Ne pas être qu'un "patient" ...

Point sur la recherche du docteur LECAVORZIN

paru dans Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant — décembre 2004

Inter­ven­tion du 5 octobre 04 devant l’A.G. de CECAP

Le fond de recherche de CECAP parti­cipe aux travaux du docteur LECAVORZIN ; il lui avait donc été demandé d’intervenir pour expli­ci­ter sa recherche et donner un premier bilan de l’état d’avancement de ses travaux.

L’objectif est de créer un instru­ment de mesure du mouve­ment permet­tant ainsi de mettre en évidence, et de manière tout à fait objec­tive, les périodes d’akinésie, de dyski­né­sie et les périodes dites normales ceci afin d’équilibrer au mieux les poso­lo­gies des trai­te­ments médi­ca­men­teux.


La gageure est la suivante : stocker de multiples infor­ma­tions sur une durée longue et les trai­ter, avec un instru­ment équi­va­lant à un brace­let montre pour éviter gêne et incon­fort. Il y a donc des problèmes d’intendance (source d’énergie auto­nome et suffi­sam­ment puis­sante, micro­pro­ces­seurs capables d’emmagasiner des infor­ma­tions sur deux ou trois jours). Mais égale­ment il faut créer le logi­ciel capable de trai­ter ce type d’informations.

De quelle manière détermine-​t-​on la qualité du mouve­ment ? Par l’enregistrement des fréquences sur un mouve­ment simple tel que tendre le doigt vers un point fixe. La fréquence calcu­lée pour un mouve­ment normal est de 1 hertz ; dans le cadre des akiné­sies elle est infé­rieure ; pour les dyski­né­sies elle est supé­rieure et se trouve multi­pliée comme des rides à la surface de l’eau.

Ces mesures sont prises à partir d’une caméra reliée à un ordi­na­teur qui traduit les infor­ma­tions en courbes mathé­ma­tiques.

De multiples obser­va­tions tant d’éléments sains que de malades atteints soit par l’akinésie soit par la dyski­né­sie, sont indis­pen­sables pour régler au plus près les éléments de l’équation permet­tant de traduire en courbe utili­sable les infor­ma­tions collec­tées.

Ce travail doit se lier très étroi­te­ment avec la ciné­tique des médi­ca­ments (leur durée de vie et leur prise dans la jour­née). Ceci afin d’optimiser le trai­te­ment. Il est donc en rela­tion étroite avec le profes­seur ALAIN, phar­ma­co­logue (nous l’avions inter­viewé il y a quelque temps), pour élabo­rer un logi­ciel simple d’utilisation.

La ciné­tique de la L-​dopa est la plus simple ; il semble donc judi­cieux de conver­tir les autres médi­ca­ments en équi­va­lence et de se donner un niveau moyen de préci­sions complété par une obser­va­tion effec­tive du malade.

Tout l’intérêt de ce travail consiste à mettre à dispo­si­tion du neuro­logue et du malade un instru­ment de mesure fiable et objec­tif pour équi­li­brer les trai­te­ments.

Le docteur LECAVORZIN a bon espoir de produire un proto­type dans l’année 2005. Restera à le tester puis le faire agréer et enfin le commer­cia­li­ser. Mais ceci relève d’un long « parcours du combat­tant » !

Par Jean GRAVELEAU

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.