Ne pas être qu'un "patient" ...

Le resvératrol au secours des neurones qui dysfonctionnent

Paru dans Le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n° 21 – juin 2005

L’équipe Avenir de l’INSERM coor­don­née par Chris­tian NERI vient de montrer que l’activation de certaines enzymes – déjà connues pour leurs effets protec­teurs vis-​à-​vis du stress cellu­laire et impli­quées dans la longé­vité – protège la cellule neuro­nale de la toxi­cité induite par la hunting­tine, la protéine de la mala­die de Hunting­ton.

Ces résul­tats ont été possibles grâce à l’approche origi­nale utili­sée par les cher­cheurs, fondée sur l’étude de deux modèles animaux complé­men­taires : le ver Caeno­rhab­di­tis elegans sur lequel des tests in vivo ont été effec­tués, et la souris dont une caté­go­rie de neurones situés dans le cerveau ont été analy­sés in vitro.

Ce travail est publié dans la revue Natura Gene­tics.

Le néma­tode C. elegans a été utilisé comme modèle trans­gé­nique car il faci­lite le suivi in vivo – notam­ment au plan géné­tique – des effets neuro­naux induits par les substances à tester. Les cher­cheurs de l’INSERM se sont inté­res­sés au poten­tiel neuro­pro­tec­teur de certaines enzymes, les sirtuines, qui régulent l’activité des protéines cibles en enle­vant des grou­pe­ments acétyles (un arran­ge­ment parti­cu­lier de quelques atomes d’oxygène, de carbone et d’hydrogène) de certains acides aminés (les compo­sants des protéines).

Par ce méca­nisme, les sirtuines augmentent les défenses contre le stress cellu­laire. Les cher­cheurs montrent en parti­cu­lier que l’activation de ces enzymes via le resvé­ra­trol – une molé­cule chimique présente dans le raisin – conduit à une moindre toxi­cité dans les cellules neuro­nales qui expriment une forme mutée de la hunting­tine.

Les résul­tats obte­nus par Chris­tian NERI et son équipe montrent que l’effet neuro­pro­tec­teur chez le ver C. elegans passe par une cascade de réac­tions qui débute par l’activation des sirtuines par le resvé­ra­trol, entraî­nant celle des facteurs de trans­crip­tion de type FOXO. Ces derniers inter­viennent pour leur part, en bout de chaîne, sur l’expression d’un large ensemble de gènes parti­cu­liè­re­ment impli­qués dans la résis­tance au stress et à la longé­vité.

Le resvé­ra­trol, composé à l’origine de ces réac­tions en chaîne, fait partie de la famille des poly­phé­nols. Cette molé­cule était connue pour son fort pouvoir anti­oxy­dant, évoqué comme l’un des ingré­dients respon­sable du « French para­doxe » (note 1.). La stimu­la­tion des sirtuines est un autre aspect des proprié­tés de cette molé­cule. Le pouvoir anti­oxy­dant du resvé­ra­trol est-​il en partie la consé­quence de l’activation des sirtuines ? D’autres inves­ti­ga­tions sont néces­saires sur ce point.

L’importance des sirtuines et des facteurs de trans­crip­tion FOXO fait actuel­le­ment l’objet de nombreuses études, en lien avec leur rôle dans la résis­tance géné­rale de la cellule au stress, et dans la longé­vité.

Le travail publié ce jour par les cher­cheurs de l’INSERM suggère pour la première fois que la stimu­la­tion de la résis­tance des neurones au stress par l’intermédiaire des sirtuines, pour­rait conduire à des trai­te­ments pour les mala­dies neuro­dé­gé­né­ra­tives comme la mala­die de Hunting­ton.

Pour en savoir plus, Contact avec le cher­cheur :
Chris­tian NERI Tel. : 01.40.78.86.52. neri@broca.inserm.fr

Trans­mis par Jean GRAVELEAU

Note 1. : Le « para­doxe fran­çais » : des études sérieuses ont démon­tré que la consom­ma­tion raison­nable de vin, rouge en parti­cu­lier, avait un effet théra­peu­tique indé­niable sans doute lié au tanin et aux phénols.

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.