Ne pas être qu'un "patient" ...

Pourquoi le tango est la danse la plus efficace contre Parkinson

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°70

Le Pr Gammon Earhart, neuro­logue à l’Ecole de méde­cine de l’Université de Washing­ton, a étudié les effets de la danse pour les patients atteints de la M.P.

« Le pas de base du tango est une marche ralen­tie, dans laquelle on apprend à placer son appui au-​dessus d’un pied pour permettre à l’autre de se dépla­cer, de s’ancrer d’abord avec le gros orteil et de ferme­ment se stabi­li­ser avant d’accepter le poids du corps qui bascule de l’autre côté. » C’est ainsi que le Pr Gram­mon Earhat, décrit cette danse dans son étude et son analyse des travaux récents sur les effets de la danse pour des patients atteints de la mala­die de Parkin­son.

Selon lui, les patients doivent alors se concen­trer sur une acti­vité qui ressemble à une marche habi­tuelle, ce qui est l’un des piliers des recom­man­da­tions inter­na­tio­nales pour l’exercice physique appli­quée à la M.P.: mettre en place des stra­té­gies cogni­tives du mouve­ment pour amélio­rer les trans­ferts. La danse, qui se fait en rythme et en musique, répond égale­ment parfai­te­ment à une autre de ces exigences : propo­ser des points d’ancrage en parti­cu­lier audi­tifs et visuels pour amélio­rer la démarche. Elle faci­lite l’équilibre en habi­tuant le patient à tenir compte d’événements inat­ten­dus : bous­cu­ler un autre couple, éviter les pieds de son parte­naire ou suivre un mouve­ment inat­tendu du meneur.

Mobi­lité arti­cu­laire :

L’équipe de Patri­cia McKin­ley, spécia­liste en réédu­ca­tion fonc­tion­nelle à l’Université McGill de Mont­réal – la première à étudier les effets du tango sur la M.P. – a pu mesu­rer une augmen­ta­tion de 4 points des critères d’équilibre sur l’échelle de Berg, mieux que d’autres danses de couple ou que le tai-​chi. Enfin, et même s’il ne s’agit pas du but premier de ces ateliers, le tango, comme les autres danses, favo­rise la mobi­lité arti­cu­laire et le renfor­ce­ment muscu­laire, et s’accompagne même – un résul­tat démon­tré chez des sujets âgés non atteints par la mala­die –, d’une amélio­ra­tion de la santé cardio-​vasculaire.

« Une acti­vité physique soute­nue, qui met l’organisme en aéro­bie, semble favo­ri­ser la dégra­da­tion méta­bo­lique de la fameuses protéine alpha-​synucléine », ajoute le Pr Wassi­lios Meiss­ner, neuro­logue au Centre Expert Parkin­son de Bordeaux, ce qui pour­rait jouer sur les symp­tômes non moteurs de la mala­die.

Autre carac­té­ris­tique spéci­fique au tango, les pas en arrière et sur le côté en même temps. Le Pr Earhart constate que les chutes – le plus souvent causées par de tels dépla­ce­ments chez ce type de patients – ont ainsi dimi­nué de moitié après cinq semaines de pratique biheb­do­ma­daire du tango. Enfin, le tango comporte de nombreuses poses et redé­mar­rages, que les personnes atteintes de la mala­die de Parkin­son subissent fréquem­ment lorsque leur corps « >se fige » et auxquels le tango offre des stra­té­gies pour s’habituer à relan­cer la machine »

Article de Pauline Léna relevé dans le Figaro Santé

Par Fran­çoise Vignon

2 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. En lien avec votre article, à voir et à écou­ter :

    http://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-fait-la-promotion-du-tango-pour-lutter-contre-la-maladie-de-parkinson-7790951763

    Le sport quoti­dien favo­rise aussi la produc­tion de dopa­mine natu­relle, c’est proba­ble­ment le meilleur remède natu­rel contre Parkin­son.

    Très inté­res­sante cette cita­tion du neuro­logue Meiss­ner :
    « Une acti­vité physique soute­nue, qui met l’organisme en aéro­bie, semble favo­ri­ser la dégra­da­tion méta­bo­lique de la fameuses protéine alpha-​​synucléine », ajoute le Pr Wassi­lios Meiss­ner, neuro­logue au Centre Expert Parkin­son de Bordeaux. Y a t il des étdes cliniques là dessus ??

    Commentaire by Storm — 14 novembre 2017 #

  2. Pour ceux et celles qui ne peuvent prati­quer le tango près de chez eux, vous pouvez possi­ble­ment essayer le qi gong. Le qi gong est effi­cace pour nous remettre en mouve­ment, nous redon­ner du tonus et diffu­ser de l’énergie vitale. Il asso­cie mouve­ments lents, exer­cices respi­ra­toires et concen­tra­tion. Il mobi­lise nos arti­cu­la­tions, nos muscles, notre capa­cité à nous concen­trer. C’est une autre façon de nous bouger

    Au passage, un beau court métrage sur l’art d’accompagner et la danse
    Cliquer sur le lien ou le reco­pier dans votre navi­ga­teur (puis descendre un peu sur la page pour lancer la vidéo)
    http://parkinsonquebec.ca/unisson/

    Commentaire by Storm — 13 novembre 2017 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.