Ne pas être qu'un "patient" ...

Cannabis : les effets visibles sur le cerveau

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°64

Souvent asso­ciée à une dimi­nu­tion de la matière grise, la consom­ma­tion de canna­bis modi­fie aussi le câblage des neurones. Reste à savoir si cet effet n’est que tran­si­toire.

S’il est établi depuis long­temps que la consom­ma­tion de canna­bis perturbe le fonc­tion­ne­ment des neurones et multi­plie le risque de souf­frir de troubles mentaux, rien ne prou­vait jusqu’alors qu’il puisse réel­le­ment dété­rio­rer notre cerveau. C’est désor­mais chose faite. Deux études viennent, coup sur coup, d’apporter un nouvel éclai­rage à ce proces­sus contro­versé. En novembre dernier, une équipe améri­caine de l’Université de Dallas a en effet comparé, par des tech­niques d’imagerie céré­brale, les cerveaux de gros fumeurs de canna­bis et ceux de non-​fumeurs. Chez les premiers, les scien­ti­fiques ont constaté une dimi­nu­tion du volume de matière grise (celle qui rassemble le corps cellu­laire des neurones) et des modi­fi­ca­tions de la matière blanche (qui regroupe les axones* et reflète le câblage des cellules nerveuses).

Câblage renforcé :
A Dallas, Fran­cesca Filbey et ses colla­bo­ra­teurs ont étudié le volume de matière grise d’une centaine de personnes, en combi­nant plusieurs tech­niques d’imagerie par réso­nance magné­tique (IRM). Chez les fumeurs de canna­bis, il est apparu que le volume de matière grise dans le cortex orbi­to­fron­tal, une région du cerveau impli­quée dans la moti­va­tion et la prise de déci­sion, se trou­vait dimi­nué. Et ce d’autant plus forte­ment que la consom­ma­tion de canna­bis était ancienne. Mais dans le même temps, le câblage des neurones, étudié par IRM fonc­tion­nel, s’est au contraire révélé plus costaud chez les fumeurs.

Cette connec­ti­vité renfor­cée, que les cher­cheurs améri­cains attri­buent à l’épaississement de la gaine de myéline entou­rant les axones, semble pour­tant faiblir quand la consom­ma­tion de canna­bis devient chro­nique. D’où l’hypothèse des scien­ti­fiques : suite à la dété­rio­ra­tion d’une partie de ses neurones, le cerveau des fumeurs de canna­bis commen­ce­rait par compen­ser en renfor­çant leur câblage, un méca­nisme d’adaptation qui fini­rait par s’épuiser. Résul­tat : un cerveau du fumeur qui se dégrade. Ces conclu­sions méritent natu­rel­le­ment d’être appuyées par d’autre recherches.

Rétrac­ta­tion :
Celles, récentes, d’une équipe franco-​américaine pilo­tée par Zsolt Lenkel, du CNRS (Centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique) apportent de l’eau au moulin des cher­cheurs de Dallas. D’après cette dernière étude, la substance active du canna­bis, le THC, en se fixant sur certains récep­teurs des cellules, déclenche un proces­sus qui façonne à la fois la morpho­lo­gie et la crois­sance des cellules nerveuses. On sait depuis peu qu’il existe dans notre cerveau des substances dite endo­can­na­bi­noïdes qui se fixent aux mêmes récep­teurs que le THC du canna­bis.

Les cher­cheurs ont voulu en savoir plus sur les méca­nismes qu’elles déclenchent au niveau cellu­laire. Ils les ont donc testés sur des neurones mis en culture. Et leur analyse montre que, de manière géné­rale, les canna­bi­noïdes poussent les neurones à rétrac­ter leurs prolon­ge­ments, qu’il s’agisse des dendrites** ou de l’axone. Dans le cerveau, les scien­ti­fiques soulignent que le proces­sus est proba­ble­ment moins prononcé qu’en culture cellu­laire. Surtout avec les endo­can­na­bi­noïdes, présents en très petite quan­tité. Il n’empêche : ce résul­tat tend à prou­ver que le canna­bis peut bien agir en pertur­bant la connec­ti­vité des neurones.

Article d’Anne Lefèvre-​Balleydier Le Figaro du 18/​12/​15
Lu par F. Vignon

*axone : prolon­ge­ment constant, unique de la cellule nerveuse (retour au texte)
**dendrite : prolon­ge­ment fila­men­teux du neurone servant à rece­voir et conduire l’influx nerveux (retour au texte)

3 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Bonjour prevost,

    Pour­riez vous être plus précis sur votre épisode avec le lama­line ?
    Quels sont les symp­tômes dispa­rues ou atté­nués ?
    La poso­lo­gie exacte prise ? (Type de médi­ca­ments, durée et dose de la prise…)
    Au bout de combien de temps, les symp­tômes sont reve­nus ? (Trem­ble­ment, sali­va­tion etc …)
    Aviez vous un régime en place ?

