Ne pas être qu'un "patient" ...

[vu sur le net] Un chèque de 200 € remis au Groupe Parkinson 29

article trouvé sur le site du Télé­gramme

Samedi 7 décembre, les adhé­rents de l’Amicale des oiseaux exotiques d’Armorique (AOEA), basée à Plou­da­niel, se sont retrou­vés au restau­rant « Le Valen­tin », à Saint-​Thonan, pour leur repas annuel. L’occasion de remettre un chèque de 200 € à GP29, asso­cia­tion de parkin­so­niens du Finis­tère, qui propose des points rencontre et des acti­vi­tés pour les malades (www.gp29.net).

Pour lire cet article dans son inté­gra­lité, suivez ce lien …

[vu sur le net] Santé : la marche nordique en rythme contre Parkinson

article trouvé sur le site actu.fr

La marche nordique fait de plus en plus d’adeptes parmi les randon­neurs. Tant mieux puis­qu’il est désor­mais reconnu qu’elle allège les symp­tômes liés à la mala­die de Parkin­son.

Pour lire cet article dans son inté­gra­lité, suivez ce lien …

44 – ASSOCIATION de PARKINSONIENS de LOIRE ATLANTIQUE

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°72

Notre assem­blée géné­rale dépar­te­men­tale est fixée au 17 mars et chacun, en fonc­tion de ses respon­sa­bi­li­tés s’adonne à la gestion des bilans 2017.
Force est de consta­ter que l’effectif de notre asso­cia­tion dimi­nue. La moyenne d’âge augmente et les rangs s’éclaircissent. Nous avons regretté la dispa­ri­tion de plusieurs de nos amis adhé­rents ainsi que l’évolution de la mala­die chez certains autres.

Les jeunes parkin­so­niens qui seraient suscep­tibles d’animer des acti­vi­tés de l’association, hésitent en début de mala­die à se recon­naitre dans un collec­tif de malades et préfèrent garder le plus long­temps possible leurs liens sociaux et profes­sion­nels. Il leur est diffi­cile et démo­ra­li­sant de se voir confron­tés à cet univers de cannes, de déam­bu­la­teurs et de fauteuils qui ne peut être que le leur dans le cadre d’une mala­die évolu­tive et inva­li­dante.

Malgré tout, notre asso­cia­tion se doit de conti­nuer son action d’information et de soutien avec nos moyens humains modestes et notre déter­mi­na­tion à résoudre bien des problèmes.

En Octobre, nous nous retrou­ve­rons à Piriac sur Mer. Nous vous espé­rons nombreux à parta­ger cette semaine de repos et de répit ainsi que les moments de travail qui guide­ront notre péren­nité. N’hésitez pas à vous inscrire rapi­de­ment … En cas de désis­te­ment vous êtes garan­tis par une assu­rance « annu­la­tion ».

Bon courage à tous et nos vœux enso­leillés que nous avons certai­ne­ment oublié de formu­ler à l’aube du nouvel an.
Annick Lebrun

Vaincre la maladie de Parkinson ?

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°70

Livre de André Nieoul­lon

Voici la quatrième de couver­ture de l’ouvrage du Profes­seur André Nieoul­lon paru en mars 2017 chez Deboeck supé­rieur. Il présente remar­qua­ble­ment son travail de collecte d’informations et de descrip­tion de la situa­tion des connais­sances sur la mala­die de Parkin­son, connais­sances liées à son travail de cher­cheur à l’université de Aix-​Marseille. Aujourd’hui à la retraite, il a tenu à adres­ser une forme de bilan-​état des lieux pour servir à tous les parte­naires de réfé­rence dans leurs actions.

Très péda­go­gique, il est parfois pas facile à lire, surtout dans la partie « recherche » qui fait appel à des connais­sances que le commun des mortels n’a pas à sa dispo­si­tion habi­tuel­le­ment. Mais cela ne doit pas rebu­ter le lecteur qui trou­vera très certai­ne­ment des réponses ou des confir­ma­tions dans sa connais­sance de la mala­die.

