Ne pas être qu'un "patient" ...

Conférence du 13 mars 2001

Paru dans Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n°6 — septembre 2001

LA SEMAINE DU CERVEAU
Animée par le profes­seur Laurent LESCAUDRON
Et M. Philippe BIENVEILLANT

Inter­ven­tion de Philippe BIENVEILLANT

Parmi les mala­dies neuro­dé­gé­né­ra­tives, trois prin­ci­pales s’attaquent au cerveau à l’intérieur du système nerveux central : la Chorée de Hunting­ton, la mala­die d’Alzheimer qui touche les neurones de l’hippocampe et les neurones corti­caux et la mala­die de Parkin­son qui touche les neurones dopa­mi­ner­giques de la substance noire.

Plusieurs stra­té­gies ont été envi­sa­gées. L’une d’entre elles consiste à proté­ger les neurones contre la mala­die en utili­sant des facteurs neuro­tro­phiques qui les protègent des stimu­lus toxiques. Deux méthodes : soit par voie médi­ca­men­teuse soit par injec­tion directe. Une autre consiste à gref­fer des neurones au niveau de la zone lésée.

Les facteurs neuro­tro­phiques sont des protéines très impor­tantes en embryo­lo­gie pour le déve­lop­pe­ment et la diffé­ren­cia­tion des neurones. Elles peuvent égale­ment proté­ger des neurones adultes in vitro. Les diffé­rents types de molé­cules ont des cibles parti­cu­lières : les neurones poly­ner­giques concer­nés par la mala­die d’Alzheimer, les neurones dopa­mi­ner­giques dans la mala­die de Parkin­son.

Cepen­dant un des problèmes impor­tants dans ce type de trai­te­ment neuro­pro­tec­teur, c’est la néces­sité que les neurones soient encore présents. Or les signes cliniques des mala­dies appa­raissent lorsqu’il y a dispa­ri­tion impor­tante des neurones concer­nés.

C’est pour­quoi l’approche restau­ra­trice qui consiste à rempla­cer les neurones manquant par une greffe suscite beau­coup d’espoir. Pour ce faire, on s’intéresse aux cellules souches neuro­nales que l’on va préle­ver soit sur des cerveaux adultes (mais il y a peu de ce type de cellules) soit sur des embryons.

Après avoir été préle­vées puis disso­ciées, on les fait proli­fé­rer de telle manière que se sont des blocs de cellules que l’on injecte. Cepen­dant ces cellules sont multi potentes et peuvent donner d’autres types cellu­laires du cerveau : les astro­cytes et des oligoen­tro­cytes qui ne sont pas inté­res­santes en l’occurrence.

La recherche se consacre donc à déter­mi­ner comment aller d’une cellule souche à un type de neurone très parti­cu­lier propre à la mala­die concer­née. Il faut donc cher­cher les méca­nismes en cause : soit par l’ajout de facteurs neuro­tro­phiques soit en modi­fiant géné­ti­que­ment les cellules. Les facteurs extrin­sèques de crois­sance corres­pondent à toute une famille de protéines ; les facteurs intrin­sèques corres­pondent à des types d’ADN.

Une étude Joseph WAGNER qui combine les deux éléments – injec­tion d’ADN au sein de cellules du cerve­let et culture en milieu condi­tionné par des astro­cytes – a permis d’obtenir in vitro des neurones thyroxine in oxydase, neurone dopa­mi­ner­gique utile pour répondre à la mala­die de Parkin­son.

La ques­tion aujourd’hui est la suivante : peut-​on obte­nir les mêmes résul­tats in vivo, c’est à dire direc­te­ment dans le cerveau ? C’est tout l’objet des recherches sur le rat pour lequel on arrive à créer la mala­die. La recherche devra ensuite passer au primate avant d’atteindre l’homme.

Pour l’instant des cellules souches embryon­naires ont été gref­fées à l’hôpital de La Pitié dans des cas de Chorée de Hunting­ton et de Parkin­son, avec des résul­tats promet­teurs surtout dans le premier cas.

Inter­ven­tion du Profes­seur Laurent LESCAUDRON

Il présente les résul­tats obte­nus au dépar­te­ment neuro­chi­rur­gie du Minne­sota.

