Ne pas être qu'un "patient" ...

Éditorial du numéro 15 — Le Parkinsonien Indépendant

Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant – n° 15 – décembre 2003

Bonne et heureuse année

C’est le moment où nous allons adres­ser nos vœux à nos proches, nos amis et même à des incon­nus à qui nous allons dire : « meilleurs vœux » !

Et bien que nos lecteurs trouvent ici notre grati­tude pour le soutien qu’ils nous apportent tout au long de l’année et qu’ils acceptent nos meilleurs vœux de bonheur, de santé – eh oui, on a le droit de leur souhai­ter une santé qui, au mieux, se main­tienne correc­te­ment – et de réus­site dans ce qu’ils entre­pren­dront.


Il est vrai que trop souvent nous repre­nons cette formule des vœux sans véri­ta­ble­ment penser à ce qu’elle comporte comme agres­si­vité pour qui vient de décou­vrir qu’il est malade ou qui se trouve en situa­tion d’aggravation de ses symp­tômes.

Mais ce n’est pas une raison pour ne pas, avec sincé­rité et quel­que­fois précau­tion, redire à nos proches combien ils comptent pour nous et combien nous souhai­tons qu’ils reprennent goût à la vie.

C’est aussi la période de l’année où nous allons être inon­dés de propo­si­tions pour faire la fête, faire des cadeaux, dépen­ser, consom­mer…

Il ne faudrait pas oublier que trop souvent pour nombre d’entre nous c’est une période pas toujours très gaie et que les inci­ta­tions à faire la fête viennent accen­tuer leur désar­roi : la soli­tude, la pauvreté, la mala­die, tous ces désa­gré­ments de la vie en sont d’autant plus exacer­bés.

Alors ayons, ensembles, une pensée chaleu­reuse en direc­tion de tous les « éclo­pés » de la vie et sachons regar­der près de nous : il y a très certai­ne­ment une main que nous pouvons tendre, un regard que nous pouvons adres­ser, ou une lettre à envoyer ! Que sais-​je, vous êtes suffi­sam­ment géné­reux pour trou­ver cette réponse. Et puis cela nous oblige à sortir de « notre nombril » !

Vous allez encore me trou­ver « mora­li­sa­teur » ; et bien tant pis, j’assume ce rôle de « poil à grat­ter ». Notre époque est suffi­sam­ment diffi­cile pour les plus fragiles d’entre nous pour que je profite de cette tribune pour rappe­ler notre huma­nité et notre poten­tiel de géné­ro­sité que nous pouvons mobi­li­ser.

Alors bonnes fêtes de fin d’année

Et encore une fois, au nom de toute l’équipe, rece­vez nos vœux les plus sincères.

Jean GRAVELEAU

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.