Quatrième de couver­ture:-
Pourra-​t-​on un jour guérir la mala­die de Parkin­son ?
Cet ouvrage permet d’aborder de manière didac­tique les diffé­rents aspects de la mala­die de Parkin­son, de sa décou­verte aux avan­cés des connais­sances les plus récentes sur sa physio­pa­tho­lo­gie et sa prise en charge. Les progrès sont immenses et pour­tant on ne guérit toujours pas cette mala­die.

Que fait donc la recherche ?
Cher­cheur depuis une quaran­taine d’années, l’auteur tente de réunir ici les réponse aux ques­tions les plus fréquentes que les patients adressent à la recherche neuro­lo­gique. Il décrit en parti­cu­lier comment l’implication de la dopa­mine a été à l’origine des prin­ci­paux trai­te­ments, et comment la recherche peut aujourd’hui rendre des comptes des causes et des méca­nismes de la dégé­né­res­cence des neurones, ce qui augure de la mise au point de nouveaux trai­te­ments, en parti­cu­lier à visée neuro­pro­tec­trice, pour enfin stop­per la mala­die de Parkin­son.

Pour­quoi l’innovation théra­peu­tique est-​elle en « panne » ?
L’ouvrage inté­res­sera les méde­cins géné­ra­listes et neuro­logues ainsi que les profes­sion­nels de la prise en charge des patients parkin­so­niens (kiné­si­thé­ra­peute, ergo­thé­ra­peutes, ortho­pho­nistes, infir­mières, etc.). il se veut égale­ment acces­sible pour les nombreux malades et asso­cia­tions de malades souhai­tant s’informer sur la mala­die et en parti­cu­lier sur les avan­cées de la recherche et les pers­pec­tives théra­peu­tiques.

Lu et résumé par jean Grave­leau

Forum « bien vieillir en pays de Morlaix avec ses proches et ses aidants »

bien_vieillir

Forum : 18 octobre 2016, de 9h30 à 17h30
Espace lango Z:A : parc Langol­vas Morlaix

formu­laire à remplir pour s’ins­crire

pétition pour une Prise en Charge de la Nicotinothérapie

Atteint depuis 4 ans de la mala­die de Parkin­son (61 ans aujourd’­hui), voici une péti­tion pour une Prise en Charge de la Nico­ti­no­thé­ra­pie dans la Mala­die de Parkin­son et bien d’autres patho­lo­gies …

pour signer la péti­tion, cliquez ici…

[vu sur le net] Prévention : un test de la peau pour détecter les maladies d’Alzheimer et de Parkinson

article trouvé sur le site de Santé magazine.fr

Des cher­cheurs mexi­cains proposent une nouvelle tech­nique pour préve­nir les mala­dies neuro­dé­gé­né­ra­tives et mieux les trai­ter : une simple biop­sie de la peau.

pour lire l’ar­ticle dans son inté­gra­lité, suivez ce lien…

Des objets pour maîtriser ses tremblements

article trouvé sur le site de allodocteurs.fr

Il nous est tous arrivé de trem­bler de peur à la veille d’un grand oral, de stress, de fatigue… Mais des milliers de personnes tremblent aussi en raison d’une mala­die (Parkin­son, sclé­rose en plaques…). Pour aider ces personnes à maîtri­ser leurs trem­ble­ments, des solu­tions existent.

Pour lire cet article dans son inté­gra­lité, suivez ce lien…

Azilect refusé comme médicament contre Parkinson aux USA

L’administration améri­caine de certi­fi­ca­tion des aliments et des médi­ca­ments (FDA) a le 19 Octobre 2011 rejeté la demande des Indus­tries Phar­ma­ceu­tiques Teva pour étendre l’in­di­ca­tion de Azilect, son médi­ca­ment anti­Par­kin­so­nien Azilect.

