Ne pas être qu'un "patient" ...

Éditorial du numéro 17 — Le Parkinsonien Indépendant

Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant — n° 17 — juin 2004

L’été revient avec le risque asso­cié de « cani­cule » !

Comment en est-​on arrivé à ce para­doxe qu’un été chaud devienne un « risque majeur » pour lequel la météo, les services de santé, et même tous les sala­riés (puisqu’un jour férié va dispa­raître du calen­drier), soient mis à contri­bu­tion pour ne pas répé­ter les erre­ments de l’an passé ?


Plusieurs phéno­mènes ont coïn­cidé : le vieillis­se­ment de la popu­la­tion, la vétusté d’un certain nombre d’établissements d’accueil pour lesquels les efforts d’entretien ou de moder­ni­sa­tion n’ont pas suivis ; mais et surtout – nous nous en faisions l’écho dans notre numéro de septembre – la perte de notion de « soli­da­rité de voisi­nage ».

En effet, nous sommes tous prêt à faire confiance aux « services » de proxi­mité, les « garan­ties » procu­rées par les « assu­rances » y compris l’Assurance Mala­die mais à condi­tion que cela ne nous coûte qu’un mini­mum et que l’Etat inter­vienne. Nous ne nous posons pas pour autant la ques­tion du « qui va payer ? ».

Par ailleurs, l’Etat – ou tout du moins ses « repré­sen­tants » – ne veut pas être respon­sable d’une héca­tombe. Alors on « bricole » au point de créer de toutes pièces une admi­nis­tra­tion spéci­fique pour gérer le « jour férié de soli­da­rité ». On invente des « plans d’urgence anti-​canicule » afin que les services d’urgence ne soient pas débor­dés, alors que dans le même temps on orga­nise la plani­fi­ca­tion – la « dispa­ri­tion » – de l’hospitalisation locale en vertu des prin­cipes de « renta­bi­lité » écono­mique.

Nous « marchons sur la tête » :

L’on voudrait la garan­tie du risque « zéro » (ce qui est bien évidem­ment impos­sible !) et dans le même temps l’on ne veut pas en prendre les moyens.

Notre Sécu­rité Sociale est au bord du gouffre et du dépôt de bilan ; elle est deve­nue le règne de « l’irresponsabilité collec­tive » : multi­pli­ca­tions des visites et des actes médi­caux, pres­crip­tions lourdes de médi­ca­ments, exigence du main­tien du pouvoir d’achat de profes­sions « libé­rales », arrêts de travail à répé­ti­tion pour régler des problèmes d’emploi…

On peut multi­plier à l’infini ces exemples de gabe­gies qui trans­forment un outil de soli­da­rité natio­nale, que les pays étran­gers nous ont envié et qu’ils ont même parfois copié, en moderne « tonneau des Danaïdes ».

Que pouvons nous faire ?

Certes les solu­tions ne sont pas simples et chacun d’entre nous a tout inté­rêt à défendre « ses avan­tages acquis ». Il est cepen­dant évident que si nous restons accro­ché à nos égoïsmes indi­vi­dua­listes, à nos petits « privi­lèges », nous ne pour­rons pas à la fois main­te­nir les avan­tages de la soli­da­rité natio­nale et l’équilibre finan­cier néces­saire surtout dans une période de moins grande perfor­mance écono­mique.

La France des grandes idées géné­reuses, elle qui s’est reven­di­quée porteuse d’un idéal univer­sel, va-​t-​elle se trans­for­mer en un pays de « bouti­quiers » et de « rentiers » inca­pable d’innovation et de projets réels et construc­tifs pour réus­sir à dépas­ser ce grand défi ?

Vous vous deman­dez sûre­ment ce qui me prend de soute­nir ces posi­tions éminem­ment poli­tiques pour une revue consa­crée à l’information des malades et au soutien de tout ce qui peut appor­ter des amélio­ra­tions à leur état de santé.

Mais n’est ce pas ce que notre asso­cia­tion s’est donnée comme prin­cipe : « la liberté de propos et d’expression sont les bases d’existence d’A.G.P. ».

Il nous faut tous, chacun à notre place, avec nos moyens, même très modestes, se rappe­ler notre « devoir de soli­da­rité » que nous impose notre condi­tion d’humain et que cela passe par de toutes petites choses : un geste, un regard sur notre voisin, savoir ne pas « multi­plier » les ordon­nances, tout simple­ment se rensei­gner sur les coûts de celles-​ci (avec le « tiers payant » nous igno­rons « combien ça coûte »).

Alors à tous, bon été « cani­cu­laire » ou pas : profitez-​en pour vous ressour­cer durant ces vacances et, pour ceux qui restent, rappe­lez vous qu’il y a sans doute tout près de vous quelqu’un qui attend votre visite pour ne pas trop souf­frir plus de la soli­tude que de la chaleur !

Jean GRAVELEAU

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.