Ne pas être qu'un "patient" ...

Risque de démence et Parkinson

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°46 – octobre 2011

Le Parkin­son est souvent asso­cié à des problèmes neuro­psy­cho­lo­giques et neuro­psy­chia­triques dont la préva­lence augmente avec l’âge. C’est ce qu’à rapporté le Profes­seur Heinz Reich­mann, de Dresde, lors du congrès Parkin­son 2011 à Kiel. Il a fait réfé­rence à une étude réali­sée sur 1 300 patients âgés de 66 à 75 ans, dont 38% souf­fraient de démence, 35% de dépres­sion et 18% de psychose. Seul un tiers des patients n’étaient atteints d’aucun trouble. D’autres études confirment que le risque de démence est multi­plié par six pour les patients parkin­so­niens. M. Reich­mann explique que 25% des patients déve­loppent une démence huit ans après le diag­nos­tic, 50% douze ans après et plus des deux tiers seize ans après – celle-​ci se mani­fes­tant aux envi­rons de la 70ème année, indé­pen­dam­ment de la durée de la mala­die. Une étude de 2005 donne les mêmes résul­tats : au bout de quinze années, envi­ron un tiers des 149 patients parti­ci­pants vivait encore. 50% souf­fraient d’une démence, l’autre moitié de dépres­sions et d’hallucinations.

Article lu dans le Parkin­son suisse n°102 de juillet 2011 par Jean GRAVELEAU

11 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Bonjour
    pour Martine : oui la citi­cho­line est compa­tible avec les patchs nico­tine. Sans problème. Ne pas oublier de donner un peu de sucre en fin de jour­née pour éviter les crises d’hy­po­gly­cé­mie nocturnes (suées et gourme réac­tion­nel à l’emplacement du patch)
     — —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  —  — —

    Ques­tion 1
    Le Neuro­logue de mon mari ( mala­die de Léwy) trouve que je lui donne trop de Rivat­sig­mine. Je donne l’équi­valent d’un patch Exce­lon 15, sinon il est perdu dans le temps et pros­tré. Mon mari tolère très bien les patchs, mais a des passages à vide avec les gélules de forte concen­tra­tion (6 mg). Je suis passé en plus du patch Exel 10 aux gélules à 1,5mg répar­ties régu­liè­re­ment dans la jour­née. Est-​ce que une élimi­na­tion trop impor­tante par les reins est détec­table par une analyse des urines ? Ou est-​ce une accou­tu­mance, comme le dit le Neuro­logue?? Le patch 15 est appa­rem­ment exis­tant en France mais pas remboursé parce que jugé  » pas utile ».

    Ques­tion 2
    je suis obli­ger de donner de la dopa­mine en pleine nuit pour que l’in­tes­tin et la vessie de mon mari fonc­tionnent correc­te­ment. Sinon il est complè­te­ment téta­nisé. Son Neuro­logue a pres­crit de la LDopa à diffu­sion lente (200) au lieu du Sine­met 250 pour la prise du couché. J’ai été obligé de complé­ter avec 50 mg de Sine­met clas­sique étant donné la raideur nocturne persi­tente et l’enu­ré­sie, laquelle appa­raît main­te­nant égale­ment de jour. Je sais plus quoi faire. Ses besoins en Ldopa augmentent très vite (toutes les 3 semaines, 10 ans de mala­die).

    Merci de vos réponses et conseils.
    Très cordia­le­ment
    Brigitte

    Commentaire by Lanoe Brigitte — 19 février 2017 #

  2. Est-​ce que citi­co­line est compa­tible avec les patch de nico­tine ?
    Est-​ce que quel­qu’un utilise les 2 ? Avez vous l’avis du docteur GV ? Merci pour vos retours.