    Pour­quoi ne pas avoir inves­tigé ? L’ostéopathe de mon père lui a parlé de l’huile CBD qui est un opiacé natu­rel. Si l’opiacé confirme être un produit effi­cace dans la mala­die de parkin­son, je pense qu’une étude plus précise est à mener.

    Des passe­relles avec la nico­tine sont-​ils à prendre en compte ?

    P.

    Commentaire by Philippe — 7 août 2017 #

  2. Philippe , en effet, a mon avis  » rien d’étonnant car l’opiacé produit des effets posi­tifs sur la zone de la produc­tion dopa­mi­ner­gique et ces même termi­nai­sons, ceci expli­que­rai cela . J’ai vécu l ‘équi­valent en étant sous « Lama­line  » a 10 % d’opium par cause dépla­ce­ment du sacrum et un pince­ment scia­tique (canal lombaire) qui subsiste encore aujourd’hui ne pouvant plus marcher + de 10 mn alors que la marche est la moitié de mon trai­te­ment pour contrer la Parkin­son en moyenne 7 km jour, et je n’ai rien remar­qué de retour aux effets secon­daires , comme ci celle ci n’avait jamais existé, donc je suis comme vous je me pose cette ques­tion?
    Est ce pour une raison d’éthique ou autre que cette solu­tion est passée sous silence?
    Bien cordia­le­ment.

    Commentaire by prevost — 6 août 2017 #

  3. Décou­verte.

    Opiacé et Parkin­son ?

    Je viens vous rela­ter l’aventure arri­vée à mon père récem­ment.
    Je souhaite avoir vos avis et commen­taires.

    Mon père est diag­nos­ti­qué de la MP depuis 4 ans. Il a 74 ans.
    Il prend du modo­par à dose réduite et sifrol. Il tremble de la main gauche, a quelques problèmes de sali­va­tion et de fatigue (après le repas). Mais rien d’handicapant à son gout. Il conduit toujours, est très actif et a un très bon moral.

    Voila ce qui nous amène.
    Je précise qu’il a stoppé le gluten depuis 6 semaines.

    Il y a 4 semaines, il a eu un lumbago suite à des travaux dans le jardin et a donc du prendre un trai­te­ment pour ce souci de dos préco­nisé par le méde­cin.

    Le trai­te­ment est le suivant :

    Doli­prane 1gr : 1 comprimé toutes les 6 heures si douleurs
    Trama­dol LP 100mg : 1 comprimé matin et soir
    Trama­dol 50mg : 1 comprimé toutes les 6h si douleurs persis­tantes
    Bipro­fe­nid LP 100mg : 1 comprimé matin et soir pendant une semaine
    Inexium 20mg : 1 comprimé le soir pendant une semaine
    Versa­tis patch : 1 patch pour le dos toutes les 12 heures
    Lumi­re­lax : 1 à 2 compri­més 3 fois par jour pendant 5 à 7 jours

    Au bout de 5 jours, une chose très éton­nante s’est produite :

    Tous les symp­tômes de sa mala­die se sont arrê­tés.
     — Il ne trem­blait plus le matin avec une légère reprise en milieu de jour­née mais quasi­ment nulle.
     — Plus d’hyper sali­va­tion
     — Plus de fatigue (Aucun besoin de faire une petite sieste après le repas)
     — Sommeil plus long le matin
     — Plus de problèmes de voix

    Aucun effet secon­daire noté lié au trai­te­ment du lumbago.

    Il a arrêté le trai­te­ment du lumbago et progres­si­ve­ment le trem­ble­ment est revenu. Cepen­dant, 3 semaines après l’arrêt, le trem­ble­ment est 50% infé­rieur, les problèmes de sali­va­tion sont faibles (vs ceux avant) et la fatigue n’est pas tout à fait réap­pa­rue.

    Je puis vous assu­rer que la surprise est totale car l’arrêt du trem­ble­ment est très impres­sion­nant surtout pour le malade. 

    Pour­quoi parler de cela dans cette rubrique ?
    Je m’interroge sur le médi­ca­ment trama­dol qui est un opiacé.
    A ce stade, nous ne pouvons pas déter­mi­ner quel médi­ca­ment a eu un tel impact parmi ceux ingé­rés mais la détec­tion doit être possible.
    (Ne pas oublier l’arrêt du gluten aussi).

    Quelqu’un a -t-​il déjà vécu cela ? Le trama­dol a t-​il un impact ?
    Je précise que le neuro­logue en charge de mon père n’a pas encore répondu (en vacances) à son cour­rier rela­tant les faits.

    Cordia­le­ment.
    P

    Commentaire by Philippe — 4 août 2017 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.