Ne pas être qu'un "patient" ...

Les neurones greffés sont connectés au réseau

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°71

En 2007, l’équipe fran­çaise pose la première pierre de cet édifice. Toujours chez la souris, elle réus­sit à gref­fer dans le cortex de jeunes neurones exogènes, mani­pu­lés géné­ti­que­ment pour émettre de la fluo­res­cence. Et, pour la première fois, on a vu les nouveaux neurones gref­fés répa­rer les lésions corti­cales de façon spéci­fique !
« De quoi torpiller le vieux dogme qui préten­dait que répa­rer le cerveau était impos­sible », se féli­cite la cher­cheuse. Mieux, en 2015, la même équipe asso­ciée à l’Université libre de Belgique (ULB) parvient à réta­blir de la sorte des circuits corti­caux anato­miques fonc­tion­nels. Et, ce faisant, à consti­tuer les condi­tions du succès de cette greffe.

« Pour répa­rer le cortex moteur, il faut de jeunes neurones moteurs et de jeunes neurones visuels. Sinon, c’est l’échec », explique Pierre Vande­rhae­ghen, cher­cheur à l’Institut de neuros­ciences de l’ULB, coau­teur de l’étude. Mais pas seule­ment. Le cortex étant composé de six couches neuro­nales diffé­rentes, il faut égale­ment un cock­tail d’une dizaine de types diffé­rents de neurones (inhi­bi­teurs, exci­ta­teurs) dans les bonnes propor­tions.

Eton­nam­ment, la mala­die de Parkin­son semble, elle, plus « simple » à appré­hen­der. Elle se carac­té­rise par la destruc­tion des neurones qui sécrètent de la dopa­mine dans une zone appe­lée la « substance noire », ce qui entraîne des troubles loco­mo­teurs et cogni­tifs. Et si l’on rempla­çait les neurones détruits ?

Plusieurs essais cliniques ont été menés depuis 1990. L’intervention a consisté à injec­ter de jeunes neurones à dopa­mine dans la zone cible de la substance noire (le stria­tum) des patients afin de four­nir la dopa­mine manquante. Quatorze ans plus tard, les neurones implan­tés sont toujours là selon une équipe de l’Université Harvard (Etats-​Unis), diri­gée par Ole Isac­son, après analyse post mortem des cerveaux de cinq patients. Mais même si deux tiers des personnes atteintes ont vu la progres­sion de la mala­die ralen­tir, les résul­tats globaux sont miti­gés en raison de la diver­sité des tech­niques mises en œuvre. Un nouvel essai est en cours.

Pour ces opéra­tions, des neurones d’origine fœtale ont été utili­sés. « Ce qui pose des problèmes éthiques et de dispo­ni­bi­lité », souligne Afsa­neh Gaillard. Dans le futur, ce seront des neurones d’origine embryon­naire (extraits d’embryons précoces préim­plan­ta­toires), puis des IPS (cellules souches pluri­po­tentes induites) obte­nues à partir de cellules adultes, qui seront privi­lé­giées. « Utili­ser les propres cellules du patient évite­rait les rejets provo­qués par les greffes et permet­trait aussi d’obtenir autant de neurones que l’on souhaite » assure Afsa­neh Gaillard. Les IPS sont proba­ble­ment la clé qui permet­tra d’atteindre d’ici à deux décen­nies, l’objectif que les cher­cheurs se sont fixé.

Article d’Elena Sender relevé dans Sciences & Avenir par
Lu et trans­mis par Fran­çoise Vignon

5 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Des implants de cellules souches il ne l’est plus serait -ce à cause de ces dérives que chacun sait mais n’en dit mot les labos proposent à leurs clients /​patients des séjours gratis pro deo en Inde ou/​et Inde séjour genre club Med implants de cellules souches comm­ris . Le PU dit « C’est du n’importe quoi » « Non les labos ne s’adressent qu’à des personnes ciblées ils y trouvent leurs inté­rêts quant aux autres qui n’ont d’autres quali­tés que celles d’être malades comme on n’a rien de probant à leur propo­ser comment leur repro­cher de tout essayer pour aller mieux moins souf­frir c’est normal c’est humain.’. Un souci outre les problèmes éthiques bien réels les problèmes de rejets réac­tion auto immune ce que le corps a détruit une fois il peut le détruire à nouveau et à l’infini. Et cela n’est pas bien réjouus­sant ou au point. Un souhait que chacun prenne conscience qu’il se doit de parti­ci­per au combat pour que nous vivions mieux Ensemble on est toujours plus forts