Le conseil consul­ta­tif au FDA est resté non convaincu qu’A­zi­lect (rasa­gi­line) ralen­tit la progres­sion de la Mala­die de Parkin­son. Les conseillers ont unani­me­ment voté pour décla­rer que les données du dernier essai de Teva ne démontrent pas de façon adéquate la capa­cité d’Azi­lect à retar­der la progres­sion clinique de Parkin­son, la mala­die pour laquelle le médi­ca­ment a été déve­loppé.

Teva s’était adressé à FDA,pour étendre l’‘indication d’Azi­lect en se basant sur les résul­tats de ses essais cliniques « Adagio », qu’il a publiés au milieu de 2008.

Azilect, géné­ri­que­ment connu comme rasa­gi­line et déjà approuvé comme théra­pie de Parkin­son, est le premier médi­ca­ment à avoir cher­ché l’ap­pro­ba­tion FDA en tant que médi­ca­ment qui affecte le cours du trouble neuro­ge­ne­tique au lieu de simple­ment masquer ses symp­tômes.

Reuters

Un appel…

Je suis Didier JAMBART, la 1ère victime ayant fait recon­naître les effets indé­si­rables des AD (agonistes dopa­mi­ner­giques) en CRCI.
Vous l’avez vu dans les médias, j’in­tente la même démarche auprès de la justice civile du TGI de Nantes

Dans le cadre de mon appel (collecte de décla­ra­tion d’effets indé­si­rables lié au agonistes) de février 2011, je vous propo­sais d’être le porte-​parole de tous ceux qui ont subis ou ont été témoins des effets indé­si­rables lors de leurs trai­te­ments anciens ou actuels sous AD (Agonistes Dopa­mi­ner­giques).

Bref, une forme parti­cu­lière de péti­tion mais sans aucune déla­tion car je ne veux y voir en aucun cas le nom d’un neuro­logue

NOTA IMPORTANT
Aucun docu­ment ne sera infor­ma­tisé (ma démarche est décla­rée auprès de la CNIL N° 1483272 du 07/​02/​2011 )

  • Aucune asso­cia­tion de défense de victimes ne les démar­chera (sinon ce serait du raco­lage et c’est condam­nable), ces documents(comme déclaré auprès de la CNIL) reste­ront ma propriété
  • Il n’est demandé aucun nom de méde­cin ou de neuro­logue (pas de déla­tion)
  • seuls les personnes( directes, conjoints, veufs ou veuves, etc.) ayant subis des effets indé­si­rables doivent répondre et ne dirent que la stricte vérité (ne pas mentir)

Afin de simpli­fier la parti­ci­pa­tion et le soutien de tous à ma démarche qui nous concerne tous ( tous ceux qui ont subis ou ont été témoins de personnes victimes d’ef­fets indé­si­rables (troubles du compor­te­ment, etc..) lors de leurs trai­te­ments parkin­so­niens), je vous adresse ci-​joint un docu­ment simpli­fié à la portée de tous qui est une attes­ta­tion pré-​remplie que les personnes ont juste à complé­ter et à me retour­ner à mon adresse person­nelle.

Je compte sur vous tous pour faire circu­ler et diffu­ser ce message, afin de faire connaître par ces attes­ta­tions auprès des instances de la santé le nombre le plus réel possible de cas de victime d’effets indé­si­rables.

Merci beau­coup, sans vous, sans votre parti­ci­pa­tion je n’y arri­ve­rai pas.

Bien cordia­le­ment.

Didier JAMBART.
6 rue de l’Allier
44610 INDRE
Tél. : 02.40.36.27.35
Port : 06.30.95.42.83

Nécessité de mettre en œuvre un plan Parkinson

À l’ini­tia­tive du président de l’APIV (Asso­cia­tion Parkin­son d’Ille et Vilaine), Jean-​Claude Moraines, une ques­tion a été rédi­gée, et fina­le­ment posée à la ministre de la santé et des sports, au Sénat.

