Ne pas être qu'un "patient" ...

Une IRM ultrapuissante pour faire avancer la recherche à Rennes

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°76

La plate-​forme rennaise de recherche médi­cale Neurinfo vient de se doter d’une IRM ultra­puis­sante implan­tée au CHU de Rennes, depuis le mois de février 2018. Elle va aider à mieux comprendre le fonc­tion­ne­ment du cerveau, du cœur et d’autres organes.

Elle pèse près de 12 tonnes et a coûté la baga­telle de près de 2 millions d’euros. Un petit bijou de très haute tech­no­lo­gie fabri­qué par Siemens et capable de déve­lop­per un champs magné­tique de trois Teslas, contre 1,5 en moyenne pour une IRM clas­sique.

Si cette IRM va servir à prati­quer des examens sur des patients, sa véri­table voca­tion sera la recherche et plus préci­sé­ment celle menée par la plate-​forme Neurinfo créée en 2009. Cette plate-​forme est un parte­na­riat entre : « L’université de Rennes1, l’Institut natio­nal de recherche en infor­ma­tique et en auto­ma­tique (Inria) de Rennes, le CHU et le centre de lutte contre le cancer, Eugène Marquis » explique Chris­tian Barillot, son direc­teur. « Elle est à l’imagerie médi­cale et à la neuro­in­for­ma­tique. » Cette disci­pline, rela­ti­ve­ment récente, mobi­lise des infor­ma­ti­ciens et spécia­listes du signal qui créent des systèmes et algo­rithmes permet­tant de rendre plus lisibles et inter­pré­tables les données, notam­ment dans le domaine des neuros­ciences. « Elle permet de regar­der plus fine­ment, de voir avec une meilleure réso­lu­tion et de mesu­rer plus rapi­de­ment le fonc­tion­ne­ment d’un cerveau ou d’un cœur » précise Chris­tian Barillot. Des carac­té­ris­tiques que ne permet pas une IRM dans le domaine clinique clas­sique.

« Par exemple, on peut arri­ver à mesu­rer les fibres qui vont connec­ter une région du cerveau à une autre. On peut carac­té­ri­ser de la micro­struc­ture céré­brale. Ce qui était très diffi­cile voire impos­sible avant. » Des infor­ma­tions très précieuses pour les cher­cheurs avec toujours le même prin­cipe : Plus on comprend le fonc­tion­ne­ment ou les dysfonc­tion­ne­ments d’un organe, mieux on peut trou­ver des théra­pies. « Ce nouvel appa­reil doit permettre d’améliorer le diag­nos­tic des patients et de manière plus précoce. Il pourra aussi peut-​être favo­ri­ser demain de nouvelles prises en charge théra­peu­tiques. » espère Véro­nique Anatole-​Touzet, direc­trice du CHU.

Par Fran­çoise Vignon

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.