Ne pas être qu'un "patient" ...

Exposé d’une orthophoniste – rédigé par Jean Pierre Lagadec

Article pa­ru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT N°35 – dé­cem­bre 2008

Lors de l’assemblée gé­né­ra­le du CECAP, à Loctudy, une or­tho­pho­nis­te a fait un ex­po­sé sur les trou­bles et la ré­édu­ca­tion de la pa­ro­le, de la dé­glu­ti­tion et de l’écriture dans la ma­la­die de Parkinson.

Cet ex­po­sé est ré­su­mé dans le tex­te qui suit.

1. Troubles de la pa­ro­le (Dysarthrie)
Ces trou­bles sont très fré­quents chez les su­jets par­kin­so­niens

Ils se ca­rac­té­ri­sent par une ré­duc­tion de l’intensité vo­ca­le, une voix rau­que et mo­no­to­ne et une ar­ti­cu­la­tion im­pré­ci­se.

Les trou­bles de la pa­ro­le ap­pa­rais­sent sou­vent au dé­but de la ma­la­die, mais peu­vent res­ter as­sez long­temps, igno­rés ou in­com­pris du pa­tient. Lors de la pre­miè­re consul­ta­tion or­tho­pho­ni­que, on peut en­ten­dre ce gen­re de phra­ses: « on ne m’écoute pas! », « on me cou­pe la pa­ro­le », « je ne peux pas pren­dre la pa­ro­le en réunion », « ma fem­me est sour­de » etc…

Les trou­bles de la pa­ro­le sont pour­tant pé­na­li­sants et han­di­ca­pent le pa­tient dans la vie so­cia­le et pro­fes­sion­nel­le. Ils doi­vent donc être trai­tés le plus pré­co­ce­ment pos­si­ble.

Que pro­po­ser com­me trai­te­ment ?

  • les trai­te­ments mé­di­ca­men­teux an­ti­par­kin­so­niens clas­si­ques (L Dopa, ago­nis­tes do­pa­mi­ner­gi­ques..) ef­fi­ca­ces pour l’amélioration de la mo­tri­ci­té des mem­bres, sont très peu ou pas du tout ef­fi­ca­ces dans le trai­te­ment de la dys­ar­thrie. Il en est de mê­me des trai­te­ments neu­ro­chi­rur­gi­caux.
  • les trai­te­ments or­tho­pho­ni­ques tra­di­tion­nels, sou­vent fas­ti­dieux pour le su­jet, n’ont pas non plus dé­mon­tré leur ef­fi­ca­ci­té dans le trai­te­ment de la dys­ar­thrie par­kin­so­nien­ne. Pour ré­édu­quer la pa­ro­le, il faut par­ler et non se li­mi­ter à des exer­ci­ces de­vant une gla­ce.

C’est pour­quoi, cet­te or­tho­pho­nis­te pré­co­ni­se une mé­tho­de, qu’elle ap­pli­que avec suc­cès de­puis plu­sieurs an­nées, la LSVT (Lee Silverman Voice Treatment) ou mé­tho­de de Lee Silverman.

Cette mé­tho­de est spé­ci­fi­que au trai­te­ment de la dys­ar­thrie par­kin­so­nien­ne. Pour être plei­ne­ment ef­fi­ca­ce, il faut res­pec­ter les condi­tions sui­van­tes :

  • la ré­édu­ca­tion doit être pré­co­ce et in­ten­si­ve
  • cha­que ses­sion de ré­édu­ca­tion com­prend 16 séan­ces de 1 heu­re, à rai­son de 4 séan­ces heb­do­ma­dai­res sur 4 se­mai­nes consé­cu­ti­ves.
  • les ses­sions sont à re­nou­ve­ler dans le temps (voi­re tous les ans)
  • la ré­édu­ca­tion de­man­de de l’énergie et la par­ti­ci­pa­tion ac­ti­ve du pa­tient
  • après cha­que séan­ce jour­na­liè­re, le pa­tient fait des exer­ci­ces à do­mi­ci­le avant la séan­ce sui­van­te.