Néces­sité de mettre en oeuvre un plan Parkin­son

13ème légis­la­ture
Ques­tion écrite n° 15568 de M. Domi­nique de Legge (Ille-​et-​Vilaine — UMP)
publiée dans le JO Sénat du 21/​10/​2010 — page 2723

M. Domi­nique de Legge attire l’at­ten­tion de Mme la ministre de la santé et des sports sur la néces­sité de mettre en oeuvre un plan Parkin­son, à l’ins­tar de celui consa­cré à la mala­die d’Alz­hei­mer. En effet, les malades, les aidants et les profes­sion­nels de santé concer­nés par cette affec­tion de longue durée se retrouvent souvent dému­nis pour lui faire face. Le livre blanc issu de premiers états géné­raux des personnes touchées par la mala­die de Parkin­son propose des mesures desti­nées à amélio­rer l’in­for­ma­tion, l’ac­cès aux soins, la prise en charge des malades, et à renfor­cer la recherche. Il la remer­cie de bien vouloir lui indi­quer si elle envi­sage la mise en oeuvre d’un tel plan Parkin­son.

Vous pouvoir consul­ter le site Inter­net du Sénat en suivant ce lien.

La journée nationale des aidants : 6 octobre !!

Au GP29, nous savons l’im­por­tance des aidants. Le 6 octobre, la première jour­née natio­nale des aidants a lieu. Mais au delà de cette jour­née, de nombreuses mani­fes­ta­tions informent, et aident. Trouvez-​les sur le site de la jour­née natio­nale des aidants !!

Entre autres : Table-​ronde « Regards croi­sés aidants/​professionnel — Jeudi 21 octobre 2010 — de 15 h à 17 h à Rennes

Une table-​ronde « Regards croi­sés aidants familiaux/​professionnels pour un choix de vie à domi­cile »

Rester à domi­cile le plus long­temps possible : un choix qu’il faut accom­pa­gner.
Comment permettre aux aidants parfois à la limite de l’épui­se­ment de prendre un temps de pause pour se ressour­cer ?
Comment les profes­sion­nels peuvent-​ils agir en complé­men­ta­rité dans le respect du libre choix de la personne aidée ?

Des réponses concrètes seront appor­tées par des aidants fami­liaux et profes­sion­nels qui témoi­gne­ront de leur vécu et expé­rience.

Restau­rant « Four­chette et Compa­gnie », 1, place Simone de Beau­voir, 35 000 Rennes
« Regards croi­sés aidants familiaux/​professionnels pour un choix de vie à domi­cile »

Courrier adressé à la CNAM, à la DSS et à la HAS, portant sur le projet de décret ALD.

Cour­rier commun de : France Parkin­son, Fédé­ra­tion Fran­çaise des Grou­pe­ments de Parkin­so­niens, Comité d’Entente et de Coor­di­na­tion des Asso­cia­tions de Parkin­so­niens, Asso­cia­tion des Grou­pe­ments de Parkin­so­niens de la Loire, et Franche-​Comté Parkin­son.

Parmi les reven­di­ca­tions prio­ri­taires du Livre blanc Parkin­son figure une révi­sion de l’accès au régime de l’Affection de Longue Durée. Le décret en cours d’examen qui accorde pour la mala­die de Parkin­son le béné­fice de ce régime dès lors qu’une pres­crip­tion pendant au moins 6 mois de L‑dopa ou trai­te­ment agoniste est consta­tée, consti­tue une avan­cée certaine.

Pour lire le docu­ment dans son inté­gra­lité, suivez ce lien.
Le docu­ment vous est proposé au format PDF

Réforme des retraites — Les Associations s’engagent dans le débat

Nous vous soumet­tons le texte de la lettre conjointe de nombreuses asso­cia­tions « Parkin­son » (France Parkin­son, CECAP, entre autres) envoyé au minis­tère du travail, dont le ministre (Éric Woerth) mène le débat au sujet de la réforme des retraites.

Notre demande revêt un carac­tère d’urgence car le projet de loi actuel, ne prend pas en compte les diffi­cul­tés inhé­rentes aux mala­dies qui relèvent, par leur gravité, du dispo­si­tif de sécu­rité sociale dit des « affec­tions de longue durée ». Il nous semble en effet impos­sible, en termes humains et de santé publique, d’imposer de nouvelles contraintes aux sala­riés qui les subissent tout en faisant l’effort de conti­nuer à travailler.

