Ne pas être qu'un "patient" ...

Immunothérapie

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°74

Cette année en France, la jour­née mondiale du parkin­son a mis l’accent sur une étude clinique inter­na­tio­nale en cours, l’étude PASADENA, qui teste une immu­no­thé­ra­pie contre la mala­die de Parkin­son. Devant les médias, le profes­seur Damiers, neuro­logue à l’Hôpital univer­si­taire de Nantes et vice-​président du comité spécia­lisé de Parkin­son France, a fait état d’une « approche promet­teuse ».

300 personnes atteintes de la mala­die de Parkin­son encore jeunes, sans trai­te­ment ou très peu médi­ca­men­tées, parti­cipent à l’étude PASADENA dans le monde. Sept d’entre elles sont suivies à l‘Hôpital Univer­si­taire de Nantes. Cette étude phase II rando­mi­sée en double aveugle est contrô­lée contre placebo.

Son objec­tif consiste à ralen­tir, voire dans l’idéal de stop­per l’évolution de la mala­die de Parkin­son le plus tôt possible afin d’éliminer les accu­mu­la­tions de protéines toxiques (dépôts d’alphasynucléine) dans certaines régions céré­brales. Le trai­te­ment des personnes testées consiste, pendant 52 semaines, en une injec­tion mensuelle d’anticorps qui se lient aux protéines et signalent au système immu­ni­taire qu’elles sont indé­si­rables. Elles sont alors rendues inof­fen­sives.

Les résul­tats sont atten­dus en 2020. Cette approche suscite un débat animé dans la commu­nauté scien­ti­fique.

Source : Le Pari­sien du 6 avril 2018 : clinicaltrials.gov/c12//show/NCT03100149 ; www.movementdisorders.org/MDS/News.htmimmu­no­the­ra­pies

Lu dans Parkin­son Suisse n°130 de juin 2018
Par Jean Grave­leau

1 Commentaire Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Si j’ai bien compris , vouloir neutra­li­ser les protéines alpha synu­cléine( c’était déjà dans les tuyaux depuis un moment vous en aviez parlé, je crois.) cette protéine qui s’est consti­tuée du désordre des neurones dopa­mi­ner­giques, n’est pas évacuée par le gluta­thion. la rendre inof­fen­sive c’est bien .Permet de moins ou ne plus pertur­ber les connec­tions .Sauf que les cellules dopa­mi­ner­giques conti­nuent de dispa­raître subor­don­nées à des causes non réso­lues, ce qui ne supprime pas encore la L dopa ou les agonistes dopa­mi­ner­giques pour compen­ser le manque de produc­ti­vité endo­gène de dopa­mine.
    Cher­cher toutes les causes…c’est mon crédo !
    Merci Jean Grave­leau.

    Commentaire by PREVOST — 16 octobre 2018 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.