Au cours des séan­ces, le tra­vail de ré­édu­ca­tion (sim­ple et pré­cis) est por­té par­ti­cu­liè­re­ment sur l’augmentation de la pro­duc­tion pho­na­toi­re.
Cette mé­tho­de LSVT d’origine amé­ri­cai­ne est pra­ti­quée en France par des or­tho­pho­nis­tes agréés.

2. Troubles de la dé­glu­ti­tion (Dysphagie)
Les trou­bles de la dé­glu­ti­tion tou­chent pres­que tous les pa­tients par­kin­so­niens à des de­grés di­vers, et ap­pa­rais­sent sou­vent dès le dé­but de la ma­la­die.

Les symp­tô­mes des trou­bles de dé­glu­ti­tion sont en par­ti­cu­lier une mo­bi­li­té ré­dui­te de la lan­gue, une for­ma­tion dif­fi­ci­le du bol ali­men­tai­re, une per­te du ré­flexe pha­ryn­gé et une contrac­tion pha­ryn­gée in­suf­fi­san­te.
La dys­pha­gie a pour consé­quen­ces une per­te d’appétit du pa­tient en­traî­nant sou­vent une per­te de poids, des dif­fi­cul­tés à ava­ler ses mé­di­ca­ments, Dans les der­niers sta­des de la ma­la­die, el­le peut pro­vo­quer des «  faus­ses rou­tes », à l’origine de pneu­mo­pa­thies d’aspiration pou­vant en­traî­ner le dé­cès du pa­tient.

Enfin, la dys­pha­gie em­pê­che que la sa­li­ve pro­dui­te ré­gu­liè­re­ment par les glan­des sa­li­vai­res soit ab­sor­bée au­to­ma­ti­que­ment (de l’ordre de 2000 fois par jour nor­ma­le­ment). La sa­li­ve non ab­sor­bée s’accumule alors dans la bou­che, et com­me le pa­tient a gé­né­ra­le­ment la tê­te bais­sée fi­nit par dé­bor­der et cou­ler à la com­mis­su­re des lè­vres (ba­va­ge).

Le trai­te­ment de la dys­pha­gie par l’orthophoniste consis­te d’abord à tra­vailler sur un re­dres­se­ment de la pos­tu­re du pa­tient et une mo­di­fi­ca­tion de son ré­gi­me ali­men­tai­re.
Ensuite des exer­ci­ces spé­ci­fi­ques de mo­tri­ci­té ora­le peu­vent être pro­po­sés au pa­tient pour amé­lio­rer la to­ni­ci­té mus­cu­lai­re. Et as­so­ciés à la LSVT pour amé­lio­rer la fonc­tion de dé­glu­ti­tion.

3. Troubles de l’écriture (Micrographie)

Le trai­te­ment des trou­bles de l’écriture fait aus­si par­tie de la com­pé­ten­ce de l’orthophoniste.

La mi­cro­gra­phie est un trou­ble de l’écriture sou­vent pré­sent dès le dé­but de la ma­la­die de Parkinson. Elle se ca­rac­té­ri­se par une écri­tu­re qui de­vient de plus en plus pe­ti­te à me­su­re que la main pro­gres­se vers la fin d’un mot ou d’une li­gne.

L’écriture peut n’être que lé­gè­re­ment ra­len­tie ou mi­cro­gra­phi­que et res­ter li­si­ble. Mais el­le peut être per­tur­bée au point que la phra­se en­tiè­re soit illi­si­ble. Ce trou­ble a des consé­quen­ces né­ga­ti­ves sur la vie so­cia­le et pro­fes­sion­nel­le

En ré­édu­ca­tion, l’accent est mis sur l’exagération de l’amplitude du mou­ve­ment et la gros­seur des let­tres à tra­cer. On peut par exem­ple, en bou­geant le bras et l’épaule, mi­mer le tra­cé d’énormes ”0” ou de “8”. Par ailleurs l’orthophoniste dis­po­se d’autres tech­ni­ques pour ra­len­tir la pro­gres­sion du trou­ble.

