Ne pas être qu'un "patient" ...

Attribution d’une bourse À un jeune chercheur du CNRS de Marseille Par le fond de « CECAP Recherche »

Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n° 21 — juin 2005

Etudiant en docto­rat de Neuros­ciences au sein du labo­ra­toire « Inter­ac­tions Cellu­laires, Neuro­dé­gé­né­res­cence et Neuro­plas­ti­cité  » IC2N dirigé par le profes­seur André NIEOULLON du CNRS UMR 6186 de Marseille, Abid OUESLATI a demandé l’aide de CECAP Recherche pour un soutien finan­cier.

En effet, il se trouve malheu­reu­se­ment, comme nombre de jeunes cher­cheurs moti­vés, sans aucune ressource pour conti­nuer ses recherches sur la mala­die de Parkin­son, travaux qui vont prochai­ne­ment faire l’objet d’une publi­ca­tion.

L’objet de la recherche

Il s’agit de « L’étude des réor­ga­ni­sa­tions anatomo-​fonctionnelles induites dans les ganglions de la base par stimu­la­tion à haute fréquence du noyau subtha­la­mique dans un modèle de la mala­die de Parkin­son, chez le rat  ».

En fait, comme nous le précise le profes­seur NIEOULLON, elle « aborde la ques­tion très impor­tante des limites théra­peu­tiques de la mala­die de Parkin­son, en parti­cu­lier en rapport avec les effets secon­daires de la L‑DOPA. Dans ce contexte, il est notam­ment impor­tant de vali­der d’autres approches théra­peu­tiques et de comprendre plus avant plus préci­sé­ment ici les méca­nismes de la stimu­la­tion à haute fréquence du noyau sous-​thalamique, qui concerne de nombreux patients.  »

L’intérêt de cette recherche et la quasi-​impossibilité de trou­ver, dans l’immédiat, le finan­ce­ment lui permet­tant de pour­suivre ses travaux de recherche, ont conduit l’assemblée géné­rale perma­nente de CECAP à soute­nir ce projet. Il y a, cepen­dant, un bon espoir qu’une bourse univer­si­taire puisse lui être allouée à la rentrée prochaine.

Une orien­ta­tion poli­tique de CECAP Recherche

Cette déci­sion entre plei­ne­ment dans les orien­ta­tions poli­tiques de CECAP Recherche qui visent à soute­nir par des bourses, les jeunes cher­cheurs qui autre­ment seraient contraints d’interrompre leurs travaux.

Il est, en effet, plus facile en France de trou­ver de lourds finan­ce­ments pour des équi­pe­ments consé­quents que pour la « subsis­tance » de jeunes cher­cheurs débu­tants et ne pouvant pas immé­dia­te­ment prétendre aux bourses univer­si­taires.

Ceci nous appa­raît domma­geable et c’est la raison pour laquelle les fonds collec­tés au travers de CECAP Recherche nous semblent devoir être alloués en prio­rité dans cette direc­tion.

Bien entendu, nous prenons la précau­tion de véri­fier autant qu’il nous est possible le contenu de ces recherches et d’avoir les cautions morales et scien­ti­fiques de direc­teurs de recherche recon­nus dans le milieu scien­ti­fique.

Un enga­ge­ment en retour

Le jeune bour­sier s’engage, en retour, à nous tenir régu­liè­re­ment infor­més de l’évolution de son travail et nous donner la primeur des résul­tats de ses recherches en même temps qu’il les publie dans les revues spécia­li­sées.

Nous esti­mons ainsi répondre à l’attente des dona­teurs qui demandent, avec raison, que leurs dons ne soient pas distri­bués dans n’importe quelle condi­tion.

Rédigé par Jean GRAVELEAU Sous contrôle de CECAP Recherche

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.