps d’assurer correc­te­ment le suivi de sa théra­pie.
    Plus grave, au vu de résul­tats pour­tant non offi­ciels, des méde­cins (souvent des géné­ra­listes)
    prennent la déci­sion d’utiliser cette théra­pie sans pour autant prendre toutes les précau­tions
    prises par le docteur Villa­fane et tenir compte des limites que comporte son trai­te­ment.
    Ce trai­te­ment n’est pas encore validé puisqu’il n’a pas encore subi sa phase III, soumise à une
    étude en « double aveugle » avec placebo et secret sur les patients trai­tés.
    Le Collec­tif Parkin­son se devait d’insister auprès de vous pour que vous mettiez le poids de votre
    auto­rité dans la recherche d’une réponse prochaine à l’attente de très nombreux patients et la
    réso­lu­tion d’une situa­tion malsaine par la prolon­ga­tion de son côté expé­ri­men­tal.
    Les asso­cia­tions du Collec­tif sont fréquem­ment solli­ci­tées sur cette affaire.

    Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute consi­dé­ra­tion. La porte
    parole du Collec­tif Parkin­son

    Danielle Vilchien, Délé­guée du Collec­tif

    **************
    Pour toute corres­pon­dance : France Parkin­son
    A l’attention de Mme Vilchien, Délé­guée du Collec­tif 18, rue des terres au curé
    75013 Paris

    Commentaire by Jean Graveleau — 4 avril 2016 #

  2. Bonsoir è tous, un préa­lable tout d’abord
    « Qu’ on n’accable pas le Dr GV ’ « qu’on le laisse travailler » » « qu’il ait la relève »
    c’est bien là que se situe le nœud du problème.
    alors fais la genèse briè­ve­ment de mon inves­tis­se­ment person­nel, offi­ciel et public pour la MEPT et le Dr GV
    le 27/​09/​2013 je me suis, par une lettre envoyée aux neuro­logues bayon­nais décla­rée en croi­sade »

    je rappelle juste que j’ai été chas­sée de l’hôpital de Bayonne en mai 2009, sans ména­ge­ment avec la stig­ma­ti­sa­tion suivante « malade récal­ci­trante au parcours chao­tique » j’étais simple­ment venue deman­der les test neuro.….….. » indis­pen­sables et dernière étape,sésame pour être patchée, les services de Mondor étaient surboo­kés et GV m’a renvoyée dans ma province pour les passer, je savais que j’alliais direc­te­ment vers les ennuis mais je avais aussi que j’étais déci­dée à monter au créneau pour ce te cause ; j’ai vécu en direct l’affaire Grühier où le droit de réponse accordé au Pr Césaro lynche le Dr GV, j’a décidé ç ce moment-​là avec l’aval, le soutien et l’entière confiance de GV d’assumer un rôle qui ne m’était pas dévolu mais que j’ai endossé en carence des auto­ri­tés compé­tentes, je n’avais pas droit à l’erreur et je m’y suis prépa­rée menta­le­ment et physi­que­ment avec l’aide constante de GV, cela a pris beau­coup plus de temps que nous le pensions, mais à toute chose malheur est bon, ce temps « perdu » m’a permis de peau­fi­ner et mon enquête et mes argu­ments ; je me suis donc décla­rée apte au combat et le 18 octobre avec la jour­na­liste Isabelle Castera nous avons pu dans un article publié en pleine page dans le quoti­dien Sud Ouest dimanche du 10/​11/​2013 faire entendre notre voix, GV son point de vue sur les réti­cences rencon­trées , moi celui du vécu de malade re-​née « cure de nico­tine » a fait le buzz, Auguste P a témoi­gné dans Ouest France le 10/​01/​2014 ; le jour même où on annon­çait la piste très promet­teuse de la théra­pie génique du Pr Palfi à Mondor établis­se­ment inno­vant s’il en st avec le fer de lance Césaro ; l’ennui c’est que le Pr Césaro tait déjà mort dix jours aupa­ra­vant en appe­ler à Martin Hirsch pour réta­blir le secré­ta­riat de GV qu’on lui avait supprime d’autorité et que le « on » inter­ces­seur une première fois devien­dra « je »

