Ne pas être qu'un "patient" ...

Effet placebo : plus un traitement est cher, plus il est efficace !

  Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°66

Dans une expé­rience avec des patients atteints de la mala­die de Parkin­son, des cher­cheurs ont montré que l’effet placébo (le terme placebo signi­fie « je plai­rai » en latin. Il a été choisi pour indi­quer que l’effet se faisait au béné­fice du patient) est d’autant plus effi­cace que les patients croient que le produit actif admi­nis­tré est cher. Un résul­tat qui vient rappe­ler tout le mystère qui entoure encore ce phéno­mène biolo­gique.

L’étude, réali­sée par l’Institut de neuros­ciences de l’Université de Cincin­nati (Etats-​Unis) et parue dans la revue Neuro­logy, a concerné 12 patients atteints d’une forme modé­rée à sévère de Parkin­son, avec des atteintes motrices (rigi­dité, trem­ble­ments). Les cher­cheurs les ont préa­la­ble­ment infor­més qu’ils rece­vraient chacun une des deux versions d’une nouvelle drogue injec­table anti­par­kin­so­nienne, un « agoniste de la dopa­mine » (molé­cule qui active les récep­teurs de dopa­mine dans la membrane des neurones).

Une effi­ca­cité multi­pliée par 2 pour le placebo cher
Les cher­cheurs ont fait croire aux patients que la substance active était la même dans les deux médi­ca­ments, mais que l’un coûtait 15 fois plus que l’autre, pour des raisons diverses (condi­tion­ne­ment, trans­port, etc.). En réalité les seringues étaient remplies de la même solu­tion saline. En prenant soin d’informer les patients du coût (supposé) de leur injec­tion –une dose à 100 dollars ou une dose à 1500 dollars– les cher­cheurs ont ensuite menée une batte­rie de tests-​types sur la mala­die de Parkin­son : ques­tion­naire sur le ressenti des patients, impres­sion clinique globale (CGI), échelle de nota­tion unifiée de la mala­die de Parkin­son (Unified Parkinson’s Disease Rating Scale ou UPDRS) compre­nant notam­ment des mesures d’activité céré­brale par IRM.

Un effet visible sur la motri­cité et l’activité céré­brale
L’aspect le plus parlant des résul­tats obte­nus concerne la fonc­tion motrice et l’activation céré­brale des patients : injec­tion du placebo présenté comme une substance active chère a entraîné une amélio­ra­tion deux fois plus impor­tante qu’avec la « substance » présen­tée comme la moins chère.

Compa­rée à l’efficacité d’un véri­table agoniste de la dopa­mine, ici la Lévo­dopa, l’efficacité du placebo cher se trouve à mi-​chemin entre cette dernière et celle du placebo bon marché.

Des résul­tats qui viennent vali­der une multi­tude d’autres études sur l’effet placebo, prou­vant que l’esprit contri­bue à la guéri­son du corps dans des propor­tions et selon des méca­nismes qu’on commence à peine à dévoi­ler.

Article de Roman Ikoni­coff dans Science et Vie
Lu par Fran­çoise Vignon

1 Commentaire Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. heu ! mouais ! je vais essayer l’eau si pure qu’elle provient des glaciers du pôle Nord à 150 euros le litre avec un peu de sodium et hop ! un petit coup de placebo en guise de poudre de mucuna qui elle si peu coûteuse, obligé d’en prendre trois fois par jour, une injec­tion d’eau tout les matin et plus de parki !

    Elle est pas belle la vie des cher­cheurs ? alors qui n’ont pas encore trouvé celui qui a inventé le fil à couper le beurre !

    kenavo !

    Commentaire by leparigo — 10 octobre 2016 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.