Ne pas être qu'un "patient" ...

L’étude clinique de la chélation du fer /​ L’Agence française de sécurité du médicament (ANSM) juge « pertinent d’autoriser l’usage du cannabis à visée thérapeutique »

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°76

Des nouvelles de l’étude clinique sur la chéla­tion conser­va­trice du fer mené au CHU de Lille.
Le projet Fair Park II est un projet euro­péen mené sur 3 ans de 2016 à 2019. Il regroupe 24 centres experts de la mala­die de Parkin­son, répar­tis dans 8 pays d’Europe. Il fait suite à une première étude concer­nant 40 patients. L’étude clinique actuelle concerne 338 patients au début de la mala­die (diag­nos­tic infé­rieur à 18 mois) ne béné­fi­ciant d’aucun trai­te­ment. Au 5 décembre 2018, 267 patients ont suivi ou sont en train de suivre l’essai clinique qui dure 9 mois. Il reste donc 71 places. Il est possible d’entrer dans ce proto­cole jusqu’en juin 2019. Pour parti­ci­per, il faut répondre à un premier ques­tion­naire sur http://fairpark2.eu/patients. Le patient est ensuite redi­rigé vers le CHU le plus proche de son domi­cile. Les diffé­rents CHU sont les suivants : Lille, Paris, Clermont-​Ferrand, Lyon, Toulouse, Marseille, Bordeaux. Après un entre­tien avec le neuro­logue une prise de sang et des examens indo­lores sont réali­sés (IRM céré­bral, scin­ti­gra­phie au DATSCAN, écho­gra­phie trans­crâ­nienne).

Le patient doit ensuite prendre la défé­ri­prone matin et soir selon une poso­lo­gie en adéqua­tion avec son poids. Une prise de sang hebdo­ma­daire puis mensuelle a lieu pour surveiller la NFS (Numé­ra­tion Formule Sanguine) : en cas de chute des poly­nu­cléaires neutro­philes, le trai­te­ment est suspendu.

C’est le profes­seur Devos au CHU de Lille qui coor­donne cette étude rando­mi­sée en double aveugle : ni le patient, ni le méde­cin ne savent, ni ne sauront si le médi­ca­ment est la défé­ri­prone ou bien un placebo.

Le docteur Devos émet l’hypothèse que la substance noire contien­drait des concen­tra­tions élevées en fer. La défé­ri­prone qui est un trai­te­ment piégeur du fer pour­rait dimi­nuer l’excès de fer dans la substance noire, et ainsi limi­ter la mort neuro­nale et ralen­tir la progres­sion des symp­tômes de la mala­die de Parkin­son. La molé­cule est suffi­sam­ment petite pour traver­ser la barrière hémato-​encéphalique.

Si les résul­tats sont probants [et il y a de fortes chances qu’ils le soient puisque ceux du Fair PACK 1 l’étaient NDLR] une dernière étude Fair Park III sera faite au niveau mondial à partir de juin 2020. Cette fois, il sera possible que des personnes sous trai­te­ment y parti­cipent et il n’y aura plus de placebo. L’étude portera alors sur diffé­rents dosages de la défé­ri­prone.

C’est donc une étude clinique qui s’intéresse à une cause possible de la mala­die.

Synthèse réali­sée par Michel David qui parti­cipe à cette étude au CHU de Lille depuis novembre 2018.

L’Agence fran­çaise de sécu­rité du médi­ca­ment (ANSM) juge « perti­nent d’autoriser l’usage du canna­bis à visée théra­peu­tique »
Le recours au canna­bis théra­peu­tique pour­rait être perti­nent dans certaines situa­tions cliniques a récem­ment reconnu un comité d’experts de l’Agence fran­çaise de sécu­rité du médi­ca­ment. A Marseille, une étude sur ses effets dans la mala­die de Parkin­son va être menée par une équipe de scien­ti­fiques.

C’est une première. Car la France n’avait pas, jusqu’ici menée de recherches de ce type. Le centre d’étude Dhune et l’association France Parkin­son vont finan­cer une étude « visant à défi­nir les effets du canna­bis théra­peu­tique chez les patients atteints de la mala­die de Parkin­son. Des études expé­ri­men­tales suggèrent que certains des compo­sés du canna­bis théra­peu­tique, notam­ment le Tétra­hy­dro­can­na­bi­nol et le canna­bi­diol auraient un poten­tiel effet neuro­pro­tec­teur ainsi qu’un effet sur les symp­tômes parkin­so­niens » explique le site Silvereco.fr

Une étude d’abord menée sur des rats
L’étude qui sera menée ces prochains mois par une équipe de scien­ti­fiques à Marseille portera notam­ment sur les « effets de diffé­rentes propor­tions de canna­bi­noïdes sur les mani­fes­ta­tions motrices et non motrices liées à la mala­die » L’étude, menée par l’équipe de cher­cheurs compo­sée de Jean Philippe Azulay, chef de service neuro­lo­gie à la Timone, Olivier Blin, respon­sable de Dhune, et Chris­telle Baunez, direc­trice de recherche au CNRS, sera d’abord menée sur des rats. Elle devrait ensuite être éten­due à l’homme, une fois les auto­ri­sa­tions obte­nues.