    mes 2 asso­ciées ayant disparu en cours de route , cela sera pour moi l’occasion de connaître Mme Martine Orio , d’entretenir une corres­pon­dance avec Florence Ghre­nas­sia de APiin­nove ainsi qu’avec Mr Martin Hirsch et de me faire un nom sur la place autre que celui de« plouc provin­ciale  » ou  » bécas­sine du Sud Ouest » , si bien que le 15/​06/​2013, lorsque nous sommes reçus à 4 après la lettre initiale envoyée et par mail et par cour­rier ordi­naire à Mme Touraine le28/​04 -pour ma part je joins le 30/​4 de mon propre chef et sur sugges­tion de isabelle Castera avec qui je suis restée en rela­tion le jour­na­liste de Libé­ra­tion Eric Fave­reau qui me promet d’intervenir quand il faudra et il tien­dra parole , je l’alerte le fameux 8 octobre où patiem­ment autant discrè­te­ment j’attendrai à l’hôpital de jour Lionel Vidart 3 heures le Dr GV, abso­lu­ment défait, à terre ; il a décidé le soir même de s’envoler pour l’ Argen­tine, tous les RV sont annu­lés sine sine die je le fais savoir par mes réseaux qui mes servent de relais dans toute la France ; mon télé­phone n’arrête pas de vibrer, je ne réponds à personne, d’une part je sais que j’ai fait ce que je devais faire, d’autre part je suis complè­te­ment boule­ver­sée et je ne peux ni ne dois en la circons­tance le montrer, pour­tant un numéro s’affiche obsti­né­ment, régu­liè­re­ment, c’est un numéro non enre­gis­tré et il m’intrigue, je donne suite, c’est le docteur Michel Berry que je vais passer à GV au télé­phone dans le bureau où il me reçoit quasi­ment ne cati­mini, à la sauvette mais il tenait à s’expliquer et me dire au revoir, il est là à se répandre en excuses, il n’en peut plus, ne sait pas s’il souffre d’ennuis cardiaques ou pulmo­naires, en tout cas il part on le soignera mieux chez lui et il retrouve quelques couleurs quand il me dit aller chez sa nièce qui vient d ‘être consa­crée cham­pionne du monde de tango argen­tin mais que dire de plus que « j’occuperai le terrain , on ne vous oubliera pas, j’y veille­rai  »

    et je lui passe le Dr Berry que je remer­cie encore de lui avoir prodi­gué longue­ment des paroles bien­veillantes d’encouragement que moi même j’aurais bien été inca­pable de trou­ver GV ayant mis de lui même le haut parleur ; Clap de fin, le lende­main nous devions être reçues ensemble Joce­lyne Rous­seau -femme de Gilles, premier patché Mondor en 2002 ‚appar­te­nant aux 6 candi­dats de nico­park I qui du fiat du trop petit nombre de public concerné et en l’absence de blind test placebo ne sera ç terme jamais validé comme proto­cole o normal et réalisé scien­ti­fi­que­ment si bien que le troi­sième e proto­cole d’usage demandé est une vaste blague il ne sera jais validé, le brevet tombera , le PU Philippe Rémy ne s’en est pas caché devant nous — Joce­lyne et moi — NEPT à jamais illé­gale, inter­dit, e, Villa­fane frappé d’interdit, passible de pour­suites judi­ciaires -on me l’ a déjà signi­fié à Bayonne pour moi, tout patché un contre­ve­nant à la loi », la messe est dite ce 8 octobre et j’ose  » c’est une belle entrée en matière pour le nouveau méde­cin réfé­rent du centre expert Parkin­son de Mondor et me risque « et les autres patchés comment comptes-​vous les atteindre ? » sur de lui, « j’aurai le listing ; nous avions prétexté nos oublis d e lunettes de mamys pres­bytes et avions porté avec nous les 3 posters Buenos ires, Genève et Stock­holm lui avions fait lire la liste des parti­ci­pants où ile t bon dernier alors que GV est chef de délé­ga­tion il s’est aperçu du subter­fuge et a été Mena­çant à Mon égard  » la Dame du Sud Ouest’ , « il a de tout façon la ministre dans sa poche » c »est à voir car à malin malin et demi, j’ai reçu en date du 18 juin 2015 un e lettre person­nelle de Mari­sol qui me dit regret­ter vive­ment que son timing ne lui permette pas d e me rencon­trer mais qu’elle lisait tut ce que j’envoyais -comme Hirsch qui a fourni à Fave­rea des extraits de mes mails mes mails qui consti­tue le fond de l’article Libé du 20/​ 10 ; quant à notre grand oral réussi devant MP Panel et qui nous a alu toujours aver­tie par cour­rier person­nel aux services du direc­teur géné­ral de la santé il était clos avant que d’être ouvert et Robi­liard ‚le petit nouveau s’est four­voyé sans le vouloir « votre dossier n’avance pas mais c’était le manquait et l’évaluation finale DE nICOPARK2 et le dr Berry s’est délacé a demande chez auguste qui habite à 40kms de thuiery Benoit et n’a jamais été le voir , on connaît la suite tout a parce que j’éatis d’office e d’offiice chef de délé­ga­tion le 18 juin