Une ses­sion de ré­édu­ca­tion peut être fai­te en 15 séan­ces.

Enfin le pa­tient peut par l’utilisation de cer­tai­nes re­cet­tes (choix de pa­pier qua­drillé de crayons et de sty­los adap­tés; écri­tu­re en let­tres dé­ta­chées de pré­fé­ren­ce à l’écriture cur­si­ve) pal­lier les in­con­vé­nients de la mi­cro­gra­phie

Le pa­tient de­vra s’entrainer à écri­re ré­gu­liè­re­ment, en pen­sant à ce qu’il fait. Et écri­re le plus sou­vent pos­si­ble, par exem­ple il faut qu’il conti­nue à com­mu­ni­quer par écrit avec ses pro­ches.

Par Jean Pierre LAGADEC

21 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Bonjour Danielle
    Je suis très heu­reux des ré­sul­tats ob­te­nus par vo­tre ma­ri sui­te à une ses­sion LSVT Loud.Je vous éton­ne­rais sans dou­te, si je vous dis que le pro­to­co­le LSVT est re­con­nu en France de­puis plus de 10 ans, mais son im­plan­ta­tion a été len­te.
    Bien que n étant nul­le­ment or­tho­pho­nis­te, j’ai écrit de­puis 2009,4 ar­ti­cles sur la LSVTqui ont été pu­bliés sur le si­te GP29
    Dans le der­nier ar­ti­cle , in­ti­tu­lé Speak Loud, je ra­con­te une ses­sion
    LSVT que j’ai sui­vie Janvier 201
    Cordialement
    JPL

    Commentaire by Lagadec Jean Pierre — 31 août 2015 #

  2. bon­jour
    mon ma­ri est diag­nos­ti­qué Parkinsonien de­puis 2011
    son prin­ci­pal pro­blè­me la per­te de pa­ro­le, de moins en moins au­di­ble.
    les sean­ces d’orthophonie clas­si­que n’apportait pas de re­sul­tats tan­gi­bles et il était com­plè­te­ment déso­cia­bi­li­se.
    a for­ce de cher­cher et de nous dé­brouiller par nos pro­pres moyens, car dans no­tre sec­teur, nous som­mes as­sez dé­mu­nis, et ce­la a vrai­ment ete ga­le­re, mais nous avons réus­si à trou­ver une or­tho­pho­nis­te LSVT. c’est une mé­tho­de in­ten­si­ve, il faut que le pa­tient soit très mo­ti­vé et avoir le sou­tien de son en­tou­ra­ge.
    pour mon mari,cela va­lait le coup de par­cou­rir 120kms par jour pen­dant 4 se­mai­nes, 4 jours par se­mai­ne. il a re­trou­ve la pa­ro­le, la joie de pou­voir te­nir une conver­sa­tion et ses amis sont stu­pe­faits des pro­grès ac­com­plis.
    c’est une me­tho­de qui mar­che, mais il faut conti­nuer des exer­ci­ces à la mai­son.
    je crois qu’il faut par­ler de cet­te ex­pe­rien­ce, car cet­te mé­tho­de res­te en­co­re confi­den­tiel­le, mais c’est un atout pour tous ceux qui ont ces pro­blè­mes.
    da­niel­le

    Commentaire by jeammie danielle — 3 août 2015 #

  3. Bonjour
    Mon ma­ri par­kin­so­nien de­puis l’âge de 50 ans
    opé­ré ( élec­tro­des )
    le 5 août 2014
    Il a com­men­cé à avoir des pro­blè­mes pour par­ler et écri­re
    apres quel­ques mois
    Serait il pos­si­ble de sa­voir s’il exis­te
    de tels trai­te­ments en Belgique
    ré­gion de Liège
    Il est sui­vi par une Logopede
    Mais pas beau­coup de re­sul­tats
    Merci

    Commentaire by Doneux — 11 juillet 2015 #

  4. Merci beau­coup Jean-Pierre. Merci aus­si de m’avoir ré­pon­du si ra­pi­de­ment.

    Très bel­le jour­née.