Tout d’abord qu’est ce qu’une cellule souche ? C’est une cellule qui va se divi­ser en cellules filles qui vont avoir la possi­bi­lité de se diffé­ren­cier et ainsi donner n’importe quel organe : cellules de peau, de muscle, cellules du cerveau, etc … Ainsi à partir de ces cellules on peut espé­rer créer des cellules dopa­mi­ner­giques en rempla­ce­ment des neurones dispa­rus dans le cadre de la mala­die de Parkin­son.

Son travail s’est inté­ressé aux cellules présentes chez l’adulte.

Où va-​t-​on les trou­ver ? En, il semble­rait que, partout où l’on cherche, on en trouve : au niveau des muscles, de la peau, du foie, du pancréas et aussi au niveau du cerveau. Il a donc choisi de travailler au niveau de la moelle osseuse qui en comporte une quan­tité suffi­sante.

On va alors essayer de comprendre ce qu’il faut faire pour que l’organisme puisse utili­ser les cellules à sa dispo­si­tion : soit en les préle­vant pour leur donner ce qui est néces­saire pour leur trans­for­ma­tion soit en appor­tant à l’organisme les moyens de les utili­ser lui-​même.

L’intérêt de cette recherche réside dans le fait qu’il n’y a pas de rejet du fait que le patient est son propre donneur ; il n’y a donc pas de problème immu­no­lo­gique.

Dans la moelle osseuse, on trouve des cellules souches de la lignée des mato­po­lié­tiques, les précur­seurs des globules rouges et blancs, et des cellules M.S.C. qui peuvent donner entre autre du tissu nerveux. Ces cellules mises en culture in vitro vont se repro­duire et, sous diffé­rents facteurs décrits précé­dem­ment, sont capables de se déter­mi­ner en neurone dopa­mi­ner­gique.

Ainsi, on prélè­ve­rait la moelle osseuse du malade ; on trans­forme les cellules et on les fait se repro­duire puis ensuite on greffe ces neurones dopa­mi­ner­giques sur le patient. Voilà la théo­rie.

C’est une nouvelle approche pour répa­rer le cerveau qui a l’intérêt de multi­plier les cellules en quan­tité illi­mi­tée, qui ne pose pas de problème de conta­mi­na­tion puisqu’il s’agit des cellules du patient et aucun des problèmes d’éthique que pose la greffe de neurones d’embryons.

Malheu­reu­se­ment, on n’en connaît pas encore suffi­sam­ment sur les inci­dences et l’évolution de ces cellules pour pouvoir les utili­ser dès à présent sur tous les malades Parkin­so­niens ou Alzhei­mer.

Les statis­tiques font appa­raître un nombre tout à fait impor­tant de malades suscep­tibles d’être inté­res­sés par cette greffe (chiffres de l’année dernière aux USA : 1,5 millions Parkin­son ; 4 millions ostéo­po­rose, cancer et Alzhei­mer). Ceci inté­resse donc non seule­ment la recherche théo­rique mais bien évidem­ment les indus­triels. Ces labo­ra­toires parient sur les cellules souches et « spon­so­risent » certaines univer­si­tés : ils paient des cher­cheurs pour qu’ils trouvent.

On vient de parler des cellules de la moelle osseuse mais il peut s’agir de n’importe quelles cellules souches et ainsi trai­ter les patients Parkin­so­niens, Alzhei­mer, Hunting­to­niens ou toute dégé­né­res­cence de la moelle osseuse.

Les cellules souches sont donc l’avenir de la recherche aujourd’hui.

Les ques­tions de l’assemblée

La mala­die de Hunting­ton est géné­tique ; n’y a-​t-​il pas néces­sité d’intervenir à nouveau en cas de greffe ?
Bien sûr mais si cela permet de restau­rer la fonc­tion pendant une ving­taine d’année, cela est un vrai progrès.