« Cela ne diffère pas des proto­coles clas­siques, nous devons four­nir des infor­ma­tions sur la faisa­bi­lité de l’étude, ainsi que sur la sécu­rité des personnes testées », a expli­qué Alexandre Euse­bio. S’ils sont concluants, les tests pour­raient « ouvrir la voie » à la mise au point d’un nouveau trai­te­ment pour les patients parkin­so­niens.

En France, la ques­tion du recours au canna­bis théra­peu­tique dans certaines situa­tions cliniques fait débat depuis de nombreuses années. Après l’avis favo­rable du comité d’experts à la mi-​décembre 2018, l’Agence du médi­ca­ment a décidé de mettre en place l’expérimentation du canna­bis théra­peu­tique avant la fin de l’année 2019.


Article relevé dans Ouest-​France et dans La Provence du 02/​03/​2019
Par F. Vignon et J. Grave­leau

5 Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Pierre bonjour,
    je suis très favo­rable pour ces patchs qui rendent un grand soula­ge­ment aux Parkin­so­niens et Sclé­rose en plaques.
    Contre à 200% la vente du Canna­bis , c’est une façon de bais­ser les bras de la part des auto­ri­tés (tout Etat confondu) La ciga­rette 50 000 décès, cancers , Alcool etc…Méchant comme je suis j’ajoute le coca avec ses 300 gr de sucre ou faux sucres qui créent le même effet.

    Commentaire par Chatenay — 8 août 2019 #

  2. A ma connais­sance, le CBD appor­te­rait des vertus apai­santes et anti-​douleurs, il est exact que ce n’est pas un produit miracle pour la MP.

    @ Chate­nay : Est-​ce pour ces vertus que vous êtes favo­rables à la mise sur le marché des patchs ?

    Certains voient leur symp­tômes s’atténuer ou dispa­raitre, notam­ment les trem­ble­ments. C’est pour­quoi je solli­ci­tais des témoi­gnages posi­tifs ou pas …

    En tout cas, à consom­mer avec modé­ra­tion (lol)

    Commentaire par Pierre — 7 août 2019 #

  3. Pierre votre remarque est exacte.

    Préci­sion supplé­men­taire en aucun cas l’extrait du Canna­bis guéri ou ralenti la MP c’est juste un apport de confort épiso­dique, car sur certaines personnes un risque de dépen­dance est possible.

    Commentaire par Chatenay — 7 août 2019 #

  4. Pour ceux qui l’auraient raté, je pense que le scan­dale des opia­cées aux USA (dont parle Chate­nay) est entre autres montré dans ce repor­tage d’Envoyé Spécial du 21/​02/​2019, dont voici le lien https://www.youtube.com/watch?v=Kp6Y5rMhuVQ

    @Chatenay : ne vouliez vous pas écrire « le canna­bis surtout débar­rassé du THC (tétra­hy­dro­can­na­bi­nol)» au lieu de canna­bi­diol (autre­ment dit CBD) ??? (le THC étant lui psychoac­tif)

    Bref, je poste ici aujourd’hui pour témoi­gner … que ces substances n’ont aucun effet sur ma mala­die. Certains d’entre vous, lecteurs et posteurs, ont-​ils essayé la CBD par exemple ? En avez vous ressenti des amélio­ra­tions de vos symp­tômes ??

    Commentaire par Pierre — 7 août 2019 #

  5. Pour­quoi autant de freins alors que cette théra­pie est en exer­cice dans de nombreux pays ?
    Ah ! vous avez dit « drogue » les risques divers et variés!!
    Pour­tant avec les OPIACÉS au début extrait de l’opium , puis la copie par la synthèse des anagel­siques qui sont 50 fois plus puis­sant( en Europe) que l’extrait de la plante elle même.
    Aux Etats-​Unis 100 fois plus puis­sant avec 200 000 milles morts par ans ( un énorme procès avec le labo fabri­cant est en cours).

    Et bien peut de débat ? Avec le canna­bis quelle hypo­cri­sie!! surtout débar­rassé du canni­biol…

    Pour la jour­née du PARKINSON du 11 avril , quel beau cadeau que serait l’autorisation de mise sur le marché de ce patch, depuis des d’années de combats, de rapports de tests etc..

    Commentaire par Chatenay — 11 avril 2019 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.