    Céline

    Commentaire by Celine — 24 mars 2015 #

  5. Bonjour Céline
    Pour trou­ver un or­tho­pho­nis­te agréé LSVT, il faut consul­ter le si­te
    LSVT Global, ru­bri­que « sur­ch a cli­ni­cian ».
    A Caen , vous de­vriez trou­ver au moins 2 adres­ses
    Si dif­fi­cul­tés, m’appeler au 02 96 23 50 22
    Par ailleurs, je viens d’expliquer la re­cher­che sur le si­te , dans un ar­ti­cle du Parkinsonien Indépendant N60, qui pa­rait le 21 Mars
    Bonne soi­rée
    Jean Pierre

    Commentaire by Lagadec Jean Pierre — 22 mars 2015 #

  6. Bonjour à tous,

    Ma grand-mère, en mai­son de re­pos à Bayeux, dans le Calvados, a be­soin d’un or­tho­pho­nis­te agrée mé­tho­de LSVT.

    Je ne sais pas où cher­cher, pourriez-vous me di­re quels sont les ou­tils à ma dis­po­si­tion pour lui en trou­ver un?

    L’idéal se­rait qu’il/ el­le se dé­pla­ce, son état de san­té ne lui per­met­tant pas.

    Cordialement,
    Merci à vous.

    Céline

    Commentaire by Celine — 17 mars 2015 #

  7. Bonjour May
    Vous ha­bi­tez Callac. Aujourd’hui, il exis­te 5 or­tho­pho­nis­tes
    agréés LSVT dans les Cotes d’Armor à ma connaiss­san­ce.
    Mais peut être d’autres!
    Appelez moi à par­tir de 18h au 02 96 23 50 22
    Jean Pierre Lagadec

    Commentaire by Jean pierre Lagadec — 29 janvier 2015 #

  8. Bonjour,

    J’habite à Callac (li­mi­te Côtes d’Armor-Finistère).
    Je cher­che, vai­ne­ment, or­tho­pho­nis­te pra­ti­quant la mé­tho­de LSVT.
    L’orthophoniste « clas­si­que » me dit qu’elle ne peut rien fai­re pour moi.

    Commentaire by May — 27 janvier 2015 #

  9. Bonsoir Hiltrud
    C’était une très bon­ne cho­se que d’avoir de­man­dé l’avis d’un ORL sur les ris­ques de fa­ti­gue des cor­des vo­ca­les . J’espère que la pho­nia­tre vous confir­me­ra dans le choix du trai­te­ment pour vo­tre pa­tient.
    Merci de m’avoir four­ni tou­tes ces in­for­ma­tions mé­di­ca­les, qui m’intéressent, et qui de­vraient in­té­res­ser aus­si tous les pa­tients Parkinsoniens ,qui fré­quen­tent les or­tho­pho­nis­tes et les lo­go­pè­des.

    Commentaire by Jean Pierre Lagadec — 3 décembre 2012 #

  10. Bonsoir Jean-Pierre

    Mardi pas­sé nous avons en­fin eu l’ oc­ca­sion de trou­ver un ORL – l’ en­do­sco­pie mon­tre que les lè­vres vo­ca­les FLOTTENT – Mr. Dr. Ralf Hütten ( 4700 EUPEN – Belgique) nous a en­cou­ra­gé : conti­nuer l’ en­trai­ne­ment sans for­cer (pas d’occlusives p. ex.) et 4 fois par se­mai­ne min. pen­dant 30 Min. Tout ce­la vi­se évi­dem­ment à gar­der le ni­veau per­for­mant pour la plus lon­gue du­rée pos­si­ble.
    L’ en­do­sco­pie m’ a sur­tout mon­tré qu’ il ne s’ agit pas d’ une trop gran­de TENSION des cor­des vo­ca­les – la pho­nia­tre va me don­ner des conseils supp­mé­men­tai­res après avoir en­ten­du la voix ac­tuel­le de mon pa­tient.