    Commentaire by Martine — 15 décembre 2016 #

  3. Ne se demarque pas des autres ll va travailler a son pole d’ex­cel­lence mais pas ur nous. Ses recherches abou­ti­ront dans deux gene­ra­tions et si nous sommes en droit. et devoir de lui dire que c’est parfait en ce qui concerne sa demarche au niveau de la science son entre­prise est enta­chee de deux malfa­çons a corri­ger urgem­ment
    1) lui et sa savante equipe travaillera non en syner­gie profes­sion­nelle avec d’autres cher­cheurs mais en compe­ti­ti­vite et concur­renncc et le patient, le souf­frant aura droit des annees durant a « des pistes promet­teuses, des avan­cees promet­teuses, un nouvel espoir« mais aucune realite d’un trai­te­ment imme­dia­te­ment gagnant
    2)Ce trai­te­ment existe on ne veut ni s’y inter­res­ser ni le connaitre encore mons le recon­kaitre. Je le lui ai fait savoir par un mail reste comme il se doit sans reponse . Mais j’ai pu joindre un de ses poches colla­boa­teurs au tele­phone et l’ai oblige ecou­ter ce que j’avais a diire comme je l’avais fait en janvier avec Erwan Bezard de Bordeaux 2. La balle est dans leur camp.
    Mais je suis tota­le­ment delmu­nie et side­ree par 5 lignes de la chro­nique offerte a Mme Anne Arthus Bertrand qui emet des soup­çons fait naitre une rumeur a propos de celui qui porte nos espoirs.
    Le rangeant dans la cate­go­rie fantasque et deplo­rant qu« il fasse des victimes.
    Je ne suis pas une victime de ce prati­cien auquel j’ai fait entie­re­ment confiance pour la thera­pie duquel j’ai opte sciem­ment deli­be­re­ment.
    Je suis sans doute un cas d’ecole et merite large­ment d’etre elevee au grade de patient referent expert parkin­son
    Grade qu’on aurait plutot tendance a me refu­serr
    Mes propos etant quali­fies de calom­nieux
    Moi aussi cepen­dant j’ai­me­rais qu’on m’offre une tribune la ou Mme A B Bertrand l’a obte­nue sans peine.
    J’ai a remer­cier de tout coeur le site du GP29 ‚une ancienne presi­dente du GP de l’Ile de France qui m’a fait rentrer a Mondor et a parti­cipe a ma redemp­tion
    Remer­cier le CECAP et Jean Grave­leau du Parkin­so­nien Inde­pen­dant.
    Me feli­ci­ter de certaines de mes qualites innees dont la premiere est la perse­ve­rance doublee d’une volonte farouc­jhe.
    Mme A B Bertrand a trouve sur sa route un mede­cin qui lui a conseille d’al­ler voir le prati­cien meconnu de Mondor main­te­nant exile a Vidart.
    Je voidrais connaitre l’iden­tite de ce mede­cin
    Car et c’est bien la ou le bat blesse aucun mede­cin ne conseille publi­que­ment le docteur G Villa­fane tout fonc­tionne a la debrouille et a la poli­tique du bouche a oreillen
    Le 27/​09/​2012 j’ai decide qu’il fallait en finir avec cette omerta
    J’ai trouve essen­tiel­le­ment des portes fermees des rebuf­fades des humi­lia­tions
    Mais aussi une ecoute bien­veillante et certain appui poli­tique que je ferai savoir en temps et heure dans un lieu adequat
    Et ma contri­bu­tion ne se veut ni belli­queuse ni pole­mique juste infor­ma­tive au nom de notre devise revo­lu­tion­naire et repu­bli­caine
    « Liberte, egalite, frater­nite »