Pour lire la lettre dans son inté­gra­lité, suivez ce lien

ATAXIES CÉRÉBELLEUSES et SUPPLÉANCE RÉCEPTIVE… Un handicapé moteur à la recherche d’informations.

Nous vous propo­sons ici un très inté­res­sant article. Même s’il ne concerne pas direc­te­ment la mala­die de Parkin­son, il peut vous inté­res­ser…

La spécia­li­sa­tion des aires céré­brales est beau­coup moins rigide qu’on le croyait, elles consti­tuent un système
flexible de zones inter­con­nec­tées, pouvant trai­ter des infor­ma­tions de nature très diverse. Désor­mais on sait que
les aires céré­brales peuvent se rema­nier et que les zones du cortex « spécia­li­sées » dans telle ou telle fonc­tion
senso­rielle (tactile, visuelle, audi­tive…), ou dans la motri­cité, peuvent se rempla­cer l’une l’autre.

Pour lire l’ar­ticle dans son inté­gra­lité, suivez ce lien

Diminuer les effets secondaires liés au traitement de la maladie de Parkinson : c’est possible !

Nous vous invi­tons à lire ce Commu­ni­qué de presse de l’IN­SERM :

Dimi­nuer les effets secon­daires liés au trai­te­ment de la mala­die de Parkin­son : c’est possible !
Des cher­cheurs de Bordeaux asso­ciant l’Inserm et le CNRS au sein du labo­ra­toire « Mouve­ment, adap­ta­tion, cogni­tion » (CNRS /​ Univer­si­tés Bordeaux 1 et 2) viennent de décou­vrir qu’il est possible de dimi­nuer les effets secon­daires liés au trai­te­ment de la mala­die de Parkin­son. Dans ce nouveau travail à paraitre dans la revue Science trans­la­tio­nal medi­cine datée du 21 avril 2010, les cher­cheurs ont restauré la produc­tion d’une protéine qui contrôle le circuit des récep­teurs de la dopa­mine : la protéine GRK6, amélio­rant ainsi les symp­tômes parkin­so­niens.

Commu­ni­qué de presse de l’IN­SERM (au format PDF)

Vu sur le net : Parkinson : les malades veulent sortir de l’isolement

Article trouvé sur le site de Le Monde

Sortir la mala­die de Parkin­son de l’ombre. Tel est l’ob­jec­tif de l’as­so­cia­tion France Parkin­son et des asso­cia­tions de malades. Abou­tis­se­ment des premiers états géné­raux lancés il y a un an, un Livre blanc devait être remis, lundi 12 avril, Jour­née mondiale de la mala­die de Parkin­son, à la ministre de la santé, Rose­lyne Bache­lot, afin de mieux faire connaître la mala­die et deman­der un plan Parkin­son.

Lire l’ar­ticle entier : cliquer ici

Article trouvé sur le site de Le Figaro

« Quand je vais dans les super­mar­chés avec mon petit garçon, il y a des moments où je me fais insul­ter, où les gens disent que j’ai bu, que je suis droguée », raconte une malade. « Une péti­tion de parents d’élèves s’est faite, visant à ne plus nous revoir à l’école au prétexte que j’ai la mala­die de Parkin­son », s’in­surge une autre, qui souhai­te­rait « un spot télé­visé pour sensi­bi­li­ser l’opi­nion publique et inci­ter les gens à tendre la main aux malades plutôt que de les enfon­cer ». Ces deux témoi­gnages, emblé­ma­tiques de la discri­mi­na­tion que subissent certains parkin­so­niens, sont issus d’un livre blanc remis le 12 avril à la ministre de la Santé, Rose­lyne Bache­lot, à l’oc­ca­sion de la jour­née mondiale de la mala­die de Parkin­son (MP).

