Ne pas être qu'un "patient" ...

Editorial

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°73

73ème numéro, 18 ans de créa­tion d’une revue origi­nale grâce à vos envois, vous qui déni­chez des dossiers à la pointe de l’information. Sans contes­ta­tion ni remise en cause de ce que nous publions – pas une fois nous n’avons eu à subir des ques­tions remet­tant en cause les articles parus – ceci en toute indé­pen­dance puisque seul votre abon­ne­ment le finance ; à l’exception de l’aide excep­tion­nelle (2 fois en 18 ans!) de CECAP, aide logique puisque nous réser­vons 10 à 15% du jour­nal pour les infor­ma­tions des asso­cia­tions adhé­rentes.

Alors un grand merci à tous, lecteurs atten­tifs, veilleurs d’alerte lisant vos revues spécia­li­sées : vous êtes tout simple­ment les cogé­rants moraux du Parkin­so­nien Indé­pen­dant. Sans vous, nous n’aurions pas pu tenir si long­temps. Nous n’oublions pas le travail remar­quable du site GP29 qui nous publie et amène de nouveaux abon­nés – contrai­re­ment à ce que nous crai­gnions, le fait de diffu­ser le jour­nal inté­gra­le­ment sur le net n’a pas fait dimi­nuer le nombre d’abonnés ! Merci à tous.

Ce mois-​ci, de nouvelles méthodes en matière de trai­te­ment de la mala­die : le PoNS un système de neuro­sti­mu­la­tion du cerveau créant de nouveaux chemins pour contour­ner les éléments défaillants, propo­sés par les cana­diens et une PME, cana­dienne aussi, qui déve­loppe une solu­tion de régé­né­ra­tion des cellules.

Certains pois­sons sont très riches en parval­bu­mine qui « piège » les protéines de l’alpha-synucléine et les utilise « à ses propres fins », les empê­chant ainsi de former plus tard leurs propres fibres amyloïdes dange­reuses pour le cerveau.

Deux textes viennent corro­bo­rer la dange­ro­sité de ce que nous ingur­gi­tons tous les jours en quan­tité impres­sion­nante : les anti­cho­li­ner­giques, pres­crits contre la dépres­sion et la mala­die de Parkin­son accen­tuent les risques de démence. De même, certains médi­ca­ments contre la nausée et le mal des trans­ports peuvent aussi exer­cer un effet inhi­bi­teur sur la dopa­mine et entraî­ner des symp­tômes parkin­so­niens.

Pour les personnes concer­nées, il est essen­tiel de savoir que deux médi­ca­ments sont à dispo­si­tion en cas d’hallucinations visuelles : la quétia­pine (par ex. Sequase®) et la cloza­pine (Lepo­nex®). En cas de nausée, la dompé­ri­done (Moti­lium®) ou l’ondansétron (Zofran®) peuvent être utili­sés. C’est la réponse trou­vée dans le numéro 129 de Parkin­son Suisse.

Nous avons trop d’exemples de personnes inter­nées en psychia­trie par mécon­nais­sance des effets contra­dic­toires entre le trai­te­ment du Parkin­son et les pres­crip­tions de psychiatres obnu­bi­lés par le résul­tat de leur trai­te­ment sans se poser la ques­tion de l’interaction des deux trai­te­ments.

Une hospi­ta­li­sa­tion dans un service psychia­trique a des consé­quences très lourdes et des réper­cus­sions parfois irré­ver­sibles : Informez-​vous et infor­mez votre spécia­liste, il n’a pas forcé­ment été en contact avec la mala­die de Parkin­son. Peut-​être accepterait-​il de vous entendre ? Sinon voyez en un autre !

Bonne lecture et bonnes vacances à vous : c’est l’été profitez-​en pour faire des choses nouvelles et décou­vrir des paysages ou des cultures diffé­rentes de ce que vous rencon­trez tous les jours.

BON COURAGE ET BONNE SANTE…

Jean Grave­leau

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.