    des faits, rien que des faits et je suis seule sur le pont

    Commentaire by saint genez isabelle — 27 juin 2015 #

  3. Je comprends vos propos Denise et les respecte
    C’est regret­table que le profes­seur Césaro ne soit plus de ce monde car, bien qu’en conflit avec G.V , ils n’avaient pas l’air d’être opposé et je pense qu’ils défen­daient la même cause.
    S’il pouvait y avoir quelques nouveaux neuro­logues dans la relève qui osaient passer les barrières érigées par tous ces ‘vieux pleins de savoir faire », mais telle­ment ache­tés, influen­cés et sous la coupe de gros labo­ra­toires.
    Je ne jette pas la pierre à tous ceux-​ci car ils accom­plissent du bon boulot, mais je leur demande tout simple­ment de lais­ser travailler des docteurs tels G.V. de ne pas être des obstacles eux qui ne demandent qu’à travailler et a être recon­nus.

    Commentaire by DAUBISSE Christian — 27 juin 2015 #

  4. Mon dieu, vous avez mal inter­prète mes propos,
    GV est un homme et un cher­cheur EXTRAORDINAIRE , je regrette très profon­de­ment que son travail ne soit pas reconnu au niveau ou il devrait être , peut-​etre a cause de l’industrie obsé­dée par le profit .
    Mais déso­lée, il devrait se faire aider pour ses confé­rences .…
    je ne l’accable pas mais j’émets une critique
    Je souffre de voir ses recherches injus­te­ment ignorées,tout comme vous

    Commentaire by Denise — 26 juin 2015 #

  5. Je suis d’accord avec vous, n’accablez pas cet homme. Tous ceux qui ont la chance d’être suivis par G.V. doivent s’estimer heureux et être recon­nais­sants.

    Commentaire by goldstein serge — 26 juin 2015 #

  6. Il ne faut pas acca­bler ce brave docteur ; je voudrais pouvoir m’exprimer en espa­gnol aussi bien qu’il s’exprime dans notre langue. Je l’admire pour son savoir, son courage devant toutes ces embûches que lui tendent tous ses « confrères ». A sa place, j’aurais décro­ché depuis long­temps. Respect et chapeau Dr Villa­fane.… Non il n’est pas top tard Dr Villa­fane. Accrochez- vous, et peut-​être qu’un miracle arri­vera en la personne d’un confrère qui croira en vous et conti­nuera de garder ce flam­beau allumé ; flam­beau de liberté et de réus­site

