Ne pas être qu'un "patient" ...

Editorial

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°76

Une nouvelle qui nous a tous inter­pe­lés par son sensa­tion­na­lisme : l’Agence Natio­nale de la Sécu­rité du Médi­ca­ment a enfin jugé qu’il « était perti­nent d’autoriser l’usage du canna­bis à visée théra­peu­tique pour les patients, dans certaines situa­tions cliniques et en cas de soula­ge­ment insuf­fi­sant ou d’une mauvaise tolé­rance des théra­peu­tiques » exis­tantes. Il est vrai que le canna­bis a depuis long­temps fait appa­raître ses vertus calmantes comme la morphine ou l’opium. Mais il n’y a jamais eu la possi­bi­lité de discu­ter de la légis­la­tion en vigueur, les Pouvoirs Publics étant ferme­ment accro­chés à leur paix sociale et à la sécu­rité civile. Et pour­tant, nombre de malades souf­frant dans leur chair ont été amenés à faire appel aux marchés paral­lèles, entrant ainsi dans l’illégalité assu­mée !

Nous sommes pieds et poings liés à nos four­nis­seurs de drogues légales que sont les labo­ra­toires et les offi­cines phar­ma­ceu­tiques, nous entraî­nant dans une dépen­dance de plus en plus marquée.

C’est contre cela que s’élève notre parkin­so­nien en colère que vous retrou­ve­rez en fin de revue.

Quelle mouche a donc piqué notre rédac’ en chef pour qu’il entre ainsi dans cette polé­mique. Mais tout simple­ment l’irrespect fonda­men­tal des Pouvoirs Publics vis-​à-​vis de notre démarche contre les ruptures de stocks de médi­ca­ments essen­tiels à notre survie ! En effet, malgré les 35 000 signa­tures que nous avons réus­sis à réunir, nous n’arrivons pas à nous faire entendre tout Collec­tif Parkin­so­nien que nous soyons. Nous avons réussi à nous rappro­cher tous ensemble pour faire front commun face aux lobbies des labo­ra­toires qui se consi­dèrent en terrain conquis d’avance à leurs idées et qui utilisent l’agent que leur rapporte la vente des médi­ca­ments pour encore plus gagner du pouvoir et de l’influence!!!

C’est ce que l’on appelle pompeu­se­ment la démo­cra­tie libé­rale avan­cée, l’universalisme et la liberté du commerce. Vaste fumis­te­rie qui nous entoure de son nuage de bons senti­ment et qui en appelle à notre fibre la plus à même de réagir : notre cœur et nos senti­ments huma­ni­taires, filiales ou pater­nelles. Nous ne pouvons pas croire que les labo­ra­toires ne sont que des machines à produire du cash, toujours plus pour engrais­ser les action­naires qui n’hésitent pas, quant à eux, à fermer des labo­ra­toires rentables en France pour aller s’installer dans les pays en voie de déve­lop­pe­ment aux coûts sala­riaux beau­coup plus modestes et aux protec­tions du produits beau­coup plus aléa­toires ; nous leur prêtons des senti­ments qu’ils n’ont pas du tout envie de mettre en avant ou du moins pas pour le commerce parce que la publi­cité qui enva­hie nos écrans sur le bien­faits de tel ou tel labo­ra­toire ne se gêne pas, elle, pour en jouer au maxi­mum.

Rappelez-​vous bien que ce sont vos sous qui rému­nèrent ce commerce en plein essor que ce soit direc­te­ment ou indi­rec­te­ment, par vos coti­sa­tions déjà versée, et program­mer pour arron­dir le chiffres d’affaire de quelques-​uns.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout ; prenez cette diatribe pour un « ras le bol » d’un vieux malade soigné et empoi­sonné par la mala­die depuis main­te­nant 25ans !!!

« Encore heureux que nous allions vers l’été » : c’était le titre d’un roman qui se termi­nait bien si je me souviens !

Par Jean Grave­leau

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.