Ne pas être qu'un "patient" ...

Éditorial : Tempête monétaire et restrictions budgétaires

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°41 – juin 2010

Édito­rial

Tempête moné­taire et restric­tions budgé­taires

Le mistral souffle aujourd’hui en tempête sur le Vieux Port comme pour accom­pa­gner celle qui attaque notre monnaie, l’Euro. Des menaces commencent à se dessi­ner sur nos avenirs de sala­riés, chômeurs ou retrai­tés et malades : le gouver­ne­ment ne parle-​t-​il pas de restric­tions néces­saires, en un mot, de rigueur ?

Et c’est ce moment que choi­sit Alain Minc, conseiller spécial du Président de la Répu­blique, pour déve­lop­per une idée sur France-​Info : « La collec­ti­vité fran­çaise a dépensé 100 000 € pour un homme de 102 ans [son père], c’est un luxe immense, extra­or­di­naire, pour lui donner quelques mois ou, je l’espère quelques années de vie ». Il répon­dait à une ques­tion du jour­na­liste sur l’effet du vieillis­se­ment sur la hausse des dépenses d’assurance mala­die.

Je n’ai pas pour habi­tude d’utiliser cet édito pour déve­lop­per mes idées poli­tiques, ce n’est ni le lieu ni l’objectif de ce jour­nal. Pour­tant, j’ai tenu à tirer un signal d’alarme sur une menace que la jour­née du 12 avril a pu nous cacher : sommes-​nous sûrs du main­tien de notre « avan­tage » de la prise en charge à 100% de la plupart de nos trai­te­ments ? Ne va-​t-​on pas nous mettre en concur­rence, face aux autres malades, comme des « privi­lé­giés » béné­fi­ciant d’un « luxe immense » ?

Restons vigi­lants et atten­tifs aux évolu­tions de la séman­tique qui parle de privi­lé­gié quand certains béné­fi­cient de reve­nus annuels indé­cents repré­sen­tant plusieurs vies de travail de ce même sala­rié, certes avan­tagé quant à la prise en charge de sa mala­die ; mais ce n’est pas un choix de vie !

Ainsi se dessine progres­si­ve­ment une société à plusieurs vitesses où le Pouvoir surfe sur des oppo­si­tions arti­fi­ciel­le­ment provo­quées et utili­sées pour masquer la vacuité des propo­si­tions poli­tiques !

Nous laisserons-​nous abuser par une mani­fes­ta­tion, un peu « théâ­trale » au dire d’un parti­ci­pant, ou devront-​nous nous impli­quer pour éviter l’enterrement en « commis­sions de travail » ? Nous en donnons un compte rendu et aussi une « libre parole » à son propos !

N’oublions pas pour autant la Recherche qui, nous l’espérons, ne verra pas ses crédits ampu­tés du fait de la « rigueur » en voie d’installation. Nous redon­nons les coor­don­nées du fonds CECAP-​Recherche en vous rappe­lant : « un euro donné un euro distri­bué »

Nous avons aussi privi­lé­gié, dans cette revue, le point sur les cellules souches et les inter­ro­ga­tions qui se posent à la théra­pie cellu­laire : il nous semble que c’est notre avenir qui se joue là et les possibles voies de la guéri­son.

BONNES VACANCES A TOUS
Jean GRAVELEAU

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.