Ne pas être qu'un "patient" ...

Faut-​il former des médecins plus « humains » ?

Faut-​il former des méde­cins plus « humains » ?

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°71

La méde­cine doit être spécia­li­sée, inno­vante et effi­cace, mais sans perdre sa dimen­sion rela­tion­nelle et empa­thique, plaide le Pr. Jacques Brin­ger de l’Académie de méde­cine.

Plus que tout, la méde­cine doit rester humaine, c’est-​à-​dire garder le souci constant de la personne. Les nouveaux outils biotech­no­lo­giques, l’ima­ge­rie moderne et inter­ven­tion­nelle, les gestes chirur­gi­caux moins inva­sifs, robo­ti­sés ou non, l’émer­gence des biomar­queurs permettent une méde­cine moins agres­sive, moins variable et mieux ciblée. La numé­ri­sa­tion aide la prise de déci­sion dans les situa­tions complexes et permet de parta­ger faci­le­ment l’in­for­ma­tion entre les profes­sion­nels de santé. Outil de vigi­lance et d’édu­ca­tion théra­peu­tique, elle faci­lite la coor­di­na­tion entre les soins de proxi­mité et établis­se­ments de recours ainsi que le retour à domi­cile dans les condi­tions de sécu­rité renfor­cées.

Grâce aux pratiques ambu­la­toires, il est possible de concen­trer et d’ac­cé­lé­rer soins et explo­ra­tions afin de respec­ter les aspi­ra­tions du patient à retrou­ver au plus vite sa vie person­nelle et profes­sion­nelle. L’exercice des soins centré sur le patient est ainsi orga­nisé, sécu­risé et coor­donné entre les nombreux profes­sion­nels de santé inter­ve­nant auprès de lui.

Mais une telle orga­ni­sa­tion semi-​industrielle des soins, faite de stan­dar­di­sa­tion, de biotech­no­lo­gie de préci­sion, de numé­ri­sa­tion et d’accélération du parcours de la méde­cine, n’est-​elle pas trop « froide » pour rester humaine ?

Méde­cine de la personne :
La méde­cine de la personne, plus humble, atten­tive au profil de chaque patient et de ses aspi­ra­tions indi­vi­duelles, doit faire préva­loir l’écoute, l’empathie, la qualité de la présence et de la parole pour éviter les regards, mots et gestes malheu­reux ou maladroits car inadap­tés à la situa­tion.

Le méde­cin « n’or­donne plus », il doit savoir annon­cer, expli­quer, convaincre, éduquer, afin d’éclai­rer et d’au­to­no­mi­ser le patient. On ne doit plus « envoyer » un patient à l’hô­pi­tal ou vers les soins de proxi­mité : il convient de l’ac­com­pa­gner dans une stra­té­gie coor­don­née et person­na­li­sée tenant compte de ses prio­ri­tés, de ses valeurs, de son profil socio-​éducatif, cultu­rel et psycho­lo­gique.

On ne peut plus s’en tenir à des approches spécia­li­sées, cloi­son­nées, certes effi­caces, mais insuf­fi­santes et même poten­tiel­le­ment dange­reuses lors­qu’il faut trai­ter un malade chro­nique aux patho­lo­gies multiples souvent complexes et rele­vant d’une prise en charge globale, qui demande du temps et n’est donc plus compa­tible avec une rému­né­ra­tion au seul débit des actes. Ceci est parti­cu­liè­re­ment évident pour l’exer­cice de la méde­cine géné­rale, qui devrait symbo­li­ser synthèse et synchro­ni­sa­tion.

La méde­cine doit être à la fois spécia­li­sée, inno­vante, effi­cace, sans perdre de son huma­nité. Les moyens biotech­no­lo­giques n’éloignent pas en eux-​mêmes : c’est la façon de s’en servir qui éloigne ou qui rapproche.

Ainsi, un geste d’ima­ge­rie inter­ven­tion­nelle ou de chirur­gie robo­ti­sée ne « dispense pas de la qualité de la présence, du choix des paroles et du doigté de l’an­nonce et de son accom­pa­gne­ment » C’est pour­quoi la forma­tion conjointe des méde­cins et des profes­sion­nels de santé appe­lés à inter­ve­nir en équipe auprès des patients doit assu­rer au moins autant « l’ac­qui­si­tion et l’éva­lua­tion des habi­le­tés tech­no­lo­giques que les capa­ci­tés déci­sion­nelles et rela­tion­nelles humaines ». Finissons-​en avec les concours et les sélec­tions fondés sur le seul contrôle des connais­sances ; les étudiants en méde­cine doivent être mis en situa­tion de sensi­bi­li­sa­tion pour mieux perce­voir, mieux comprendre, mieux répondre aux attentes des patients ».

Ateliers de la bien­trai­tance :
Entre l’acquisition des connais­sances et les stages pratiques de « compa­gnon­nage », l’ap­pren­tis­sage par les outils de mise en situa­tion simu­lée est indis­pen­sable à l’ac­qui­si­tion des gestes et réflexes indi­vi­duels et collec­tifs. Les jeux de rôle et les ateliers de bien­trai­tance doivent se déve­lop­per dans les facul­tés pour prépa­rer le futur méde­cin au colloque humain singu­lier par l’en­traî­ne­ment à l’écoute et au ques­tion­ne­ment éthique.

L’exa­men clas­sant natio­nal (ECN) ne doit plus être la seule évalua­tion et la fina­lité exclu­sive au terme des six premières années de forma­tion médi­cale. Sachant que, tel qu’il est conçu pour clas­ser et répar­tir les futurs internes sur le terri­toire natio­nal, c’est le seul examen au monde où l’on est reçu avec zéro !

En effet, tout étudiant formé dans une univer­sité euro­péenne, fran­çais ou étran­ger, parlant ou non notre langue, peut le présen­ter et contour­ner ainsi le nume­rus clau­sus, en accé­dant sans limi­ta­tion à l’exercice médi­cal dans notre pays… Il est urgent de redon­ner toute sa place et la prio­rité à l’évaluation des compé­tences cliniques pour vali­der l’en­semble des apti­tudes pratiques, y compris rela­tion­nelles, des étudiants en méde­cine, d’où qu’ils viennent, avant qu’ils n’ac­cèdent aux fonc­tions de respon­sa­bi­li­tés d’in­terne.

Il en va du simple respect des patients.
Article de Jacques Brin­ger relevé dans le Figaro santé par Fran­çoise Vignon

2 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Bonsoir..Il faudrait que les méde­cins etc…soient sensi­bi­li­sés à la mala­die de Parkinson..Si le feeling ne passe pas avec un neuro­logue etc..ne pas hési­ter à chan­ger
    Bonne soirée
    lagerriere53

    Commentaire par lagerriere53 — 19 mai 2019 #

  2. Une méde­cine plus humaine !!! C’est valable aussi pour les autres spécia­li­tés … la kiné­si­thé­ra­pie par exemple

    Commentaire par kidoo — 14 mai 2018 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.