Ne pas être qu'un "patient" ...

Sucre raffiné et aspartameUne drogue et un poison en vente libre

Article issu de Le Parkin­so­nien indé­pen­dant — n° 24 — mars 2006

Sucre raffiné et aspar­tame
Une drogue et un poison en vente libre

Par le Dr Thierry SCHRNITZ

De plus en plus de scien­ti­fiques admettent que le sucre raffiné est respon­sable de nombreuses affec­tions physiques et mentales courantes. Et tous ceux qui cherchent à perdre du poids s’en méfient comme de la peste. Pour éviter d’en consom­mer, ils ont aujourd’hui recours aux produits « light » à base d’aspartame. Une substi­tu­tion qui revient à troquer une drogue contre un poison…

Tous les sucres ne sont pas des poisons.
Le sucre, en tant que substance natu­relle, n’a pour­tant rien de dange­reux ; il est même vital lorsqu’il s’agit de glucose qui joue un rôle central dans le méta­bo­lisme des plantes, des animaux et des humains.

Il existe d’autres sucres simples d’origine natu­relle et inof­fen­sifs comme le maltose ou sucre de malt, le fruc­tose ou sucre de fruits, le lactose ou sucre de lait.

Il y a aussi des sucres dits « complexes », qui se retrouvent dans les pâtes, les pommes de terre, le pain et toutes les céréales qui sont des sucres lents.

Le sucre raffiné pompe nos vita­mines et nos miné­raux.
Si à l’état natu­rel, dans les aliments non raffi­nés (les fruits par exemple), les sucres sont toujours accom­pa­gnés de vita­mines (B1) et de miné­raux (magné­sium) indis­pen­sable à leur méta­bo­lisme, le sucre raffiné qui n’en contient pas, oblige, en revanche, notre corps à puiser ces vita­mines et ces miné­raux dans ses propres réserves (calcium des os par exemple).

La consom­ma­tion quoti­dienne de sucre raffiné produit un excès perma­nent d’acidité et l’organisme doit alors puiser de plus en plus de miné­raux pour tenter de corri­ger ce déséqui­libre.

Le sucre raffiné est donc d’abord néfaste parce que les seules choses qu’il apporte sont des « calo­ries vides ». De plus, il lui manque les vita­mines et les miné­raux qui sont présents dans la bette­rave à sucre et la canne à sucre.

L’aspartame est un poison en vente libre
Une fois ingéré, l’aspartame se trans­forme quant à lui en plusieurs poisons : la phény­la­la­nine, le métha­nol et la dicé­to­pi­pé­ra­zine.

La phény­la­la­nine est un acide aminé que l’on trouve dans le cerveau humain. Il a été démon­tré qu’une seule prise d’aspartame suffit pour faire monter les niveaux de phény­la­la­nine au niveau céré­bral. La consom­ma­tion régu­lière d’aspartame entraîne ainsi inévi­ta­ble­ment un taux céré­bral exces­sif de phény­la­la­nine dont la première consé­quence est une chute de l’hormone céré­brale de la bonne humeur (la séro­to­nine) condui­sant à des désordres émotion­nels tel que la dépres­sion.

Une consom­ma­tion chro­nique d’aspartame va, quant à elle, carré­ment modi­fier la chimie céré­brale entraî­nant des pertes de mémoires voire même une destruc­tion des neurones comme on l’observe dans la mala­die d’Alzheimer.

Le métha­nol corres­pond, en poids, à envi­ron 10% de l’aspartame. Il se décom­pose, entre autres, dans le corps en acide formique (le poison injecté par les piqûres de four­mis) et en formal­dé­hyde (un cancé­ri­gène connu qui cause des dommages à la rétine, s’oppose à la repro­duc­tion de l’ADN et cause des malfor­ma­tions préna­tales).