Les neurones sont fonc­tion­nels par les rela­tions qu’ils ont entre eux. Peuvent-​ils en établir lorsqu’ils sont gref­fés ?
Cela a été démon­tré par les greffes neuro­nales : ils recréent des rela­tions. En fait, il s’est avéré que chez les patients où il y avait des connexions entre les neurones gref­fés et leurs propres neurones, ces patients avaient une meilleure récu­pé­ra­tion fonc­tion­nelle. Il faut effec­ti­ve­ment qu’il y ait une inté­gra­tion dans tous les cas des cellules gref­fées avec le tissu exis­tant.
On a pu le consta­ter sur des animaux à qui on a greffé des cellules et qui ont pu récu­pé­rer une partie de leur capa­cité.
Tout dépend de la distance entre l’endroit où on dépose les cellules à gref­fer et la cible : plus on en est proche, plus les connexions se font faci­le­ment.
Quels sont les risques poten­tiels d’implanter des cellules souches dans le cerveau ?
Il y a toujours le risque de perdre le contrôle de la cellule qui risque de deve­nir maligne. Il faudrait alors essayer une stra­té­gie de destruc­tion. Ainsi dans les premières greffes on a constaté des progrès la première année puis un effet inverse commen­çait à appa­raître du fait que les cellules deve­naient trop actives.
En fait, le remède est la tech­nique de mani­pu­la­tion géné­tique qui permet d’installer des contrôles de la cellule.

A propos de la mala­die d’Alzheimer

Les mala­dies neuro­dé­gé­né­ra­tives semblent être le propre de l’homme sans du à l’extraordinaire complexité du déve­lop­pe­ment du cortex céré­bral. C’est peut-​être cette compli­ca­tion là qui explique la mémoire très déve­lop­pée de l’homme mais en même temps les problèmes de santé à ce niveau.

La mala­die d’Alzheimer est fréquem­ment liée à l’âge mais il existe des formes jeunes. Il existe deux formes de lésions consta­tées post-​mortem : soit des plaques séniles soit des neurones dystro­phiques qui contiennent des éléments hyper­phos­pho­ri­sés. Ces lésions se situent au niveau du cortex anto­ri­nal puis au niveau de l’hippocampe. Or le cortex est la zone noble du cerveau : c’est le siège de la mémo­ri­sa­tion, du compor­te­ment, des appren­tis­sages. La perte de neurones à ce niveau entraîne donc l’apparition de la mala­die qui va progres­ser au fur et à mesure de la dégé­né­res­cence des cellules.

Les études sur la plaque sénile conduisent à décrire les éléments essen­tiels qui la composent : un peptide de 42 acides animés qui dérive d’une grosse protéine qui peut compor­ter jusqu’à 770 acides animés. On a pu ainsi étudier des familles dont les membres ont une forme jeune de la mala­die et commen­cer la séquence de leur ADN diffé­rente des autres personnes.

Le travail aujourd’hui consiste à déve­lop­per des molé­cules ou de nouveaux concepts pour tenter de préve­nir voir guérir la mala­die. Des scien­ti­fiques suisses travaillent sur des souris trans­gé­niques qui déve­loppent des plaques séniles mais ces modèles sont-​ils proches de l’homme ? Toute la ques­tion est là.

La mala­die d’Alzheimer est la mala­die dégé­né­ra­tive du cerveau la plus courante. Elle concerne 350 000 personnes. Extrê­me­ment rare avant 65 ans, elle peut toucher près d’un tiers des personnes de plus de 65 ans ; du fait de la longé­vité en augmen­ta­tion, le nombre de malades est à prévoir en augmen­ta­tion.

Les trai­te­ments actuels cherchent à stabi­li­ser les troubles du compor­te­ment et rendre plus agréable la vie de l’entourage. Il s’agit de psycho­tropes, de calmants, d’antidépresseurs, de neuro­lep­tiques.

La mala­die de Parkin­son peut-​elle débou­cher sur la mala­die d’Alzheimer ?
Parfois les patients ont une mala­die asso­ciée, mais les parkin­so­niens n’ont pas plus de risques que les autres de déve­lop­per une mala­die d’Alzheimer.

Compte rendu réalisé par : Chris­tine RICHEBOEUF
Résumé par : Jean GRAVELEAU

2 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. html

    Commentaire par big — 20 mai 2006 #

  2. j’ai besoin de rece­voir les infor­ma­tion concer­nant les malades nerveuses

    Commentaire par big — 20 mai 2006 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.