Ne pas être qu'un "patient" ...

Maladie de Parkinson, santé buccale et dénutrition

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°58
Par le Pr Isabelle Prêcheur, Pôle odon­to­lo­gie, CHU de Nice

Le trai­te­ment contre la mala­die de Parkin­son entraîne souvent une séche­resse buccale et des caries. De plus, les problèmes neuro­lo­giques et les effets indé­si­rables de certaines classes de médi­ca­ments ne faci­litent pas les soins dentaires. Pour éviter tout risque de dénu­tri­tion, il faut anti­ci­per.

Une santé buccale fragi­li­sée
Les bons gestes de l’hygiène dentaire. Un bros­sage soigneux des dents avec une brosse douce, pour reti­rer les dépôts de plaque dentaire sans abîmer l’émail fragi­lisé par la séche­resse buccale. Il faut aussi utili­ser des denti­frices fluo­rés, qui ont un effet anti-​carie démon­tré. Les prothèses doivent être reti­rées la nuit. Il faut les nettoyer avec du denti­frice et une brosse à dents réser­vée à cet usage, bien les rincer, les garder au sec et les passer sous l’eau avant de les remettre.

Au cours de l’évolution de la mala­die, les problèmes neuro­lo­giques et muscu­laires peuvent provo­quer des diffi­cul­tés à déglu­tir et des morsures invo­lon­taires de la langue, des lèvres et des joues. L’hygiène bucco-​dentaire peut alors deve­nir diffi­cile au quoti­dien et il ne faut pas hési­ter à se faire aider.

La sèche­resse buccale et les caries à progres­sion rapide. La séche­resse buccale est un effet indé­si­rable de plusieurs médi­ca­ments anti­par­kin­so­niens. Elle peut provo­quer une inflam­ma­tion doulou­reuse des muqueuses buccales (candi­dose), des ulcé­ra­tions au coin des lèvres (perlèche), une mauvaise haleine et des diffi­cul­tés pour parler, manger et porter les prothèses dentaires. La sèche­resse buccale sévère provoque des caries à progres­sion rapide, sous les couronnes ou direc­te­ment au collet des dents saines, qui peuvent être diffi­ciles à soigner. Il n’y a pas de trai­te­ment simple pour lutter contre la sèche­resse buccale. Il faut essayer divers petits moyens : garder dans la bouche une gorgée d’eau quelques minutes sans l’avaler, plusieurs fois par jour, ou encore sucer des petits glaçons ou des bonbons à la menthe sans sucre pour stimu­ler la sécré­tion de salive. Il existe aussi de la salive arti­fi­cielle (Arti­sial®…) ou des sprays huileux (Aequa­syal®).

Des soins dentaires adap­tés
Il est préfé­rable d’anticiper l’apparition des caries en faisant des visites régu­lières chez le dentiste et en prévoyant des séances de soins courtes dans la mati­née, envi­ron une heure et demi après la prise des médi­ca­ments. Plusieurs données doivent être prises en compte par le chirurgien-​dentiste :

  • les anes­thé­siques locaux sans adré­na­line sont préfé­rables, à cause du trai­te­ment par L-​dopa.
  • pour garder la bouche ouverte, le patient peut mordre un objet en caou­tchouc.
  • pour les troubles de la déglu­ti­tion, et l’écoulement de salive qui en résulte, il est possible d’isoler les dents trai­tées avec un mini-​champ opéra­toire («digue») et d’utiliser un aspi­ra­teur intra-​buccal puis­sant ; cela proté­gera les voies respi­ra­toires.
  • enfin, les trai­te­ments anti­par­kin­so­niens peuvent provo­quer une hypo­ten­sion ortho­sta­tique ; il ne faut pas trop incli­ner le fauteuil dentaire et remettre lente­ment le patient en posi­tion debout à la fin de la séance.

