Ne pas être qu'un "patient" ...

Stimulation du cortex moteur dans le traitement de la forme évoluée de la maladie de Parkinson

Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n° 21 — juin 2005

Le docteur Stéphane PALFI de l’Unité Mixte CEA – CNRS – Hôpi­tal Henri Mondor – CRETEIL, promo­teur de la recherche sur la stimu­la­tion corti­cale nous commu­nique des infor­ma­tions sur cette tech­nique.

De nombreuses études cliniques et expé­ri­men­tales tendent à montrer que des anoma­lies de fonc­tion­ne­ment du cortex moteur pour­raient être respon­sables des diffé­rents symp­tômes obser­vés dans la mala­die de Parkin­son. Avant de propo­ser une éven­tuelle appli­ca­tion clinique chez l’homme, une étude expé­ri­men­tale dans un modèle primate de la mala­die de Parkin­son a été menée afin d’étudier l’innocuité, l’efficacité et les méca­nismes d’action de la stimu­la­tion corti­cale implan­tée.

Dans cette étude expé­ri­men­tale, les effets fonc­tion­nels de la stimu­la­tion du cortex furent analy­sés au moyen d’une combi­nai­son d’approches compor­te­men­tales, d’imagerie céré­brale (TEP ou tomo­gra­phie par émis­sion de posi­trons, IRM ou image­rie par raison­nance magné­tique) et enfin d’électrophysiologie (tech­niques spéci­fiques d’enregistrement unicel­lu­laire de l’activité neuro­nale)

Des résul­tats encou­ra­geants ont été obte­nus :

- La stimu­la­tion du cortex primaire moteur améliore signi­fi­ca­ti­ve­ment les symp­tômes de la mala­die de Parkin­son tels que l’initiation des mouve­ments et la vitesse des mouve­ments

- L’activité méta­bo­lique des zones du cortex impli­quées dans l’élaboration des mouve­ments (en parti­cu­lier l’aire motrice supplé­men­taire) augmente durant la stimu­la­tion du cortex moteur primaire

- L’activité neuro­nale des noyaux gris profonds, affec­tée par la mala­die, se norma­lise lors de la stimu­la­tion du cortex

- Enfin aucun effet secon­daire n’a été constaté durant cette étude expé­ri­men­tale.

Appli­ca­tions cliniques

Les résul­tats de cette étude expé­ri­men­tale pré-​clinique sont encou­ra­geants. Ils permettent d’envisager la mise en œuvre d’un trai­te­ment, peu inva­sif, par stimu­la­tion du cortex, une struc­ture située en surface du cerveau. Elle pour­rait, par consé­quent, être acces­sible à un plus grand nombre de patients atteints de la forme évoluée de la mala­die de Parkin­son.

Ces résul­tats consti­tuent donc les bases fonda­men­tales d’une appli­ca­tion clinique chez l’homme pour la mala­die de Parkin­son, tout en sachant qu’une étude pilote sur les para­mètres de stimu­la­tion à utili­ser chez l’homme et sur le reten­tis­se­ment sur les symp­tômes de la mala­die reste à faire.

Par ailleurs, il faut signa­ler que cette étude expé­ri­men­tale permet d’envisager de nouvelles pers­pec­tives pour le trai­te­ment de symp­tômes obser­vés dans d’autres mala­dies neuro­lo­giques en modu­lant l’activité des struc­tures céré­brales profondes par l’intermédiaire d’une stimu­la­tion céré­brale de surface.

Docteur Stéphane PALFI

3 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. je voudrais s’avoir si nous pouvons envi­sa­ger d’avoir un enfant alors que je suis atteinds de cette mala­die depuis 5 ans

    Commentaire par lavigne — 6 août 2006 #

  2. Pour la stimu­la­tion du cortex, le résul­tat des essais en cours est prévu pour quelle période ,
    Merci

    Commentaire par Josiane VERLAGUET — 11 juin 2006 #

  3. Peut-​on avoir un petit résumé de la confé­rence du Docteur Palfi sur la stimu­la­tion du cortex moteur pour la mala­die de Parkin­son

    Cela pour expli­quer simple­ment et par image à nos adhé­rents.

    Merci

    La secré­taire de l’As­so­cia­tion

    Danielle GAY

    Commentaire par GAY Danielle — 17 avril 2006 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.