    Commentaire by saint genez — 12 avril 2015 #

  4. Brigite vous avez trouve ce dont nous souf­frons. Appe­lons cela omerta reten­tion d’in­for­ma­ton soigneu­se­ment entre­te­nue par des media negli­gents quii « enfument » l »opinion publique en des-​informant, mal-​informant lecteurs et audi­teurs. La nico­tine= tabac . On le laisse croire. On le fait croire et personne n’y trouve.a redire puisque les puis­sants y trouvent leur compte.
    Et les media sont coupables de cette desin­for­ma­ton
    Et les poli­tiques passent leur chemin sans etat d’ame
    Et la commu­naute scien­ti­fique reste dans le deni d’une evidence . N’a cure du seul trai­te­ment gagnant imme­dia­te­ment. Meprise denigre se moque au motif que ce ne serait pas scien­ti­fique. Aban­donne la vertu premiere du scien­ti­fique as savoir la curio­site intel­lec­tuelle pour endos­ser le role malvei­lant de la male­hon­ne­tete intel­lec­tuelle.
    Et nous sommes dans une situa­tion para­soxale inex­tri­cable qui.satisfait les manda­rins
    Au CHU Henri Mondo de Creteil ou les travaux sur la NEPT sont menes ‑et entraves- avant hier le Pr mede­cin referent du centre ecpert parkin­son initia­teur de « confe­rences citoyennes » a tenu une reunion publique dans le cadre des jour­nees parkin­son .il a de l . Pres­tance , possede un art oratoire consomme . Il. est PU sur de lui a tres bien parlea simple­ment omis de parler de nous et personne n’a ose se lever pou lui porter ouver­te­ment contra­dic­tion
    Quel­qu’un l’au­rait il fait qu’on lui aurait.intime l’ordre de se taire commer recem­ment a Blois et a Rennes
    En Aqui­taine on ne fait pas dans la denteiie. Voudrais je parler a un respon­sabe de Neuro­caaam­pus (72M pour la premiere tranche de travaux je ne vais pas au dela du stan­dard. A Bayonne le mede­cin referent parkin­son m’a convo­quee mi.decembre . Je lui ai apporte des docu­ments , des publi­ca­tions recentes sur la nico­ti­no­the­ra­pie elle ne voulait pas les prendre . J’ai insiste .elle les a pris avec une morgue suffi­sante et ces propos« je vous les rendrai je ne suis pas sure de vouloir les lire. On n’a pas a lire ce qui n’a pas d’in­te­ret »
    Propos insul­tants comme est malhon­nete une certaine revue trimes­trielle quii relaie le grand appel d’offre du drec­teur de l’ICM Alexis Brice . Ce cher­cheur ne se demarq

    Commentaire by saint genez — 12 avril 2015 #

  5. Mon mari (66 ans est atteint de la mala­die de Léwy depuis 2006 (déclin cogni­tif, observé par moi) et diag­nos­ti­quée comme tel en 2010. La riva­stig­mine et la léva­dopa donnent de bons résul­tats, en croi­se­ment avec un panel de vita­mines B, dont la B1 et la B5. Mais il est arrivé à des concen­tra­tions impor­tantes (4 prises). En cher­chant sur le net , je suis tombé sur la citi­co­line (CTD Choline) un précur­seur de l’acé­tyl­cho­line qui passe la barrière céré­brale. Cet addi­tif « alimen­taire » a été auto­risé sur le marché euro­péen en juillet 2014, soit 6 ans après les USA.…. No comment!! La dose de 500 mg /​ jour en 2 prises a donné une amélio­ra­tion et un ralen­tis­se­ment notable( 4 mois entre les augmen­ta­tions de concen­tra­tion LDopa et Riv.au lieu de 1,5 mois). Une concen­tra­tion plus élevée ne donne pas de résul­tats. D’usage courant en Amérique du nord en palia­tif pour Alzhei­mer, il est dommage qu’il ne soit pas divul­gué en France d’au­tant qu’il améliore les perfor­mances dopa­mi­ner­giques (Citi­co­line Jarrow, US, dispo­nible sur Amazon). Comme mon mari conti­nue a se dégra­der , je suis en train d’es­sayer le patch nico­tine pour limi­ter les augmen­ta­tions de LDopa et Riv. et essayer de repous­ser l’échéance . Etant cher­cheur, j’ai l’ha­bi­tude des expé­ri­men­ta­tions. Mais pour­quoi faut-​il que les infor­ma­tions soient si mal divul­guées en France??? Cela fait 3 ans que je fouille le net et je viens seule­ment de trou­ver votre site (aucune publi­cité chez les neuro­logues hospi­ta­liers BZH ni le CLIC, ni les phar­ma­cies)!!! Ce serait bien d’avoir aussi des infos sur la DCL ( famille parkin­son). On se senti­rait un peu moins seul !