    Commentaire by DAUBISSE Christian — 25 juin 2015 #

  7. vous pensez bien Denise, nous en sommes très conscients et avons travaillé sur le sujet mais il est un fait certaines personnes comme vous le souli­gnez ont la pensée qui va trop vite et de fait para­site complè­te­ment la parole, certai­ne­ment GV appar­tient à cette caté­go­rie malheu­reu­se­ment et pour lui et pour nous s’y ajoute un autre handi­cap insur­mon­table — à moins qu’il ne chante-​il a surement appris sa langue mater­nelle dans laquelle il rencontre aussi des diffi­cul­tés dans des condi­tions inadé­quates, voire trau­ma­ti­santes ce qui le rend inapte à parler correc­te­ment quelque langue que ce soit, c’est le sabir Villa­fane comme le Profes­seur Tour­ne­sol était irré­mé­dia­ble­ment sourd -dingue c’est en effet un handi­cap de plus, mais dot-​on pour autant s’arrêter à ce défaut ? que je sache, André Malraux était in-​regardable et pour­tant quelle belle figure, à chaque congrès GV est doublé par un ambas­sa­deur ou ambas­sa­drice et son cas n’est pas aussi simple que le bégaie­ment de Fran­çois Bayrou dont tout le monde s’est moqué -y compris le corps professoral- quand il est arrivé en prépa au lycée Montaigne de Bordeaux ; il venait de ses montagnes avec les oreilles décol­lée mais doté d’une intel­li­gence et d’une culture que personne ne possé­dait dans sa clase d’âge ; à force de volonté et de décla­ma­tions de vers et autres fables de La Fontaine quoti­diennes que super­vi­saient des étudiants compa­tis­sants en parti­cu­lier un basque haspen­dard qui ne l’a jamais lâché ‚il est arrivé là où il en est ; à ceux qui pour­raient se deman­der avec raison pour­quoi et comment j’émets de si doctes avis , je ne le fais qu’après obser­va­tions de ce que j’ai moi -même rencon­tré au cours de ma vie, cela reste sans doute empi­rique mais ce sont des faits vécus , ainsi cette jeune très jeune enfant de Guer­nika, trau­ma­ti­sée qui à l’âge adulte, Melle Candé, a toute sa vie cru parer comme tout le monde alors qu’il fallait décryp­ter une langue connue d’elle seule et des rares habi­tuées dont j’étais c’était du franco basco espa­gnol parfai­te­ment incom­pré­hen­sible

    mais peut-​être quelqu’un connaît-​il un remède effi­cace au problème Villa­fane

    la mobi­li­sa­tion géné­rale reste toujours de mise quoi qu’il en soit

    Commentaire by saint genez isabelle — 25 juin 2015 #

  8. Je pense que le problème vient de la résis­tance du corps médi­cal, mais aussi du Pr Villa­fane qui perd un peu ses moyens lorsqu’il s’exprime en public ,
    Il a trop d’idées en meme temps lorsq’il parle et pour avoir assisté a deux discours qu’il a fait , il faut qu’il prenne un coach pour l’aider a prépa­rer ses Speechs .
    Je pense que ses recherches sur la nico­tine sont formi­dables et inno­vantes , mais il doit abso­lu­ment trou­ver un moyen (cours de theatre.…) pour être plus effi­cace dans ses confé­rences
    bien Amica­le­ment
    Denise

    Commentaire by Denise — 24 juin 2015 #

  9. Contste et inter­dit en. Principe.Cela semble vous avoir tota­le­ment echappe Pierre
    Pour l’instant nous tenons a bout de bras eloi­gnee d’un futur proche cette epee de Damocles mena­çante et cela reln bras de fer quoti­dien erein­tat deses­pe­rant parfois et pour GV l’avenir de la NEPT et la poig­kee de resis­tants combat­tants de la premuere heurz dont je suis
    Alors Pierrz des reproches non
    Une veri­rable prise de conscience et une mobi­li­sa­tion gene­rale urgente OUI

    Commentaire by saint genez — 24 juin 2015 #

  10. Et il s’aigrit peu a peu
    Il revient du congres de San Diego ou sa parti­ci­pa­tion a ete jusqu’au dernier moment proble­ma­tique
    Mais le defi a ete releve, non sans peine.
    Je sais qu’il a repondu aux ques­rions qui lui ont ete posees par des scien­ti­fiques venus du monde entier et pour lesquels il n’est certes pas inconnu, apres la presen­ta­tion de son poster et en tant que chef dele­ga­tio­ni­la­re­pondu avec agres­si­vite ce qui etait inco­ce­vable l’annee derniere du temps de Stock­holm et encore mons de Geneve ou Buenos Aires
    Peux meme affir­mer ou confir­mer qu’il peut affi­cher sa mauvaise humeur ou son « ras le bol’ aupres des patieets qu’il reçoit et…deçoit
    Car il perd patience,s’impatiente devant le temps perdu qui ne se ratrappe guere, qui ne se ratrappe plus
    Devant l’interdit qui nous a ete signu­fie le 8 janvier dernier par le direc­teur gene­ral de la Sante le P Benoit Vallet et dont on ne parle pas dans ce forum comme s-​il n’existaut pas
    I exisre bel et bien cet inter­dit qui fait de tout patche un contre­ve­nant a la loi et rend le travail du dr GV plus qye diffi­cile voire absurde puisqu’il ordonne un trai­te­ment c

