Ne pas être qu'un "patient" ...

Éditorial du numéro 12 — Le Parkinsonien Indépendant

Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant — n° 12 — mars 2003

Un texte de loi en débat sur la bioé­thique

Sujet d’actualité peu présent dans nos médias, il nous concerne parti­cu­liè­re­ment. En effet, « la théra­pie génique » et « le clonage théra­peu­tique » sont au cœur même de la recherche sur les « cellules souches » dans lesquelles nous pouvons inscrire de grand espoir.


Il est néces­saire de régle­men­ter le travail des cher­cheurs en propo­sant des règles éthiques qui leur permettent de respec­ter ce qui fait de l’Humain une entité spéci­fique et non un « produit » manu­fac­turé.

Mais la loi ne pourra pas, pour autant, empê­cher la Recherche d’avancer : il se trou­vera toujours quelqu’un qui se risquera à la trans­gres­ser.

Il est donc d’autant plus néces­saire d’avoir un débat sérieux, dénué de passions irra­tion­nelles, puisqu’il s’agit du mythe essen­tiel : « créer l’homme à son image » et donc, d’une certaine manière, se prendre pour Dieu.

Nos légis­la­teurs sont ainsi confron­tés à des ques­tions essen­tielles. Mais ils se trouvent égale­ment confron­tés à des problèmes pure­ment écono­miques : le premier labo­ra­toire qui trou­vera la formule de la « guéri­son » du Parkin­son béné­fi­ciera d’un « jack­pot » fabu­leux.

Nos voisins anglais et néer­lan­dais ont répondu à la ques­tion en enca­drant la recherche sur le « clonage théra­peu­tique » et en inter­di­sant stric­te­ment le « clonage repro­duc­tif », faisant ainsi la diffé­rence entre l’Etre en « deve­nir » et la simple repro­duc­tion de cellules.

Il s’agit d’un débat diffi­cile, complexe, qui nous inter­pelle dans nos convic­tions les plus profondes. Mais il ne faudrait pas se voiler la face en repous­sant ces ques­tions à un avenir qui risque de nous dépas­ser si nous ne prenons pas garde à l’évolution de la Recherche : ne nous lais­sons pas dépas­ser par les scien­ti­fiques dont l’objectif est de repous­ser toujours plus loin les limites de nos connais­sances.

L’Homme est à la fois obsédé par la Connais­sance et par la maîtrise de son « deve­nir ». Mais, et c’est là qu’il se diffé­ren­cie de l’animal, il est aussi doué de Raison : la Morale doit préexis­ter sur le Maté­riel. Ce projet de loi devrait donc être au cœur de nos réflexions et béné­fi­cier de l’apport, non seule­ment des scien­ti­fiques mais aussi des philo­sophes.
Jean GRAVELEAU

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.