Ne pas être qu'un "patient" ...

Le concept physiothérapeutique « LSVT-​Big »

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°51 – décembre 2012

Dérivé du Lee Silver­man Voice Trai­ning (LSVT), un concept ortho­pho­nique parti­cu­liè­re­ment effi­cace en cas de Parkin­son (Info parue dans le Parkin­so­nien Indé­pen­dant n°35 p.12 décembre 2008), le LSVT-​Big offre à présent un pendant physio­thé­ra­peu­tique. Trois théra­peutes suisses spécia­li­sés dans le Parkin­son ont déjà reçu une forma­tion dans ce domaine.

De nombreux patients parkin­so­niens présentent des problèmes d’élocution au cours de l’évolution de la mala­die. Leur voix est de plus en plus basse, faible et inin­tel­li­gible. Un trai­te­ment ortho­pho­nique est indi­qué – le LSVT, qui mise sur l’entraînement répété et inten­sif du volume, permet de bons résul­tats.

Depuis quelque temps, d’ingénieux physio­thé­ra­peutes cogitent : ce qui fonc­tionne avec les muscles du langage devrait en prin­cipe s’appliquer aux muscles de l’appareil loco­mo­teur. C’est pour­quoi ils ont adapté à la physio­thé­ra­pie l’idée de l’entraînement répété axé sur l’amplitude issue de l’orthophonie – avec succès. En réfé­rence à son origine, ils ont baptisé leur nouveau concept « LSVT-​Big » — Big signi­fiant grand.

Ainsi, à l’instar du volume de la voix qui peut être «  ampli­fié  » en ortho­pho­nie, LSVT-​Big mise sur des mouve­ments de parti­cu­liè­re­ment grande enver­gure. Le trai­te­ment stan­dard consiste en quatre répé­ti­tions régu­lières par semaine, d’une durée de 50 à 60 minutes, et ce pendant quatre semaines (16 unités). Diffé­rents « grands » mouve­ments de l’ensemble du corps sont réali­sés avec le plus d’engagement possible (au moins 80% de l’énergie maxi­male) et un effort mani­feste. Grâce à un feed­back du théra­peute, voire éven­tuel­le­ment à des vidéos, les patients apprennent à « cali­brer » à nouveau la percep­tion de leurs propres mouve­ments. Cette étape est essen­tielle, car au fil du temps, les patients consi­dèrent leurs mouve­ments (sans cesse plus petits et plus lents au cours de l’évolution de la mala­die) comme « normaux ». Le patient ne peut réta­blir l’amplitude de ses mouve­ments et les norma­li­ser que par le biais d’un entrai­ne­ment répé­ti­tif inten­sif.

Une étude scien­ti­fique publiée récem­ment prouve que le LSVT-​Big peut accroître consi­dé­ra­ble­ment la vitesse de la marche et l’amplitude des mouve­ments (enjam­bée). En outre, cet entrai­ne­ment permet de réali­ser des mouve­ments des bras ciblés, plus vastes et plus rapides.

Le recours précoce à la méthode LSNT-​Big peut frei­ner la progres­sion de la restric­tion des mouve­ments. Les patients, qui multi­plient leurs possi­bi­li­tés de mouve­ment et déve­loppent leur dyna­misme et leur force, élar­gissent en leur rayon de mouve­ment et gagnent en auto­no­mie au quoti­dien, ce qui améliore leur qualité de vie et leur rela­tion au corps.

Actuel­le­ment trois théra­peutes sont certi­fiés en Suisse : Suzanne Brühl­mann (clinique Hélios, Zihl­schlacht), Jorina Jans­sens (clinique Bethesda, Tschugg) et Klaartje Malfroid (cabi­net Robel­laz, Köniz). Les établis­se­ments qui les emploient four­nissent aux patients des rensei­gne­ments sur le dérou­le­ment du trai­te­ment, la pres­crip­tion et la prise en charge des coûts.

Par Jörg Roth­wei­ler, Parkin­son Suisse n°106
Lu par Jean Grave­leau

3 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. BRAVO, Adrien Pierre, tout à fait d’accord, mais la méde­cine de faculté est loin de ces pratiques, à nous, de les promou­voir haut et fort
    courage à tous, nous avan­çons dans le bon sens, à petits pas, certes, mais sûre­ment
    ADG

    Commentaire par ANNIE — 12 mars 2013 #

  2. Bonjour,

    Où peut on trou­ver plus de détails sur le proto­cole de cette méthode ?

    Merci.

    Commentaire par Carole B. — 6 mars 2013 #

  3. Une réflexion en passant pour dire que si l’on n’a pas accès à cette méthode qui ne semble pas se prati­quer en France (en tous cas, rien n’est dit là dessus dans l’article), il y a des solu­tions plus plus simples et plus courament prati­quées, comme le Taï Chi ou le Qi Gong dont les gestes (ampli­tude et mouve­ments volon­taires) se rapprochent de la méthode évoquée.
    Ph

    Commentaire par Adrien.Pierre — 25 février 2013 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.