    Commentaire by Isabelle Saint Genez — 18 janvier 2018 #

  2. Bonsoir
    Brut de pomme et pour partie hors sujet
    Je vous dis ce que mes oreillles ont entendu et mes yeux ont vu qui ont fait qu’un jour exas­pé­rèe je me suis dit qu’était venu pour moi le temps d’entrer en scène 4 ans de prépa­ra­tion autant que ceux passés au front appa­rem­ment pour rien
    Entrée en croi­sade pour tous les parjkn­so­niens privës d’informations complètes et équi­tables quant au libre choix du trai­te­mentt que eux seuls peuvent faire suppor­tés par leur méde­cin « réten­tion d’information aler­ter les poli­tiques sur un rôle qu’ils ont à jjouer qu’ils ne remplissent pas , conscien­ti­ser les scien­ti­fiques ils ne doivent pas jouer perso récol­ter des lauriers pour eux c’est pour des malades dits chro­niques incu­rables dont l’handicap va s’accentuer au fil des ans
    ‚pour des humains qui souffrent que doivent tendrre leurs efforts communs la presse se doit de faire connaitre sans parti pris mais d’une manière claire et précise toutes les infor­ma­tions dont elle dispose
    Deux volets sont toujours en friche les poli­tuques et les média
    Notre fille Fanny 13 ans est fauchée comme son pére par un diabète qui s’installe en 3 semaines elle a perdu 8 kgs le coupe­ret tombe pour moi je fais l’autruche j’ai vécu une répé­ti­tion géné­rale 5 ans aupa­ra­vant avec mon mari main­te­nant notre fille qui me demande -nous sommes à Paris -» Maman j’ai trop soif puis je lapper l’eau de la fontaine ( du Troca­dero) trois semaines en clinique spécia­li­sée pour se former à tous les aspects contrai­gnants de sa nouvelle vie . Ou on apprend que l’aventure , l’improvisè mieux vaut l’éviter et des doctes propos du méde­cin rompu à toutes les situa­tions « Fanny ta mère elle tire la gueule mais le diabète dans 10 ans on n’en parlera plus règlé fini nous étions en 88 .
    On a vu
    Fanny est enceinte début 2001 elle ne devrait mas elle n’est pas bien équi­li­brée « tu ne voudrais pas venir avec moi maman tu seras plus convain­cante que moi. » Du côté d’Oloron un méde­cin a en projet d’installer une struc­ture qui serait une banque de cellules souches prove­nant des cordons ombi­li­caux . Fanny aime­rait garder le cordon ombi­li­cal de son futur bébé. J’assiste inter­dite à de trés sévères remon­trances du diabé­to­logue à ma fille incon­sé­quente quant à son compor­te­ment « Et vous que venez vous faird ici avec elle ? « J’expose succinc­te­ment mais avec convic­tion l’objet de ma visite . Le méde­cin inter­lo­qué me regarde et me plaint vrai­ment il remue la tête soupire et me déclare « Et quoi encore…? Mme StG vous lisez trop de science fiction
    La clinique n’a pu voir le jour mais les banques de cordons ombi­li­caux cellules souches existent bien
    Le 8 décembre dernier j’étais à Créteil convo­quée par un PU avec qui nous avons fait le tour de tous les trai­te­ments sur le marché nous n’avons pas parlé de la NEPT le sujet qui fâche le PU ne savait pas la théra­pie des frères Frédé­ric et Chris­tophe Pain qui intro­duit la physique quan­tique  — impasse- c’était un fan des cellules souches

    Commentaire by Isabelle Saint Genez — 18 janvier 2018 #

  3. @leparigo .…. bien vu et bien dit !!! c’est aussi pour cela que la science est la recherche des causes de notre xxxxxx de mala­die, enfin de toute façon pas assez vite !!!

    Commentaire by Storm — 17 janvier 2018 #

  4. Beau progrès la démarche et l’invention tech­nique sont sans aucun doute inté­res­santes à une « condi­tion naïve de ma part » trou­ver l’intrus envi­ron­ne­men­tal ou bacté­rienne voir protéi­nique intrin­sèque afin de perdu­rer le béné­fice de l’intervention…

    Commentaire by leparigo — 16 janvier 2018 #

  5. Des cher­cheurs proposent une nouvelle approche pour amélio­rer la greffe de neurones chez les personnes atteintes de parkin­son

    https://www.lefil.ulaval.ca/circuits-gagnants/

    Commentaire by Storm — 16 janvier 2018 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.