    Commentaire by Kirch Hiltrud/Logopède — 30 novembre 2012 #

  11. Bonsoir Hiltrud
    N’étant pas mé­de­cin, mais sim­ple Parkinsonien , je n’ai pas le droit de vous don­ner des conseils mé­di­caux, sur­tout dans le cas d’une pa­tho­lo­gie gra­ve com­me la PSP, (se­lon les neu­ro­lo­gues ).
    J’approuve tout à fait vos de­man­des de conseil au­près d’un ORL et d’une pho­nia­tre qui à mon avis vous conseille­rons la pru­den­ce dans le choix du trai­te­ment.

    Commentaire by Jean Pierre Lagadec — 19 novembre 2012 #

  12. Bonjour – je suis lo­go­pè­de – bel­ge – prov. de Liège – mon pa­tient, agé de 72 ans a été diag­nos­ti­qué Parkinson PSP au Centre CHU à Liège. Il souf­fre de bron­chi­tes – en­com­bre­ment per­ma­nent – sa voix s’ ef­fa­ce ré­gu­liè­re­ment. Ceci sur­tout pen­dant l’été avec des lon­gues pé­rio­des de cha­leur – D’ où ma ques­tion : y a-t-il un dan­ger de créer des pro­blè­mes en for­cant pro­ba­ble­ment trop au ni­veau des CORDES VOCALES tout en vi­sant un vo­lu­me amé­lio­ré de sa voix ?
    J’ ai de­man­dé aus­si la consul­ta­tion chez un ORL – mer­ci d’ avan­ce en at­ten­dant vo­tre avis.

    Cordialement – Hiltrud Kirch / Logopède

    P.S. J’ ai pris des cours de chants – ma prof (pho­nia­tri­ce) m’ a conseillé pru­den­ce quant à mon pa­tient.

    Commentaire by Kirch Hiltrud/Logopède — 10 novembre 2012 #

  13. Je vais es­sayer de ré­pon­dre à Patricia et à Laura.
    Il faut vous connec­ter sur le si­te LSVT Global
    Vous trou­ve­rez les ru­bri­ques « Find a cli­ni­cian » qui per­met de trou­ver les or­tho­pho­nis­tes agréés en France et en Belgique et la ru­bri­que  » Find a work­shop »qui don­ne des in­for­ma­tions sur les ses­sions de formation,proposées par LSVT Global.
    Je suis dé­so­lé de ne pas en sa­voir plus !
    JP Lagadec

    Commentaire by Jean Pierre Lagadec — 21 mai 2012 #

  14. bon­jour, or­tho­pho­nis­te à Monaco j’aimerai connai­tre des lieux et da­tes de for­ma­tion à la LSVT.
    Merci pour vo­tre ai­de
    Cordialement
    P.Letellier

    Commentaire by letellier Patricia — 14 mai 2012 #

  15. Bonjour,

    En tant qu’étudiante en or­tho­pho­nie en bel­gi­que ( 4 an­née) j’aurai ai­mé avoir plus d’indications sur cet­te for­ma­tion? (lieu, da­te, , du­rée de la for­ma­tion?)

    Je vous re­mer­cie d’avance,

    Cordialement,

    Laura

    Commentaire by Xaumier Laura — 4 mai 2012 #

  16. Bonjour Anne
    La lis­te des pra­ti­ciens fran­çais ha­bi­li­tés à uti­li­ser la mé­tho­de LSVT est don­née sur Internet dans une lis­te « LSVT pra­ti­cians »,en Anglais.
    Pour y ac­cé­der:
    – par Google, ta­per LSVT glo­bal
    – ap­pa­rait un pan­neau LSVT global..et cher­cher « find a cli­ni­cian »
    -cli­quer sur « find a cli­ni­cian »
    -ap­pa­rait un nou­veau pan­neau et cli­quer sur LSVT loud
    – ap­pa­rait un pan­neau dont il faut rem­plir las ca­ses « coun­try »( ta­per France) et la ca­se » I agree . »,puis cli­quer sur « sear­ch »
    Normalement., la lis­te des 350 pra­ti­ciens fran­çais va s’ouvrir.Si ce­la ne mar­che pas , me re­con­tac­ter par mail à l’adresse jpmo5@wanadoo.fr
    En ta­pant LSVT , vous pou­vez ac­cé­der à un ar­ti­cle sur la di­sar­thrie Parkinsonienne pa­ru dans le Parkinsonien Indépendant ( et GP29 en dé­cem­bre 2010 )
    Jean Pierre Lagadec

