Ne pas être qu'un "patient" ...

Éditorial

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°48 – avril 2012

Voici revenu le temps du prin­temps. Après avoir vécu une période neigeuse et froide, la nature se réveille et nous allons en ressen­tir les effets béné­fiques dans notre corps et nos vies, du moins je l’espère pour tous…

Un nouvel article vient à nouveau mettre en avant notre système diges­tif comme un lieu privi­lé­gié pour l’origine de la mala­die de Parkin­son. Bien sûr, il est impor­tant de ne pas entrer dans une eupho­rie irra­tion­nelle : il faudra encore bien du temps pour abou­tir à des résul­tats signi­fi­ca­tifs. Mais il me semble que nous avons là une piste sérieuse sur l’origine de la mala­die qui pour­rait permettre d’envisager des trai­te­ments pouvant « guérir » une mala­die jusque là irré­ver­sible. C’est une décou­verte qui ne peut que soute­nir notre opti­misme et notre souhait de voir enfin s’ouvrir des pers­pec­tives d’avenir à nos trai­te­ments.

Nous ne dirons jamais assez combien l’accompagnement psycho­lo­gique peut soute­nir nos autres démarches de lutte contre les effets pervers de la mala­die. C’est ce que vient nous expli­quer Elsa Dehne-​Garcia qui est inter­ve­nue lors de notre Assem­blée Géné­rale d’octobre dernier. Il nous est apparu impor­tant de lui donner la parole afin d’éclairer les actions de ces spécia­listes trop souvent igno­rés voire craints : nous avons souvent des réti­cences à consul­ter les psycho­logues en leur prêtant des pouvoirs sur l’esprit des patients qu’ils n’ont heureu­se­ment pas ! N’ayons pas l’impression d’être « fou » si nous allons consul­ter ces prati­ciens qui ne peuvent que nous appor­ter du soula­ge­ment dans nos vies de malades ou d’accompagnants.

A propos de ces derniers, nous avons décou­vert qu’une caisse de retraite a mis en œuvre un programme de « Vacances répits Familles » qui devrait permettre aux parte­naires, malade et famille accom­pa­gnante, de vivre un moment de répit réel et de vacances auxquelles ils ont droit comme tout un chacun. Il est, en effet, impor­tant de vivre le plus natu­rel­le­ment possible même avec une mala­die avan­cée qui handi­cape sérieu­se­ment mais ne doit pas tout détruire : cette lutte de chaque jour est impor­tante pour remettre au plus tard possible la « déso­cia­li­sa­tion » que trop souvent nous rencon­trons autour de nous.

Un dernier mot sur votre colla­bo­ra­tion à cette revue : vous avez répondu présents en grand nombre à notre appel d’abonnement même s’il s’agit d’un effort finan­cier consé­quent ! Soyez-​en remer­ciés sincè­re­ment. En effet, nous ne vivons que par vos abon­ne­ments et, éven­tuel­le­ment, vos dons, et vous avez fait preuve, en l’occurrence, d’une réelle mobi­li­sa­tion. MERCI…

Jean GRAVELEAU

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.