Ne pas être qu'un "patient" ...

rencontre « Info Parkinson » à Argol, le 15 juin

Pour voir l’affiche en plus grand, cliquez dessus !

Un ami qui vous veut du bien : Monsieur Prévost

Si vous fréquen­tez ce site, vous le connais­sez proba­ble­ment : infa­ti­gable commen­ta­teur, toujours prêt à aider. Il a travaillé des années à un livre, dans lequel il explique son combat person­nel contre la mala­die de Parkin­son.

J’expose dans ce livre mon combat acharné contre les consé­quences handi­ca­pantes de cette patho­lo­gie ainsi que les incon­vé­nients et effets secon­daires des médi­ca­ments pres­crits.

J’espère que sa lecture vous donnera la volonté de prendre votre mala­die en main avec de nouvelles raisons d’espérer : on ne peut peut-​être pas guérir, mais on peut se stabi­li­ser et retrou­ver une vie normale.

Nous, l’équipe de ce site, nous recon­nais­sons dans ces mots, et nous souhai­tons à monsieur Prévost et son livre le succès qu’ils méritent.

Vous pouvez comman­der le livre en cliquant sur la couver­ture du livre.

Evaluation des technologies santé : un règlement européen à corriger

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°76

En janvier 2018, la Commis­sion euro­péenne a publié un projet de règle­ment très offen­sif vis-​à-​vis de l’activité d’évaluation des tech­no­lo­gies de santé (médi­ca­ments et certains dispo­si­tifs médi­caux) telle que réali­sée par exemple en France par la Commis­sion de la trans­pa­rence de la Haute auto­rité de santé (HAS). Pour­quoi ?

Accé­lé­rer l’accès des firmes au marché -
La Commis­sion euro­péenne propose de rendre obli­ga­toire, via ce règle­ment, une évalua­tion commune à l’ensemble des agences d’évaluation des tech­no­lo­gies de santé natio­nales, et d’interdire les réana­lyses au niveau natio­nal. (1)

Le Commis­saire euro­péen concerné et certaines asso­cia­tions de patients justi­fient cette propo­si­tion par le fait que le travail des agences natio­nales entraî­ne­rait des retards inac­cep­tables pour l’accès des patients à « l’innovation » et des inéga­li­tés entre patients d’un pays à l’autre. (2 – 3)

Erreur d’analyse et vraie moti­va­tion -
L’obstacle prin­ci­pal et gran­dis­sant à l’accès aux nouveaux médi­ca­ments n’est pas la lenteur des agences d’évaluation des tech­no­lo­gies de santé, mais le prix exor­bi­tant des médi­ca­ments, demandé par les firmes. Face au grand laxisme de l’Agence euro­péenne du médi­ca­ment (EMA) dans la procé­dure d’autorisation de mise sur le marché (AMM), certaines agences natio­nales d’évaluation des tech­no­lo­gies de santé sont parfois les seuls acteurs offi­ciels à publier des infor­ma­tions critiques sur les médi­ca­ments plus dange­reux qu’utiles. Neutra­li­ser ces agences s’intègre dans la stra­té­gie de ceux qui rêvent d’un accès sans entrave à « l’innovation » quel que soit son inté­rêt sani­taire …

Exiger des essais compa­ra­tifs -
Les « lenteurs » des agence natio­nales d’évaluation des tech­no­lo­gies de santé tiennent avant tout à la piètre qualité de l’évaluation des nouveaux médi­ca­ments, rendant diffi­cile la déter­mi­na­tion de leur valeur théra­peu­tique ajou­tée. Pour faci­li­ter l’accès aux progrès théra­peu­tiques, le règle­ment euro­péen pour­rait amélio­rer le service aux patients : en deman­dant aux firmes de four­nir aux agences d’évaluation des tech­no­lo­gies de santé les données compa­ra­tives dont celles-​ci ont besoin, et cela dès le dépôt du dossier de demande d’AMM.

Les dépu­tés euro­péens auront à se pronon­cer à l’automne 2018 sur ce projet de règle­ment. Ils ont le pouvoir de le rendre vrai­ment utile aux patients en inci­tant les firmes à davan­tage cher­cher des progrès théra­peu­tiques tangibles, et non à accé­der encore plus vite et plus faci­le­ment au marché.

Extraits de la veille docu­men­taire Pres­crire
1- Propo­si­tion de règle­ment du Parle­ment euro­péen et du Conseil concer­nant l’évaluation des tech­no­lo­gies de la santé et modi­fiant la direc­tive 2011/​24/​U – 2018/​0018 (CDO) 31 janvier 2018
2- « O&R : Propo­si­tion de la Commis­sion concer­nant l’évaluation des tech­no­lo­gies de la santé – Fiche d’information » Commis­sion euro­péenne 31 janvier 2018
3- « Trans­pa­rency and Health Tech­no­logy Assess­ment coope­ra­tion as propo­sed by the Regu­la­tion are the only real anti­dote to secrecy and poli­ti­cal games » Euror­dis mars 2018

Article relevé dans Pres­crire d’août 2018
Par Fran­çoise Vignon

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.