Les problèmes les plus connus d’un empoi­son­ne­ment au métha­nol sont les problèmes visuels. D’autres symp­tômes sont égale­ment réper­to­riés : maux de tête, bour­don­ne­ment d’oreille, déran­ge­ments gastro-​intestinaux, faiblesse, vertiges, fris­sons, trous de mémoire, engour­dis­se­ments et douleurs fulgu­rantes des extré­mi­tés, troubles du compor­te­ment.

Il est recom­mandé de limi­ter sa consom­ma­tion de métha­nol à 7,8 mg par jour.
Or un litre de bois­son édul­co­rée à l’aspartame en contient envi­ron 56 mg !

La dicé­to­pi­pé­ra­zine, enfin, a été impli­quée dans l’apparition de tumeurs au cerveau et des polypes utérins.

Des symp­tômes qui brouillent le diag­nos­tic.
Les grands consom­ma­teurs de bois­sons « light » souffrent d’une série de maux dont ils n’expliquent pas l’origine. Il s’agit en fait de la mala­die de l’aspartame carac­té­ri­sée par : douleurs de type fibro­my­al­gie ; spasmes, vertiges, nausées, maux de tête ; acou­phènes ; lance­ments ou engour­dis­se­ments des jambes, crampes ; douleurs arti­cu­laires ; dépres­sions ; crises d’angoisse ; discours inco­hé­rent ; vision trouble ; pertes de mémoire.

Pire encore, on peut diag­nos­ti­quer chez certains patients une mala­die grave (fibro­my­al­gie, arthrite, sclé­rose en plaques, mala­die de Parkin­son, lupus, épilep­sie, troubles psycho­lo­giques, mala­die d’Alzheimer) alors que leurs symp­tômes ne sont que la consé­quence de la consom­ma­tion abusive d’aspartame.

L’aspartame ne fait même pas maigrir.
L’aspartame, enfin, crée un besoin mala­dif de sucre et fait gros­sir. L’American cancer society a confirmé cette ironie après avoir suivi 80 000 femmes durant six ans. Parmi celles qui ont pris du poids durant cette période, les femmes qui utili­saient des édul­co­rants arti­fi­ciels en ont pris davan­tage que celles qui n’en consom­maient pas.

Conclu­sion.
Tout indique que l’aspartame, plus encore que le sucre raffiné, repré­sente un danger sani­taire aussi grave qu’insidieux. Aux Etats-​Unis, de plus en plus de voix s’élèvent pour s’opposer à son emploi massif (l’US Air Force recom­mande même à ses pilotes de ne plus en consom­mer). En France, malheu­reu­se­ment, le mutisme est complet.

Lu dans la lettre de l’Assoc .Parkin­so­niens du Limou­sin. octobre 2005

8 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. regar­der into­le­rance au Fruc­tose

    Commentaire par roland — 8 juillet 2015 #

  2. Je suis un peu dans la même situa­tion que Robert. Depuis le début de mars, j’ai commencé à avoir des déman­geai­sons à des endroits diffé­rents sur le corps. Soient le cuir chevelu, le dos, à la poitrine, il se forme comme des petits boutons. Je me grat­tais très fort et cà arrê­tait. Je ne suis pas une consom­ma­trice de bois­sons gazeuses et je n’ai non plus pas la dent sucrée. Je me suis aper­çue que lorsque je consom­mais du sucre et café, les déman­geai­sons commen­caient suivit de périodes de grandes fatigues. J’ai mesuré mon taux d’aci­dité avec des languettes et j’ai vu que j’avais un taux d’aci­dité bas. Dans le moment, je ne consomme plus de viande rouge, juste saumon, tofu, truite et évidem­ment j’évite le sucre même les fruits, juste une pomme à l’oc­ca­sion qui me donne que très peu de déman­geai­sons. J’ai commencé à prendre du Herba­sit, supplé­ment de miné­raux ainsi du calcium-​magnésium en plus pour remon­ter à la normale mon taux d’aci­dité, cà semble marcher. Si je ne touche pas au sucre, tout va bien. Pour déjeû­ner, je passe au blen­der carottes, céleri, piment, graines de lin, huile de lin et cà me tient jusqu’au dîner. J’y ajoute quel­que­fois du sirop d’érable. Il m’ar­rive pour varier de manger un oeuf avec une rotie et c’est bien. J’es­saie de manger le plus de légumes verts. Je prends des tisanes pour nettoyer mon intestin.J’ai vu un méde­cin la semaine dernière qui n’a pas pu m’éclai­rer sur la situa­tion juste de me parler de stress. Je lui ai mentionné que j’au­rais peut-​être le candida albi­cans. Il m’a répondu que s’était impos­sible. Je dois faire des analyses de sang la semaine prochaine, j’en aurai le coeur net. Alors Robert, je n’ai pas vrai­ment de réponse, si ce n’est que j’en redonne des nouvelles après mes analyses. Cia Cia