Lire l’ar­ticle entier : cliquer ici

Article trouvé sur le site de la Mutua­lité Fran­çaise

Au lende­main de la Jour­née mondiale sur la mala­die de Parkin­son, plusieurs initia­tives ont été me­nées en France pour que les auto­ri­tés de santé se penchent sur cette patho­lo­gie. L’une d’elles émane des premiers Etats géné­raux des personnes touchées, qui sont tenus à la Maison de la Mutua­lité, à Paris.

Lire l’ar­ticle entier : cliquer ici

Un « Parkinson » solitaire et Internet

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°40 – mars 2010

Le temps est maus­sade, il pleut depuis déjà plusieurs jours. J’habite un petit village isolé à 4 km du bourg ; aujourd’hui encore, je ne verrai personne. Une jour­née à vous donner le cafard et « j’enrage contre cette mala­die qui ralen­tit tout dans ma vie ».

« Mais j’ai la rage de vivre ! »
Inter­net est là qui me permet, sans me dépla­cer, d’explorer des domaines aussi divers que passion­nants. C’est ainsi que j’ai déjà pu m’intéresser aux signa­tures des empe­reurs chinois comme aux bouquins anciens. Cela aurait pu être moins farfelu par exemple la pêche à la mouche ou la généa­lo­gie ou encore les derniers résul­tats de la recherche médi­cale… Pourvu que l’on choi­sisse ce qui nous passionne, qui soit à notre portée et que l’on travaille avec méthode, tout se trouve sur inter­net. Plus besoin de courir à la biblio­thèque ou à la gare cher­cher un billet de train. Quel compa­gnon merveilleux pour le parkin­so­nien soli­taire dans sa campagne profonde !

« Mais je me bats pour garder ma place dans la société  »
Inter­net peut être un outil prolon­geant nos acti­vi­tés passées. C’est le télé­tra­vail. Il peut être aussi un moyen de déve­lop­per les talents que l’on n’a pu mettre en valeur en période d’activité et d’en faire connaître le fruit au plus grand nombre. Inter­net via le « blog » permet une large diffu­sion de mes pein­tures (voir pierrelemasne.over-blog.fr). Je sais qu’aujourd’hui encore quelques personnes le visi­te­ront. Peut-​être apprécieront-​elles ? Certains m’adresseront un message auquel je répon­drai s’il y a lieu mais que je ne repor­te­rai pas sur le livre d’or, déjà bien rempli.

Il y a envi­ron un mois, un ami parkin­so­nien habi­tant le sud-​est m’adressait un message incom­pré­hen­sible mais qu’il était facile de devi­ner déses­péré. Durant les 3 semaines suivantes, nous avons échangé plus de 20 messages inter­net. Progres­si­ve­ment, à chaque échange, je le sentais reprendre goût à la vie.

Inter­net est pour un parkin­so­nien un fabu­leux moyen de commu­ni­ca­tion, il permet de se faire de nombreux amis et rela­tions, de s’épauler, de travailler sur des sujets communs ou complé­men­taires… Quelqu’un a dit : la mala­die de parkin­son est comme un filtre qui me permet de passer du « faire » à « l’être » : nous autres parkin­so­niens pouvons appor­ter beau­coup à nos collègues malades comme aux biens portants.

Alors enfour­chons tous inter­net ? Atten­tion, s’il a du très bon, il a aussi du très mauvais. J’ai pu consta­ter que certains médi­ca­ments me fragi­li­saient : Inter­net peut deve­nir une drogue…. Par ailleurs, l’ordinateur est coûteux, et se fami­lia­ri­ser avec l’outil demande de la téna­cité. Alors à chacun de voir.

Dehors, il pleut toujours mais la jour­née sera pleine.
Pour moi, « je sais que si je suis presqu’aussi vivant qu’avant », je le dois en partie à Inter­net et que lorsque vien­dra l’heure où je ne pour­rai plus m’en servir, je devrai quit­ter « le doux pays de mon enfance » et m’inventer autre­ment.
Pierre LE MASNE

Éditorial

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT N°39 – décembre 2009

Non, vous ne rêvez pas, c’est bien votre revue ! Mais elle a changé de look sans pour autant chan­ger de contenu du moins nous l’espérons. C’est une propo­si­tion de présen­ta­tion que nous a faite genti­ment notre parte­naire, «  La Contem­po­raine  » et nous l’en remer­cions vive­ment.

