Ne pas être qu'un "patient" ...

Demain, éviter la maladie ?

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°73

Qui est à risque ? Et qui est respon­sable ?
S’il est urgent de soula­ger ceux qui souffrent de la mala­die, s’agissant d’en réduire l’impact – on estime qu’il aura doublé d’ici 2030 – la première des ques­tions à éluci­der n’est-elle pas d’en connaître les raisons : Où ? Quand ? Dans quelles circons­tances elle se mani­feste ? Il devient alors possible de déga­ger des pistes de recherche, ou à défaut, d’énoncer des prin­cipes de précau­tion, comme pour l’amiante… Mais en même temps, ces ques­tion­ne­ments conduisent imman­qua­ble­ment à poser la ques­tion plus déli­cate des respon­sa­bi­li­tés… et par voie de consé­quences des victimes.

Le dilemme agri­cole
Aujourd’hui, des débuts de réponses à ces ques­tions se font entendre parmi lesquelles l’agriculture et ses produits miracles (herbi­cides, pesti­cides…) qui ont le pouvoir d’éliminer l’indésirable pour faire place au meilleur… mais aussi l’agriculture et ses agri­cul­teurs deve­nus malades au nom du même miracle.

L’agriculture et ses agri­cul­teurs se retrouvent alors confron­tés au choix crucial suivant entre : Soit s’en remettre au bon sens qui recom­mande la prudence en ne cédant pas au miracle, avec l’avantage d’échapper à l’exposition aux produits soup­çon­nés, mais aussi l’inconvénient d’être écono­mi­que­ment à contre­cou­rant … Ou bien céder à la pres­sion des tout puis­sants lobbies (MONSANTOS, BAYER,…) qui suggèrent avec force la voie facile avec l’avantage du résul­tat, mais aussi l’inconvénient du risque d’être malade…

Drôle de dilemme face auquel l’agriculteur n’est malheu­reu­se­ment pas en mesure d’exercer son libre arbitre, faute d’être complè­te­ment et honnê­te­ment informé sur les déci­sions et leurs consé­quences parmi lesquelles celles à plus long terme sur l’environnement ?

La ques­tion envi­ron­ne­men­tale.
Car, aujourd’hui les termes de l’enjeu changent. Nous savons que le risque dépasse large­ment celui de la popu­la­tion des agri­cul­teurs, attei­gnant aussi les habi­tants non agri­cul­teur des régions agri­coles. Des études terri­to­riales montrent que nous risquons tous d’être atteints par ces produits qui habitent jusqu’au moindre de nos cheveux, et qu’il existe une rela­tion entre la préva­lence de la mala­die et l’utilisation faite des produits soup­çon­nés. Cet élar­gis­se­ment a pour effet de « diluer » les respon­sa­bi­li­tés et vient compli­quer la mise en place de prin­cipes de précau­tions.

Seul, que peut-​il ?
Mais même avec les meilleurs argu­ments, que peut aujourd’hui cet agri­cul­teur victime ? Esseulé, lâché par ceux de sa profes­sion qui, rende­ment oblige, conti­nuent de croire au miracle… Bien qu’ayant remporté une première victoire pour obte­nir le statut de mala­die profes­sion­nelle, que peut-​il face aux puis­sants lobbies de l’agriculture pour que son combat soit reconnu à l’échelle envi­ron­ne­men­tale ? Prêts à tout pour désta­bi­li­ser ceux qui s’aventurent sur la voie juri­dique, ils nient les évidences avec une inso­lence incroyable, allant jusqu’à mettre en doute l’intégrité mentale de leurs oppo­sants en prétex­tant la mala­die…

Et nous, qu’y pouvons-​nous ?
Nos causes n’ont-elles pas voca­tion à se rencon­trer ? Asso­cia­tions de patient, nous sommes aussi des asso­cia­tions de possibles victimes. A ce titre, nous sommes natu­rel­le­ment dési­gnés pour appuyer les asso­cia­tions de défense de l’environnement par des actions d’information, des témoi­gnages contri­buant ainsi à « faire la preuve par les victimes » du carac­tère neuro­toxique des produits incri­mi­nés.

A défaut de guéri­son, évitons la mala­die chaque fois que c’est possible. Stop à l’empoisonnement de nos campagnes et de leurs habi­tants. Non seule­ment nous sommes tous concer­nés, mais il y va aussi de la santé des géné­ra­tions futures.

A votre avis?…

Sources :
Les pesti­cides une nouvelle fois mis en cause dans la mala­die de Parkin­son

Phyto victims

Paul Fran­çois, l’agriculteur qui a fait condam­ner Monsanto

Rédigé par Yves Gicquel

1 Commentaire Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Ce que nous pour­rions faire :
    que toutes les asso­cia­tions MP se réunissent et assignent l’Etat Fran­çais pour non respect de la vie, notre vie pour les raisons suivantes :
    -Comme co-​pollueur pour lais­ser perdu­rer les pesti­cides, comme le glypho­sate.
    -Pour ne pas remplir sa mission d’exigence sur la qualité sani­taire et nutri­tive de toute l’alimentation issue du terri­toir comme de l’importation. Les ajouts de synthèses, les colo­rants, les procé­dés de raffi­nage etc…
     — Manque d’information et de préven­tion.
    Faisons du bruit!!!

    Commentaire by chatenay — 28 juillet 2018 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.