    Commentaire by Jean Pierre Lagadec — 26 février 2012 #

  17. Bonjour
    J’ai la MP,depuis cer­tai­ne­ment au moins 2009.aucun trem­ble­ment par contre dif­fi­cul­tés d’élocution et écri­tu­re qua­si illisible.Où puis je trou­ver la lis­te des or­tho­pho­nis­tes spé­cia­li­sées dans la ré­édu­ca­tion de l’écriture et de la pa­ro­le? Merci à l’avance de vo­tre ré­pon­se.

    Commentaire by Anne Mugnier — 25 février 2012 #

  18. J’ai la chan­ce de tra­vailler avec une or­tho­pho­nis­te for­mée à la mé­tho­de LSVT – je viens de ter­mi­ner avec el­le ma ré­édu­ca­tion LSVT qui a du­ré 1 mois plein , contrô­lée par une équi­pe de cher­cheurs en pho­nia­trie du CNRS ; un bi­lan fa­vo­ra­ble a pu met­tre en évi­den­ce des pro­grès cer­tains dans la hau­teur de la voix ain­si que la dis­tri­bu­tion du lan­ga­ge plus dis­tinct ; j’ai pu no­ter une amé­lio­ra­tion de l’équilibre en rap­port à la mar­che , et une amé­lio­ra­tion de mon écri­tu­re ; néan­moins, cet­te mé­tho­de res­te dif­fi­ci­le – el­le re­quiert de la part du pa­tient beau­coup d’efforts et de vo­lon­té, un sé­rieux et un in­ves­tis­se­ment per­son­nel re­la­tifs au tra­vail constant des obli­ga­tions que de­man­de cet­te méthode- à sa­voir exer­ci­ces per­son­nels quo­ti­diens etc.. Le bu le plus dif­fi­ci­le à at­tein­dre étant de com­mu­ni­quer au cer­veau de noueux au­to­ma­tis­mes – cet­te mé­tho­de ne res­te pas je pen­se à la por­tée de tous les ma­la­des ; je pen­se par­ti­cu­liè­re­ment aux per­son­nes âgées ou en gran­de dif­fi­cul­tés de lan­ga­ge – j’encourage les au­tres à s’investir com­me je l’ai fait
    ma­ri­jan­ne

    Commentaire by millo — 29 décembre 2011 #

  19. j’ai la ma­la­die de wil­son et de­puis 1 ans j’ai une dysarthrie.je vou­lais jus­te sa­voir quel me­di­ca­ment je doit pren­dre pour soi­gner se trou­ble

    Commentaire by couvri — 15 août 2010 #

  20. bon­jour, Jean Pierre Lagadec veut bien es­sayer de vous ai­der à trou­ver une so­lu­tion à vo­tre pro­blè­me? Vous pou­vez le contac­ter : par té­lé­pho­ne ( 0296235022)ou par cour­riel (jpmo5@wanadoo.fr).
    bien ami­ca­le­ment

    Commentaire by GP29 — 7 mars 2009 #

  21. bon­jour, J’ai lu avec at­ten­tion vo­tre ar­ti­cle sur les trou­bles de l’élocution, avec la mé­tho­de LSVT. Que puis-je pro­po­ser à une per­son­ne de 83 ans, qui souf­fre es­sen­tiel­le­ment de ces trou­bles, sa pa­ro­le est de moins en moins au­di­ble, il a une or­tho­pho­nis­te qui pas­se cha­que jour, mais il ne veut plus la re­ce­voir pour l’instant… Je suis dé­mu­nie de­vant lui, et je vou­drai l’aider… Merci pour vo­tre ré­pon­se.

    Commentaire by simion annick — 6 mars 2009 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.