    Commentaire par Ginette Pouliot — 24 avril 2010 #

  3. Bonjour à tous.
    Le commen­taire de Robert L. m’a beau­coup inter­pel­lée, car j’ai égale­ment des réac­tions aller­giques (déman­geai­sons insup­por­tables, œdèmes et rougeurs) à l’ingestion de sucre natu­rel ou arti­fi­ciel. En effet, pendant de longues années, j’ai consommé de l’aspartame en grande quan­tité, lors de diètes person­nelles. Puis, il y a de cela un an envi­ron, j’ai commencé à mani­fes­ter des réac­tions aller­giques insup­por­tables à l’aspartame. J’ai donc été obli­gée d’arrêter de consom­mer ce produit. Mais ces réac­tions aller­giques se sont mises à se mani­fes­ter lors de l’ingestion de sucre natu­rel, de fruits (!), et d’édulcorants quels qu’ils soient (aspar­tame, malti­tol, sorbi­tol, etc.). Je précise que mes analyses sont normales quant au taux de sucre dans le sang. Aujourd’hui je suis un peu limi­tée dans mon alimen­ta­tion, car dans les 2 à 3 jours qui suivent l’ingestion de sucre natu­rel ou arti­fi­ciel, je déve­loppe des réac­tions aller­giques. Je rechute souvent, car je me vois mal rester sans consom­mer de fruits.

    Commentaire par Georges DAMOUR — 12 novembre 2009 #

  4. Le mail a été envoyé alors que j’étais en train de le rédi­ger. Milles excuses pour la fin « brouillon ».

    Commentaire par Georges DAMOUR — 11 novembre 2009 #

  5. Vous serez proba­ble­ment éton­nés que l’on vous lise depuis l’Al­le­magne, mais je vais vous expli­quer pour­quoi. Habi­tant Kehl, je traverse tous les jours la fron­tière afin d’al­ler effec­tuer mon travail de docu­men­ta­liste à l’Ins­ti­tut de Soins Infir­miers de Stras­bourg. Devant effec­tuer des recherches pour les élèves, je suis tombée sur votre article concer­nant les dangers de l’as­par­tame. Or, à cause d’une hyper­tri­gly­cé­ri­dé­mie, je ne dois consom­mer que ce substi­tut de sucre, à raison d’une tablette par tasse de café ( variable selon les jours). Ai-​je de gros risques de déve­lop­per une mala­die neuro-​dégénérative ?

