Ne pas être qu'un "patient" ...

Aide au transfert sans se faire mal

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°76

Soule­vez, porter, dépla­cer, trans­fé­rer ou repo­si­tion­ner une personne dépen­dante sont des gestes quoti­diens pour les proches aidants. Ces gestes de manu­ten­tion (trans­fert du lit au fauteuil, du fauteuil roulant aux toilettes) vont solli­ci­ter votre dos, s’ils sont mal réali­sés ils génèrent fatigue et mal de dos. Forcer trop, forcer mal, forcer sur la colonne verté­brale signi­fient que l’aidant n’a pas adopté les bonnes postures. Ces mouve­ments incor­rects sont dange­reux et peuvent créer des patho­lo­gies.

Le proche aidant doit adap­ter son niveau d’assistance en fonc­tion des besoins et des capa­ci­tés du proche. Si la personne est capable de réali­ser seule un dépla­ce­ment ou une manœuvre, alors il est recom­mandé de la lais­ser faire le plus possible d’actions par elle-​même, à son rythme, même si cela demande plus de temps. Lais­ser faire c’est stimu­ler les capa­ci­tés rési­duelles, c’est respec­ter l’autonomie de la personne, tout en soula­geant les efforts de l’aidant.

Pour ne pas vous faire mal :

  • Garder les pieds écar­tés et ferme­ment plan­tés au sol lorsque vous soule­vez une personne dépen­dante
  • Prenez toujours votre temps et ne char­gez jamais le poids de la personne avant de vous sentir parfai­te­ment à l’aise
  • Votre dos doit rester bien droit pendant toutes ces manœuvres. Ce sont vos bras et vos jambes qui font le travail
  • Evitez abso­lu­ment les torsions qui sont la cause prin­ci­pale du mal de dos.
  • Contrac­tez les abdo­mi­naux : élément essen­tiel de la protec­tion du dos, ils enlèvent jusqu’à 80% du poids qui s’exercent sur les vertèbres.
  • Main­te­nez un contact étroit avec le corps de la personne et expliquez-​lui ce qu’elle doit faire. Donner et répé­ter des consignes claires, verbales et gestuelles. La personne doit être rassu­rée par le contact visuel et le toucher

Pour ne pas lui faire mal :

    ¤ Lors de tous les mouve­ments, ne jamais tirer par les bras, vous pour­riez fragi­li­ser ses arti­cu­la­tions.
  • Demandez-​lui tout au long de la manœuvre si elle se sent bien : les chan­ge­ments de posi­tion peuvent provo­quer des vertiges. En parti­cu­lier, chez les personnes âgées souf­frant d’hypertension ortho­sta­tique qui occa­sionne une baisse de la tension arté­rielle lors du passage de la posi­tion couchée à la posi­tion debout
  • Quand vous utili­sez un fauteuil roulant, véri­fiez que les freins soient action­nés pour éviter des acci­dents au moment où la personne s’appuie sur le fauteuil.

Article relevé dans Dimi­dom
Par Fran­çoise Vignon

Pas encore de Commentaires Cliquer ici pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle crée par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.