    Commentaire by Lanoe brigitte — 11 avril 2015 #

  6. @ F. Cani­vet : C’est en effet une erreur de dire que  » la L-​​​dopa et sans doute les agonistes dopa­mi­ner­giques sont des anti­cho­li­ner­giques ». Il ne faut pas confondre dopa­mine et acétyl­cho­line. La plupart des anti­par­kin­so­niens actuels agissent sur la dopa­mine en augmen­tant le taux (L‑dopa) ou en faci­li­tant le trans­fert dopa­mi­ner­gique entre les neurones. Les anti­cho­li­ner­giques étaient surtout pres­crits avant les années 70. On savait déjà qu’il y avait une dette dopa­mi­ner­gique dans la mala­die de Parkin­son mais on ne savait pas qu’il fallait donner le précur­seur de la dopa­mine (L‑dopa) pour augmen­ter son taux. Alors on donnait un anti­cho­li­ner­gique pour permettre un meilleur équi­libre dopamine/​acéthylcholine. Évidem­ment la personne se retrou­vait ensuite en dette au niveau de ces deux neuro­trans­met­teurs. Conclu­sion : il vaut mieux ne pas reve­nir 40 ans en arrière et vive le progrès de la méde­cine (même si beau­coup de chemin reste à faire). J’es­père avoir été assez clair dans cette complexité.
    Amica­le­ment vôtre.

    Commentaire by Hubert COLOMBEL — 31 mars 2014 #

  7. D’après une étude scien­ti­fique récente, les médi­ca­ments anti­cho­li­ner­giques accé­lèrent le déclin cogni­tif et même le décès des personnes âgées de plus de soixante-​dix ans.

    Or, la L‑dopa et sans doute les agonistes dopa­mi­ner­giques sont des anti­cho­li­ner­giques (sauf erreur de ma part !).

    Donc, inutile de cher­cher plus loin : la raison du déclin des parkin­so­niens âgés est à recher­cher dans les trai­te­ments médi­caux par les anti­par­kin­son­niens.

    Donc, si on pouvait se « soigner » autre­ment qu’a­vec eux, on se préser­ve­rait de leurs effets secon­daires visibles et invi­sibles.

    Mais qui cherche réel­le­ment à échap­per à la filière médi­ca­men­teuse ?

    Allons, ne station­nons que le temps néces­saire devant l’or­di­na­teur et profi­tons de ce qui nous reste d’au­to­no­mie pour faire de l’exer­cice !

    Commentaire by F. CANIVET — 26 octobre 2011 #

  8. Merci beau­coup Monsieur Colom­bel !
    Merci d’avoir compris les dégâts que cet article pouvait causer au moral des personnes humaines que nous sommes, nous qui sommes deve­nus parkin­so­niens et qui avons telle­ment besoin d’es­pé­rer pour garder l’en­vie et la force de conti­nuer à faire un pas après l’autre…

    Commentaire by Marie-Paule Subarroque — 25 octobre 2011 #

  9. Merci de ces préci­sions qui, je le confesse, manquaient sans doute à l’ar­ticle incri­miné. Il est toujours désa­gréable de passer pour « fou » lors­qu’on parle de démence mais c’est l’ac­cep­tion la plus couram­ment admise par le plus grand nombre…
    Cet article entraîne des réac­tions que je conçois bien volon­tiers ayant moi-​même hésité à le faire paraître pour son approche de la mala­die assez désa­gréable. Cepen­dant, il m’a semblé judi­cieux d’en parler malgré tout parce que la réalité ne dispa­raît pas en l’igno­rant et que certains de nos lecteurs se posent cette ques­tion.
    Je vous remer­cie de vos obser­va­tions qui ne pour­ront qu’a­mé­lio­rer la clarté du propos.
    Amica­le­ment
    Jean Grave­leau

