Ne pas être qu'un "patient" ...

Trois nouvelles pistes pour stimuler le cerveau

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°76

Surveiller sa vue protège le cerveau :

  • De plus en plus d’études tendent à relier la baisse d’acuité visuelle au déclin cogni­tif. Les yeux ne sont pas que le miroir de l’âme. Ils sont aussi étroi­te­ment connec­tés au cerveau puisque 80% des infor­ma­tions perçues par ce dernier viennent des yeux. On sait aussi que les personnes touchées par la mala­die d’Alzheimer présentent d’importantes atteintes au niveau du nerf optique et de la rétine et que le risque d’être affecté par une perte de l’acuité visuelle est 2 à 3 fois plus élevé chez les personnes souf­frant d’un dysfonc­tion­ne­ment cogni­tif.
  • Selon les dernières décou­vertes, les problèmes visuels précé­de­raient l’apparition de problèmes cogni­tifs et pour­raient ainsi se poser en marqueurs précoces des mala­dies d’Alzheimer et Parkin­son. Notam­ment en cas d’amincissement élargi du centre de la rétine, (mesu­rable par une tech­nique d’imagerie 3D dite TCO : Tomo­gra­phie en Cohé­rence Optique), lequel serait observé dès les premiers stades de ces mala­dies.
  • Si ces conclu­sions sont confir­mées, cet examen utilisé pour dépis­ter glau­come et DMLA pour­rait deve­nir un outil de diag­nos­tic cogni­tif. Faire surveiller étroi­te­ment sa vue est donc primor­dial pour bien voir mais aussi prendre en charge au plus tôt les patho­lo­gies neuro-​dégénératives.

Bien masti­quer stimule le cerveau :

  • On savait la masti­ca­tion essen­tielle à la bonne diges­tion et au main­tien de l’équilibre pondé­ral. Plusieurs études suggèrent qu’elle est égale­ment impli­quée dans la stimu­la­tion du cerveau. Statis­ti­que­ment, la perte de la denti­tion et donc la dimi­nu­tion de la masti­ca­tion ainsi que le manque de soins dentaires, sont d’ailleurs asso­ciés à un grand nombre de mala­die d’Alzheimer (mala­die pluri­fac­to­rielle).
  • Diffé­rents para­mètres expli­que­raient ces liens. L’absence de masti­ca­tion limi­te­rait la stimu­la­tion senso­rielle (c’est en étant broyés que les aliments libèrent leur goût), un des facteurs de la stimu­la­tion de la mémoire. Elle limi­te­rait aussi l’apport de glucose vers le cerveau, ce qui aurait un effet sur la mémoire immé­diate et les facul­tés de calcul. Par ailleurs, l’imagerie médi­cale montre que la masti­ca­tion est corré­lée à la stimu­la­tion de certaines zones du cerveau (celles liées à l’exécution du mouve­ment et de l’attention) ainsi qu’à la stimu­la­tion de l’hippocampe, zone de la mémoire à long terme.
  • Veiller à sa santé bucco-​dentaire est donc essen­tiel pour le cerveau. Car outre le défaut de masti­ca­tion (pour qu’elle soit effi­cace il faut au moins une ving­taine de dents) qui entraîne aussi une dénu­tri­tion délé­tère, une mauvaise hygiène de la flore buccale lui est aussi domma­geable.

Préser­ver son micro­biote agit sur le cerveau :

  • On sait désor­mais que notre intes­tin, quali­fié de « deuxième cerveau » possède près de 200 millions de neurones et commu­nique en perma­nence avec notre système nerveux central et ses 100 milliards de neurones. On sait aussi que les milliards de bonnes bacté­ries qui composent notre micro­biote intes­ti­nal influent sur notre santé si certaines viennent à manquer et d’autres à domi­ner. Le lien entre 1er et 2ème cerveau est main­te­nant clai­re­ment établi.
  • Parkin­son, Alzhei­mer … Les mala­dies neuro-​dégénératives ont pour point commun la mort des neurones, notam­ment asso­ciée à une accu­mu­la­tion de protéines dites amyloïdes. Or, les dernières recherches ont démon­tré que ces agré­gats protéi­nés sont initia­le­ment produits au niveau de l’intestin (parfois 20 ans avant le diag­nos­tic de la mala­die) avant de migrer et d’affecter le système nerveux central…
  • Plusieurs hypo­thèses expli­quant ce chemi­ne­ment font actuel­le­ment l’objet d’études. Mais il est certain que la santé du cerveau étant inti­me­ment liée à celle du micro­biote intes­ti­nal, il faut tout mettre en œuvre pour préser­ver son équi­libre bacté­rien (manger sain, varié, équi­li­bré). Et en cas de déséqui­libre (mauvaise hygiène alimen­taire, excès d’antibiotiques) vous pouvez le réen­se­men­cer par une alimen­ta­tion riche en probio­tiques (yaourt, chou­croute crue…) ou, sur avis médi­cal via une supplé­men­ta­tion.

Article de Magali Quent relevé dans Notre Temps du20 février 2019
Par Fran­çoise Vignon

1 Commentaire Cliquer ici pour laisser un commentaire

  1. Merci Fran­çoise Vignon pour le relai de ce commen­taire, sauf que je suis en désac­cord avec la synthèse faite sur la protéine Amyloïde.

    Cette protéine qui en fait est la résul­tante de 30 à 40 acides aminés sont d’origine et bien présents natu­rel­le­ment dans le cerveau et non de l’intestin.
    Une étude Cali­for­nienne aurait trou­vée une origine hépatique,sans révé­ler la nais­sance de celle ci… un coup l’intestin , un coup le foie…

    Je préfère l’hypothèse de son exis­tence natu­relle dans le cerveau car il existe des démons­tra­tions et une logique lié à un cerveau dont les capil­laires sont enraidi par toxi­cité .et si on détoxi­fie ce cerveau les plaques Amyloïdes ne progressent plus , ceci conforte ce raison­ne­ment…
    Je m’en expli­que­rai dans le Parkin­so­nien indé­pen­dant.

    Commentaire par JEAN- CLAUDE PREVOST — 23 juin 2019 #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Flux RSS des commentaires de cet article. Rétrolien URI

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.