    Commentaire by saint genez — 24 juin 2015 #

  11. Pierre,
    Il y a meprise totale
    Le Dr G.Villaffane comme chacun le sait peine a faire recon­naitre sa therapie.….et sa personne
    Depuis des annees
    Or s’il peut se targuer de succes patents il ne peut ou ne sait pas les faire recon­naitre aupres de la commu­nautes scien­ti­fique fran­çaise en parti­cu­lier
    T les annees passent
    .er lui aussi vieillit
    E son etoile palit
    Et

    Commentaire by saint genez — 24 juin 2015 #

  12. BONJOUR
    Je viens de lire le petit mot de Pierre disant que
    le docteur Villa­fane était souf­frant. J’ai rdv avec lui, mardi 30 juin 2015 à 15 heures. J’ai réservé mon billet de train depuis 3 mois (ainsi que mon épouse qui m’accompagne). Personne du secré­ta­riat ne nous a prévenu ! Venant de la Dordogne je pense que nous risquons de nous dépla­cer pour rien.
    Oui le Dr Villa­fane est quelqu’un de très humain très profes­sion­nel mais que le corps médi­cal ne soutiens pas et le laisse tout seul pour qu’il « meure à petit feu ». On le laisse s’épuiser. Tiendras-​t-​il le coup ? Si l’AMM de la NEPT n’est pas recon­nue rapi­de­ment , alors s’envolera l’espoir que beau­coup de Parkin­so­niens avaient misé sur cette théra­pie.
    Dans quel pays vivons-​nous ? Tout ceci pour que des labo­ra­toires deviennent encore plus puis­sants. Ils n’en ont rien à « foutre » de la santé des gens, peu importe pourvu qu’on s’en mette plein les poches.
    Que fait la Sécu­rité Sociale ? Pour­tant je crois que son inté­rêt c’est que le patient prenne le moins de médi­ca­ment possible.

    Commentaire by DAUBISSE Christian — 24 juin 2015 #

  13. Bonjour Isabelle

    Je suis attristé d’apprendre que le docteur Villa­fane est souf­frant
    c’est un méde­cin brillant et très humain ‚mais vous ne pouvez rendre respon­sable les patients de tous les problèmes

    Je lui souhaite d’aller mieux
    cordia­le­ment

    Commentaire by Pierre — 23 juin 2015 #

  14. Il faudra leur dire quand même tous ces dysfonc­tion­ne­ments, ces bizar­re­ries invrai­sem­blables auxquelles nous sommes confron­tés
    Les 2 Millions d’alcooliques ont mis 8 ans pour voir le baclo­fene a l’AMM et ils avaient pendant 8 ans un grand nom de la psychia­trie du site Ville­juif qui a offi­cié pour eux avec eux. Ils ont gagné (et nous ont dédai­gnés au lieu de nous aider)

    Nous ne serions que 1500 a 2000 trai­nons toujours la grande effi­ca­cité d’un mort vivant à la maison de la chimie le 18 avril a Paris et ce fantôme n’a eu aucune diffi­culté a se joindre jusqu’à San Diego du 14 au 18 juin à une équipe NEPT renou­ve­lee où on ne voit plus bien quelle place occupe GV dont« ‘ on » s’est appli­qué ; s’applique et s’appliquera(it) a gommer la réalite, la sienne et celle de sa théra­pie

    Il faudra leur dire que le GV de San Diego n’a plus rien a voir avec le GV de Buenos Aires, Genève et Stock­holm restera t il ?

    Il faut vous dire qu’on a déploré votre immo­bi­lisme, votre non mili­tan­tisme …un livre avait pour titre « il est minuit Docteur Schwei­zer » vous pour­rez peut etre ecrire très vite un épilogue annoncé « il est trop tard Dr Villa­fane »

    Commentaire by saint genez — 21 juin 2015 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.