    Commentaire by JEAN GRAVELEAU — 24 octobre 2011 #

  10. En tant que profes­sion­nel du soin ayant long­temps donné des cours sur le syndrome parkin­so­nien, je comprends qu’on puisse être perturbé par ce résumé du rapport du Pr Heinz Reich­man. Je me permets donc d’ap­por­ter quelques préci­sions. La démence se carac­té­rise, sur le plan psychia­trique, par une perte impor­tante de facul­tés cogni­tives. Mais commu­né­ment, la démence est asso­ciée à la folie. Je viens d’en faire l’ex­pé­rience en deman­dant à des personnes, atteintes ou non par la mala­die de Parkin­son, de me défi­nir la démence. Elles asso­cient toutes la démence à la folie, à la perte globale des facul­tés mentales : la personne « perd la tête ». Ce n’est pas le cas dans la mala­die de Parkin­son car la démence parkin­so­nienne est dite sous-​corticale c’est-​à-​dire qu’il y a une atteinte prin­ci­pa­le­ment des fonc­tions exécu­tives, non-​déclaratives, impli­cites, perceptivo-​motrices et motrices sans pertur­ba­tion véri­ta­ble­ment des fonc­tions décla­ra­tives, corti­cales contrai­re­ment au malade atteint de la mala­die d’Alz­hei­mer : en clair et pour être sché­ma­tique, alors que celui-​ci pourra s’as­seoir sur une chaise sans pouvoir la nommer, le malade atteint par la mala­die de Parkin­son pourra toujours nommer la chaise mais aura du mal à trou­ver les séquences gestuelles pour s’as­seoir dessus. Sa mémoire motrice, procé­du­rale lui fera défaut. Si le trouble est parti­cu­liè­re­ment constant et inva­li­dant, on pourra alors parler de démence du fait de cette atteinte cogni­tive parti­cu­lière, une démence sous corti­cale spéci­fique au trouble parkin­so­nien. Il faut savoir aussi que, si les pertur­ba­tions enva­hissent trop les zones corti­cales, nous pouvons sortir du champ de la Mala­die de Parkin­son Idiopathique(MPI) pour être devant un trouble appa­renté, un syndrome, certes parkin­so­nien, mais entraî­nant une pertur­ba­tion plus diffuse des fonc­tions cogni­tives (démence à corps de Léwy, dégé­né­res­cence cortico-​basale…). Toujours est-​il qu’il est impor­tant de dire que la démence parkin­so­nienne n’a rien à voir avec la folie pour être dans le vrai et ne pas risquer de devoir ramas­ser le malade à la petite cuiller ! (Hubert COLOMBEL psycho­mo­tri­cien, relaxo­thé­ra­peute, ortho­pho­niste, instruc­teur en acti­vité physique)

    Commentaire by Hubert COLOMBEL — 24 octobre 2011 #

  11. Merci à Monsieur Reich­mann pour ses obser­va­tions si opti­mistes…
    A le lire, on aurait envie
     — soit de se préci­pi­ter sur les jeux de hasard,
     — soit de deve­nir nympho­mane,
    enfin de faire tout et n’im­porte quoi pour échap­per à l’ave­nir qu’il nous promet…
    Main­te­nant que je sais que je serai atteinte d’ici 10 ans, à suppo­ser que je vive encore, soit de démence, soit d’hal­lu­ci­na­tions, je ne vais plus craindre la grippe!!!!
    Ah, si, il faut encore faire atten­tion si on veut faire partie du tiers survi­vant !
    Je propose que ceux d’entre vous qui ont plus de quinze années de mala­die, qui ont dépassé les 70 ans, lui envoient un temoi­gnage afin de l’ai­der à revoir ses statis­tiques sinistres !
    e‑mail:Heinz.Reichmann@mailbox.tu-dresden.de

    Commentaire by Marie-Paule Subarroque — 16 octobre 2011 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.