Les trai­te­ments et les prothèses
Pour stabi­li­ser la mobi­lité des dents qui se déchaussent, la pose de prothèses fixes (couronnes et bridges), s’il reste des racines solides, peut être envi­sa­gée au début de la mala­die. Si les dents sont trop mobiles, il y a des risques d’infection. La pose de prothèses ne doit alors pas être diffé­rée, car l’édentation est une cause de dénu­tri­tion. Les prothèses amovibles en résine ont l’avantage de pouvoir être reti­rées et parfai­te­ment nettoyées après les repas. Mais la séche­resse buccale peut les rendre incon­for­tables. En fonc­tion des éléments anato­miques et médi­caux, mais aussi finan­ciers, le chirurgien-​dentiste pourra propo­ser des prothèses amovibles sur implants, qui sont plus stables. 

Le risque de dénu­tri­tion
La perte de poids invo­lon­taire : un signe d’alerte
Au cours de l’évolution de la mala­die, les troubles de la déglu­ti­tion et les morsures invo­lon­taires peuvent gêner l’alimentation. Ajou­tés aux médi­ca­ments et à une mauvaise santé bucco-​dentaire, cela augmente le risque de dénu­tri­tion protéino-​énergétique. L’appétit dimi­nue et le malade perd du poids invo­lon­tai­re­ment. C’est un peu le début d’un cercle vicieux car la fonte des muscles et des défenses immu­ni­taires aggrave la mala­die de Parkin­son ainsi que d’autres patho­lo­gies (infec­tions, ostéo­po­rose, dépres­sion…). Et la qualité de vie comme l’autonomie s’en ressentent.

Comment lutter contre la dénu­tri­tion
Il ne faut surtout pas la sous-​estimer et ne pas hési­ter à enri­chir l’alimentation en protéines et en éner­gie avec des œufs, de la crème, du fromage râpé, du lait en poudre ou de la poudre de protéines (Proti­far®…). Il faut aussi faire trois repas par jour et deux colla­tions, dans la mati­née et au goûter. Le suivi par un diété­ti­cien apporte une aide effi­cace. Le méde­cin peut si néces­saire pres­crire des complé­ments nutri­tion­nels enri­chis en protéines et en éner­gie, sous forme de bois­sons ou de crèmes lactées (Forti­mel®, Clinu­tren®, Frésu­bin®…) ou de petites galettes adap­tées aux personnes ayant un mauvais état dentaire et des troubles de la déglu­ti­tion (Proti­bis®).

Il est plus facile de préve­nir la dénu­tri­tion que de trai­ter la dénu­tri­tion une fois instal­lée. Les malades et les familles doivent être vigi­lants sur la néces­sité des soins, d’avoir des prothèses dentaires ainsi que de veiller à l’alimentation dès le début de la mala­die.  

Médi­ca­ments anti­par­kin­so­niens et problèmes buccaux
Les médi­ca­ments anti­par­kin­so­niens ont des effets indé­si­rables au niveau buccal, parfois sévères : les trai­te­ments dopa­mi­ner­giques conte­nant de la Lévo­dopa (Carbi­dopa®, Modo­par®, Sine­met®…) peuvent provo­quer des nausées, des vomis­se­ments, des alté­ra­tions du goût ou un bruxisme (contrac­tion des mâchoires, usure des dents et douleurs de l’articulation temporo-​mandibulaire).

Les IMAO de type B (sélé­gi­line : Depre­nyl® ; rasa­gi­line : Azilect®) peuvent entraî­ner, plus rare­ment, des ulcé­ra­tions ou des inflam­ma­tions buccales, notam­ment avec les formes Lyoc (qui se dissolvent direc­te­ment dans la bouche). Le prami­pexole (Sifrol®) peut entraî­ner une séche­resse buccale. Les anti­par­kin­so­niens dits «  anti­cho­li­ner­giques  » ou «  atro­pi­niques  » dimi­nuent aussi la sécré­tion de salive : bipé­ri­dène (Akiné­ton®), tropa­té­pine (Lepti­cur®) et trihéxy­phé­ni­dyle (Artane®, Parki­nane®, Trihexy Richard®).

Proposé par Renée Dufant

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.