Cet impri­meur qui fonc­tionne en scoop a été, dès l’origine, le soutien de nos actions puisqu’il éditait le jour­nal La Page de la F.F.G.P., lors de sa créa­tion. Cette scoop a toujours voulu être proche de notre action d’information en nous assu­rant un coût calculé au plus juste et ce depuis plus de vingt ans.

Nous atten­dons vos réac­tions et vos remarques : nous essaie­rons d’en tenir compte pour le prochain numéro.

Vous trou­ve­rez un certain nombre d’articles qui ont fait l’objet d’exposés lors de l’Assemblée Géné­rale de CECAP à Erquy (22). Nous y avons été fort bien accueillis par l’association d’Ille et Vilaine qui s’est donnée beau­coup de peine pour nous rece­voir. Nous tenions à les remer­cier de ce lourd travail.

L’un de nos adhé­rents expose son expé­rience de l’Azilect ; nous l’en remer­cions vive­ment. Cela nous permet de vous rappe­ler que nous voulons être aussi l’écho de vos préoc­cu­pa­tions et propo­si­tions d’actions pour vivre avec Parkin­son.

Nous avons aussi plai­sir à valo­ri­ser les articles soli­de­ment docu­men­tés de nos amis suisses sur les actes de la vie quoti­dienne et plus excep­tion­nels comme prépa­rer un voyage à l’étranger.

Enfin, la prési­dente de CECAP nous fait un bilan à mi-​parcours de l’action enga­gée avec France Parkin­son pour le livre blanc bâti à partir des enquêtes menées dans vos asso­cia­tions et les Etats Géné­raux de la mala­die de Parkin­son qui doivent se tenir en début d’année prochaine.

Et puis, comme il s’agit du dernier numéro de l’année, permettez-​moi de vous souhai­ter par avance, mes meilleurs vœux pour l’année 2010 ; qu’elle vous apporte bonheur, meilleure santé et espoir.

Jean GRAVELEAU

Semaine du cerveau à Nantes …

Le comité local nantais de la Société des Neuros­ciences orga­ni­sera comme chaque année une série de confé­rences dans le cadre de la Semaine du Cerveau 2010.

La Semaine du Cerveau est une campagne à l’échelle de toute l’Eu­rope pour infor­mer le grand public sur l’im­por­tance des recherches sur le cerveau.
Diffé­rents évène­ments seront orga­ni­sées dans une ving­taine de villes de France, sous la respon­sa­bi­lité de la Société des Neuros­ciences. Cette campagne est faite sous l’égide de l’Eu­ro­pean Dana Alliance for the Brain (EDAB) qui coor­donne toutes les mani­fes­ta­tions à l’échelle euro­péenne.

Elle est faite égale­ment en parte­na­riat en France avec la Fédé­ra­tion pour la Recherche sur le Cerveau (FRC) qui soutient les recherches sur le Cerveau en parti­cu­lier avec sa campagne natio­nale du Neuro­don.
Les confé­rences nantaises auront lieu le mardi 16 mars 2010 de 14h à 17h, amphi­théâtre n°9 de la Faculté de Méde­cine de Nantes, 1 rue Gaston Veil, 44035 Nantes.
Le programme est en pièce jointe.
Ces confé­rences sont « tout public » et seront faites par des étudiant(e)s en thèse.
Les lycéens sont les bien­ve­nus.
Si inté­ressé, veuillez contac­tez Laurent Lescau­dron à : Laurent.Lescaudron@univ-nantes.fr et tel : 02 40 08 46 56.

Programme mars 2010 Nantes Semaine cerveau au format pdf.

Propulsé par WordPress et le thème GimpStyle créé par Horacio Bella. Traduction (niss.fr).
Flux RSS des Articles et des commentaires. Valide XHTML et CSS.