    Commentaire par Petra Altmaier — 7 septembre 2006 #

  6. Je file très mal et mal partout comme si j‘avais pris un poison (pendant plusieurs heures) et me sens trés faible (et souvent mal de tète et insom­nie) chaque fois que je mange des aliments qui contiennent du sucre . Peu inporte quel genre de sucre , natu­rel ou arti­fi­ciel .
    Aussi , j‘ai des réac­tions aler­giques (déman­geai­sons ‚…) à un endroit du corps diffé­rent chaque fois .
    Je ne peux plus manger aucun aliment sucré , choco­lat , patis­se­ries ‚.…. ni même aucun fruit (même de culture biolo­gique) ni un repas conte­nant des hydrates de carbone sans protéines .
    Si je fais des erreurs 2 ou 3 jours en ligne , je me sens si mal et si faible que je crois que je vais mour­rir bien­tôt .
    Pour­tant je mesure le taux de sucre de mon sang et c‘est très près de la normal .
    J‘en ai parler à 10 ou 15 méde­cins et 2 natu­ro­pathes et aucun ne peut me dire quel est mon problème .
    Quel organe est la cause de mon grave problème ?
    Y‑a-​il quelqu‘un qui pour­rait m‘éclairer ?
    Connaissez-​vous quelqu‘un qui a le même problème ?
    S.V.P. Si vous avez une réponse , m‘envoyer un cour­riel , je vous en serai très recon­nais­sant .

    Commentaire par ROBERT LAFLAMME — 11 août 2006 #

  7. Je file très mal et j‘ai mal partout comme si j‘avais pris un poison (pendant plusieurs heures) et me sens trés faible (et souvent mal de tète et insom­nie) chaque fois que je mange des aliments qui contiennent du sucre . Peu inporte quel genre de sucre , natu­rel ou arti­fi­ciel .
    Aussi , j‘ai des réac­tions aler­giques (déman­geai­sons ‚…) à un endroit du corps diffé­rent chaque fois .
    Je ne peux plus manger aucun aliment sucré , choco­lat , patis­se­ries ‚.…. ni même aucun fruit (même de culture biolo­gique) ni un repas conte­nant des hydrates de carbone sans protéines .
    Si je fais des erreurs 2 ou 3 jours en ligne , je me sens si mal et si faible que je crois que je vais mour­rir bien­tôt .
    Pour­tant je mesure le taux de sucre de mon sang et c‘est très près de la normal .
    J‘en ai parler à 10 ou 15 méde­cins et 2 natu­ro­pathes et aucun ne peut me dire quel est mon problème .
    Quel organe est la cause de mon grave problème ?
    Y‑a-​il quelqu‘un qui pour­rait m‘éclairer ?
    Connaissez-​vous quelqu‘un qui a le même problème ?
    S.V.P. Si vous avez une réponse , m‘envoyer un cour­riel , je vous en serai très recon­nais­sant .

    Commentaire par ROBERT LAFLAMME — 11 août 2006 #

  8. Je file très mal et mal partout comme si j‘avais pris un poison (pendant plusieurs heures) et me sens trés faible (et souvent mal de tète et insom­nie) chaque fois que je mange des aliments qui contiennent du sucre . Peu inporte quel genre de sucre , natu­rel ou arti­fi­ciel .
    Aussi , j‘ai des réac­tions aler­giques (déman­geai­sons ‚…) à un endroit du corps diffé­rent chaque fois .
    Je ne peux plus manger aucun aliment sucré , choco­lat , patis­se­ries ‚.…. ni même aucun fruit (même de culture biolo­gique) ni un repas conte­nant des hydrates de carbone sans protéines .
    Si je fais des erreurs 2 ou 3 jours en ligne , je me sens si mal et si faible que je crois que je vais mour­rir bien­tôt .
    Pour­tant je mesure le taux de sucre de mon sang et c‘est très près de la normal .
    J‘en ai parler à 10 ou 15 méde­cins et 2 natu­ro­pathes et aucun ne peut me dire quel est mon problème .
    Quel organe est la cause de mon grave problème ?
    Y‑a-​il quelqu‘un qui pour­rait m‘éclairer ?
    Connaissez-​vous quelqu‘un qui a le même problème ?
    S.V.P. Si vous avez une réponse , m‘envoyer un cour­riel , je vous en serai très recon­nais­sant .

    Commentaire par ROBERT LAFLAMME — 11 août 2006 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.